Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
La Cedeao pour enterrer l’UMA
Par sa demande d’adhésion à la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEdEAO), le Maroc signe officiellement et solennellement l’acte de décès de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Ensemble régional mort-né dès sa naissance en février 1989 à Marrakech dans la foulée de l’effondrement de l’ex-URSS et l’avènement d’un monde unipolaire dominé par les Etats-Unis qui rendaient nécessaire une construction communautaire à l’échelle du Maghreb, l’UMA n’a pas résisté à la mauvaise foi de la partie algérienne. Celle-ci a tué dans l’œuf par son inimitié tenace envers son voisin toute chance d’union en continuant jusqu’à aujourd’hui à comploter contre l’intégrité territoriale par Polisario interposé et à refuser la main tendue du Maroc pour la réouverture de la frontière terrestre fermée depuis 1995 suite aux attentats terroristes de l’hôtel Atlas Asni à Marrakech. doté d’un Statut d’Observateur obtenu depuis plusieurs années qui lui a permis de contribuer à travers l’envoi de ses contingents militaires à des missions de maintien de la paix et de la stabilité dans plusieurs pays membres, le Maroc se tourne donc vers un ensemble «dont le processus d’intégration est parmi les plus ambitieux et les plus avancés à l’échelle du continent africain». Aboutissement naturel d’une relation multidimensionnelle très forte que le Maroc entretient avec les pays de la CEdEAO, cette adhésion lui permettra d’accéder à un marché de plus de 300 millions d'habitants. dans un contexte mar - qué par l’attitude de plus en hostile de l’UE qui multiplie sous divers prétextes les obstacles devant l’entrée des produits agricoles marocains sur le marché européen, le Maroc se trouve obligé plus que jamais de diversifier ses partenariats. Comme l’indique le communiqué du ministère marocain des Affaires étrangères, la CEdEAO est la meilleure opportunité sous-ré- gionale du Royaume. Un Royaume qui ne peut plus attendre que le voisin algérien veuille bien revenir à de meilleurs sentiments à son égard pour relancer une UMA devenue aussi chimé- rique que la RASd qu’il persiste à sponsoriser. Grande désillusion des peuples de la région que tout, la langue, l’histoire, la culture et la religion devrait normalement rapprocher. Mais les dirigeants algériens se sont entêtés à emprunter le chemin de la division, quitte à sacrifier le développement de leur pays et les intérêts de sa population, déterminés plus que jamais à tourner le dos à l’avenir en continuant à miser sur l’affaiblissement du Royaume pour le dominer. Sauf que ce Royaume-là, qui obsède toujours les maîtres d’Alger, a non seulement résisté à toutes les manœuvres perfides de son meilleur ennemi mais il a réussi à avancer malgré ses moyens limités et les problèmes encore en suspens sur la voie du progrès et de la prospérité. La détermination du Maroc d’aller de l’avant sous la conduite de son souverain va de pair avec sa volonté de s’ouvrir sur son environnement immédiat. d’où les multiples visites royales accompagnées systématiquement de la signature de divers accords de coopération dans plusieurs pays africains francophones et anglophones et couronnées du retour du Maroc au sein de l’Union africaine. dommage pour le peuple Algérien que ses dirigeants, anachroniques à souhait, ont cadenassé dans une logique d’isolement suicidaire, à la fois économique et géographique, en lui infligeant une belle politique de fermeture...
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Les morts de Louardi
Les drames des dysfonctionnements de la santé au Maroc, dont sont victimes principalement les démunis aux quatre coins du pays, sont fréquents. Il ne se passe pas un jour sans...
Les vérités de Jouahri
La croissance « continue d’être rythmée par les conditions climatiques et les progrès réalisés sur le plan des équilibres sont attribuables dans...
Les leçons du mondial
Trois principaux enseignements à tirer de ce Mondial qui s’achève: le retour en force de l’école de football germanique (Allemagne, Pays-Bas), le recul de...
Majorité artificielle
Le gouvernement Benkirane ressemble de moins en moins à un gouvernement et de plus en plus à une somme de ministres qui flottent, déboussolés, sans objectif et que rien...