Dernière minute ...
7 Américains disparus après la collision entre un destroyer américain et un navire philippin le 17 juin Daesh et Hamas se disputent la revendication du meurtre d'une policière israélienne à Al Qods Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Incendie de la tour Grenfell: le bilan atteint 30 morts, 70 personnes portées disparues Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Après avoir entendu le samedi 03/6 Zafzafi à Casablanca le juge demande le prolongement de sa garde à vue  Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
La destinée malheureuse de la Médina Polizzi
Beato Salvatore Polizzi, maître artisan décorateur de son état, d'origine italienne, naturalisé marocain, était à mille lieux de penser lors du lancement en 1992 de son projet de la Médina d'Agadir que ce dernier allait connaître une telle déchéance. dans l’indifférence des autorités locales d’Agadir. Les années de gloire et de prospérité sont désormais derrière la médina dite de Coco Polizzi qui a sombré dès le début des années 2000 dans la crise. C’est à cette période que les ennuis ont réellement commencé pour ce magnifique village artisanal de 4,5 hectares qui a se veut une réplique de l’architecture de la ville avant sa destruction par le tremblement de terre de 1960. Situé à 4 km du centre de la ville d’Agadir, sur le territoire de l’ancienne municipalité de Bensergaou, les touristes s’y rendaient avec plaisir pour savourer un bon tagine, boire un thé à la menthe, acheter quelques souvenirs de l’artisanat marocain ou admirer l’architecture traditionnelle des lieux. En cause, un différend entre le propriétaire et les artisans né autour du contrat de location. Ces derniers réclament au nom de la sécurité de l’emploi une révision de la convention afin de passer à un contrat à durée indéterminée. Ce qui est impossible vu que le titre d’occupation qui a été concédé au promoteur en 1992 par arrêté du ministère de l’Agriculture est temporaire. du coup, il ne saurait conclure des baux commerciaux ni de concéder à quiconque un droit de propriété commerciale dans l’enceinte de la médina. Mais les artisans ne l’entendent pas de cette oreille. Un bras de fer préjudiciable à l’activité du complexe s’engage entre les deux parties. Faute d’un arrangement, le conflit se durcit. Grèves, sit in et au final une action en justice. L’affaire s’enlise dans les procédures judiciaires. Résultat : L’endroit ressemble aujourd’hui à un château de fantômes au milieu d’un terrain vague jonché de détritus puant l’odeur forte des moutons qui viennent y pâturer. Les rares visiteurs qui dé- barquent à la médina doivent acheter un ticket d’entrée à 40 dh qui donne droit à une visite aléatoire sans guide, ni plan du complexe ni aucune forme de signalisation. «C’est triste que le seul endroit typique de l’architecture local connaisse un tel sort», se désole un opérateur touristique d’Agadir. «Pour une ville touristique qui manque terriblement de sites à visiter et d’infrastructures d’animation, laisser cette médina mourir à petit feu est une honte», renchérit un député.
 
 

à lire aussi :
Louardi le miraculé
En privé, el houssaïne L o u a r d i  c o n fi a i t être partant, très peu convaincu des chances sa reconduction. A quelques jours de l’annonce de la formation du...
Le maire qui fait des folies
Le maire islamiste de Rabat est dans de mauvais draps. Déjà en délicatesse avec les autorités sur son départ négocié de la Redal, qui serait...
Analphabétisme communal
Les futurs élus communaux n’ont pas besoin d’être titulaires au moins du baccalauréat pour devenir présidents de commune. Le PJD qui a bataillé dur...
El Khalfi censure une revue scientifique
Le hors-série de «Sciences et avenir» (janvier-février), sorti avec un grand dossier intitulé «Dieu et la science», a subi les foudres de la censure par...