Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie en panne de soins
Après la pénurie de certaines denrées alimentaires, c’est au tour des médicaments de se faire de plus en plus rares en Algérie. Et c’est la Fédération Algérienne du médicament qui vient de tirer la sonnette d'alarme. Les adhérents de la fédération ont dénoncé mercredi 22 février 2017 au cours d’une conférence-débat, les entravent qui ont conduit à cette crise du médicament. Les produits en rupture sont de différentes classes thérapeutiques. C'est plus de 210 molécules qui sont absentes du marché, et sans aucune alternative, a averti Abdelouahed Kerrar, président l’union nationale des opérateurs de la pharmacie, dont les propos ont été relayés par la presse algérienne. La pénurie touche des médicaments de différents types qu’ils soient génériques ou princeps. des médicaments vitaux, touchant donc des maladies chroniques comme le diabète, l'hypertension ou même des maladies cardiaques sont en rupture de stock, révèle le huffPost Algérie. Les médicaments pour les pathologies graves, comme le cancer, ne sont pas les seules touchées par la pénurie. Ceux contre les rhumes, les rhino-pharyngites ou encore les sinusites sont aussi indisponibles. «Les personnes diabétiques se plaignent également de l'impossibilité de trouver des bandelettes nécessaires à la vérification de leur taux de glycémie », renchérit le journal électronique. À l’heure où les producteurs renvoient cette pé- nurie aux retards de délivrance des autorisations d’importation, le ministère se lave de toute responsabilité. Les membres de la fédération Algérienne du médicament se disent "désemparés" de la situation. Ils s’accordent à dire que cette pénurie ils l’ont anticipés, seulement le pouvoir algérien – détenu par la junte militaire – s'obstine à laisser la situation s’empirer. En dépit de cet état des lieux inquiétant, le gouvernement ne reconnaît pas cette rupture de stock. Le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf et le directeur général de la santé au ministère hamou hafed, ont tenu à démentir l'information, minimisant l'étendue du retard de la signature des autorisations d’importations et ses conséquences sur la santé des algériens. Avec la crise économique que traverse le pays, la facture d’importation des médicaments devient de plus en plus lourde aux yeux des responsables algériens. d’où d’innombrables restrictions d’importation. Les généraux sont plus préoccupés par la santé de leur président fantoche, Bouteflika, diminué physiquement, installé sur une chaise roulante et qui a perdu l’usage de la parole…

à lire aussi :
La Libye s'installe dans le chaos
 La Libye, où des autorités rivales, à Tripoli et dans l'Est, ainsi que de nombreuses milices, se disputent le pouvoir, n’arrive toujours pas à sortir du chaos,...
Jacob Zuma, chute et fin
C'est la fin de la route à la tête de l’Afrique du Sud pour le Président Jacob Zuma. Les dirigeants de son parti, le Congrès national africain (ANC), se sont...
Algérie, une presse au garde-à-vous
 Hadda Hazem, directrice du quotidien algérien El Fadjr a suivi une grève de la faim d'une semaine contre un boycott publicitaire qu'elle estime être politique. Ses...
Arabie saoudite : Une purge pour renflouer les caisses ?
 Onze princes et des dizaines de ministres, anciens et actuels, ont été arrêtés le week-end dernier en Arabie saoudite au cours d'une purge sans...