Dernière minute ...
Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Un attentat le 20 avril contre un car de police sur les Champs Elysées, 1 policier tué et 2 autres blessés Attaque chimique en Syrie: La Russie oppose son veto au conseil de sécurité L'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait au moins 14 morts Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Daesh revendique l'attentat près du Parlement à Londres Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le juge commissaire a décidé par ordonnance la mise en vente des actifs de la Samir Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Le migrateur
Algérie en panne de soins
Après la pénurie de certaines denrées alimentaires, c’est au tour des médicaments de se faire de plus en plus rares en Algérie. Et c’est la Fédération Algérienne du médicament qui vient de tirer la sonnette d'alarme. Les adhérents de la fédération ont dénoncé mercredi 22 février 2017 au cours d’une conférence-débat, les entravent qui ont conduit à cette crise du médicament. Les produits en rupture sont de différentes classes thérapeutiques. C'est plus de 210 molécules qui sont absentes du marché, et sans aucune alternative, a averti Abdelouahed Kerrar, président l’union nationale des opérateurs de la pharmacie, dont les propos ont été relayés par la presse algérienne. La pénurie touche des médicaments de différents types qu’ils soient génériques ou princeps. des médicaments vitaux, touchant donc des maladies chroniques comme le diabète, l'hypertension ou même des maladies cardiaques sont en rupture de stock, révèle le huffPost Algérie. Les médicaments pour les pathologies graves, comme le cancer, ne sont pas les seules touchées par la pénurie. Ceux contre les rhumes, les rhino-pharyngites ou encore les sinusites sont aussi indisponibles. «Les personnes diabétiques se plaignent également de l'impossibilité de trouver des bandelettes nécessaires à la vérification de leur taux de glycémie », renchérit le journal électronique. À l’heure où les producteurs renvoient cette pé- nurie aux retards de délivrance des autorisations d’importation, le ministère se lave de toute responsabilité. Les membres de la fédération Algérienne du médicament se disent "désemparés" de la situation. Ils s’accordent à dire que cette pénurie ils l’ont anticipés, seulement le pouvoir algérien – détenu par la junte militaire – s'obstine à laisser la situation s’empirer. En dépit de cet état des lieux inquiétant, le gouvernement ne reconnaît pas cette rupture de stock. Le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf et le directeur général de la santé au ministère hamou hafed, ont tenu à démentir l'information, minimisant l'étendue du retard de la signature des autorisations d’importations et ses conséquences sur la santé des algériens. Avec la crise économique que traverse le pays, la facture d’importation des médicaments devient de plus en plus lourde aux yeux des responsables algériens. d’où d’innombrables restrictions d’importation. Les généraux sont plus préoccupés par la santé de leur président fantoche, Bouteflika, diminué physiquement, installé sur une chaise roulante et qui a perdu l’usage de la parole…

à lire aussi :
L’argent vaut de l’or en Algérie
En Algérie, le projet de loi de finances 2017 présenté par le gouvernement réglemente encore plus les importations, pour pallier la baisse des revenus de l'Etat. Parmi les...
Fillon n'est plus un bon filon
Une semaine après les premières révélations du Canard enchaîné, François Fillon semble s’enfoncer chaque jour un peu plus dans la tourmente. Les...
Quand Nidaa Tounes se donne en spectacle
Le premier parti politique de Tunisie est aujourd'hui en pleine crise, miné par une lutte de clan et une guerre de succession. Nidaa Tounes, c'est ce parti hétéroclite,...
Algérie : pression et répression
En Algérie, la fin de l’année est en train de prendre des allures chaotiques suscitant une série d’interrogations lancinantes et d’inquiétudes sur...