Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Ces oasis de la vie…
"Les faiseurs d’oasis" est un recueil de récits signé Samir Benmalek, ingénieur agronome et journaliste de profession. Il s’agit d’une première œuvre littéraire prometteuse. Samir Benmalek plante son décor dans un désert qu'il connait très bien pour y avoir vécu un bon bout de temps. dans ses quatre nouvelles sur le désert, Samir Benmalek, décrit une réalité algérienne. Ces nouvelles sont d’une puissance unique. Ces textes peuvent paraitre sombres et sans espoir, mais un message persiste et rémanent, celui de la possibilité d’un meilleur avenir par l’ouverture vers l’autre et finalement vers soi. Avec «Les faiseurs d’oasis», l’auteur prend le lecteur par la main et lui suggère de ne plus avoir peur de ses fantômes pour vivre et ne pas survivre, comme une ode à la quête intérieure, mais avec le courage nécessaire pour affronter l’avenir, même incertain. Il s’agit d’un recueil qui a son caractère et dégage une émotion propre. En quelques lignes à peine, il nous transporte dans un univers, dans son univers avec délicatesse et force. On vit avec le personnage, on vit son histoire, on se laisse porter jusqu'à la chute finale, qui ne déçoit jamais. L'émotion est d'autant plus présente dans ce recueil que les thèmes abordés touchent toute la société… À travers ses écrits, Samir Benmalek nous fait un cadeau : celui du partage. Et à travers ses mots, l'émotion nous remplit. Un joli recueil à déguster lentement pour en savourer chaque histoire. «Les faiseurs d’oasis» c'est Le reg, la gara, le sable brûlant, le Tanezrouft implacable, le soleil impitoyable et indifférent, la soif qui guette l’imprudent… monde aussi – naguère – des esclaves, ces fourmis des palmeraies. Une œuvre qui n'est pas pour autant aride. Le romancier y laisse une empreinte de son spontané, parfois noir, et révèle à son lecteur l'essence de la vie dans ces contrées arides. «Voir dans l’âme des hommes n’estce pas lire les arabesques des astres…». Des récits à lire absolument.

à lire aussi :
Une histoire au fil des rails
 «Rêve de gares, une odyssée mondiale» est l’intitulé de l’ouvrage de l’historienne Marie-Pascale Rauzier, qui a été...
Sanaa Akroud signe un film simplement émouvant
«Khnifist R’mad» littéralement «Le Scarabée des cendres» est le titre que l’actrice Sanaa Akroud a choisi pour son premier coup d’essai...
Foum Zguid célèbre le henné
Foum Zguid, ville de la province de Tata, se pare et se prépare pour fêter le henné, cette plante aux milles vertus cosmétiques et thérapeutiques dont regorge cette...
Mesbahi s'en va
Le réalisateur marocain, Abdellah Mesbahi, inhumé samedi dernier à Casablanca, s'est distingué par ses œuvres prodigieuses à dimensions nationale, arabe et...