Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
La destinée malheureuse de la Médina Polizzi
Beato Salvatore Polizzi, maître artisan décorateur de son état, d'origine italienne, naturalisé marocain, était à mille lieux de penser lors du lancement en 1992 de son projet de la Médina d'Agadir que ce dernier allait connaître une telle déchéance. dans l’indifférence des autorités locales d’Agadir. Les années de gloire et de prospérité sont désormais derrière la médina dite de Coco Polizzi qui a sombré dès le début des années 2000 dans la crise. C’est à cette période que les ennuis ont réellement commencé pour ce magnifique village artisanal de 4,5 hectares qui a se veut une réplique de l’architecture de la ville avant sa destruction par le tremblement de terre de 1960. Situé à 4 km du centre de la ville d’Agadir, sur le territoire de l’ancienne municipalité de Bensergaou, les touristes s’y rendaient avec plaisir pour savourer un bon tagine, boire un thé à la menthe, acheter quelques souvenirs de l’artisanat marocain ou admirer l’architecture traditionnelle des lieux. En cause, un différend entre le propriétaire et les artisans né autour du contrat de location. Ces derniers réclament au nom de la sécurité de l’emploi une révision de la convention afin de passer à un contrat à durée indéterminée. Ce qui est impossible vu que le titre d’occupation qui a été concédé au promoteur en 1992 par arrêté du ministère de l’Agriculture est temporaire. du coup, il ne saurait conclure des baux commerciaux ni de concéder à quiconque un droit de propriété commerciale dans l’enceinte de la médina. Mais les artisans ne l’entendent pas de cette oreille. Un bras de fer préjudiciable à l’activité du complexe s’engage entre les deux parties. Faute d’un arrangement, le conflit se durcit. Grèves, sit in et au final une action en justice. L’affaire s’enlise dans les procédures judiciaires. Résultat : L’endroit ressemble aujourd’hui à un château de fantômes au milieu d’un terrain vague jonché de détritus puant l’odeur forte des moutons qui viennent y pâturer. Les rares visiteurs qui dé- barquent à la médina doivent acheter un ticket d’entrée à 40 dh qui donne droit à une visite aléatoire sans guide, ni plan du complexe ni aucune forme de signalisation. «C’est triste que le seul endroit typique de l’architecture local connaisse un tel sort», se désole un opérateur touristique d’Agadir. «Pour une ville touristique qui manque terriblement de sites à visiter et d’infrastructures d’animation, laisser cette médina mourir à petit feu est une honte», renchérit un député.
 
 

à lire aussi :
Quelle parade contre la mafia du foncier ?
Il ne se passe pas une semaine sans que les médias se fassent l’écho d’affaires de spoliation foncière dans telle ou telle ville du Maroc, impliquant des...
Hassad veut corriger les profs
 Mohamed Hassad a montré qu’il n’est pas adepte des rentrées « où il ne se passe rien » de ses prédécesseurs. Le ministre du pôle...
Gaz et sucre, chaud devant !
L’instauration de la vérité des prix sur le gaz butane et le sucre, qui fait partie du plan de réforme globale de la caisse de compensation, a été...
Les confessions de Benkirane
Les observateurs n’ont pas bien compris ma démission du Parlement que j’ai justifiée par « le noncumul des mandats», puisque j’ai été...