Dernière minute ...
7 Américains disparus après la collision entre un destroyer américain et un navire philippin le 17 juin Daesh et Hamas se disputent la revendication du meurtre d'une policière israélienne à Al Qods Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Incendie de la tour Grenfell: le bilan atteint 30 morts, 70 personnes portées disparues Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Après avoir entendu le samedi 03/6 Zafzafi à Casablanca le juge demande le prolongement de sa garde à vue  Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie en panne de soins
Après la pénurie de certaines denrées alimentaires, c’est au tour des médicaments de se faire de plus en plus rares en Algérie. Et c’est la Fédération Algérienne du médicament qui vient de tirer la sonnette d'alarme. Les adhérents de la fédération ont dénoncé mercredi 22 février 2017 au cours d’une conférence-débat, les entravent qui ont conduit à cette crise du médicament. Les produits en rupture sont de différentes classes thérapeutiques. C'est plus de 210 molécules qui sont absentes du marché, et sans aucune alternative, a averti Abdelouahed Kerrar, président l’union nationale des opérateurs de la pharmacie, dont les propos ont été relayés par la presse algérienne. La pénurie touche des médicaments de différents types qu’ils soient génériques ou princeps. des médicaments vitaux, touchant donc des maladies chroniques comme le diabète, l'hypertension ou même des maladies cardiaques sont en rupture de stock, révèle le huffPost Algérie. Les médicaments pour les pathologies graves, comme le cancer, ne sont pas les seules touchées par la pénurie. Ceux contre les rhumes, les rhino-pharyngites ou encore les sinusites sont aussi indisponibles. «Les personnes diabétiques se plaignent également de l'impossibilité de trouver des bandelettes nécessaires à la vérification de leur taux de glycémie », renchérit le journal électronique. À l’heure où les producteurs renvoient cette pé- nurie aux retards de délivrance des autorisations d’importation, le ministère se lave de toute responsabilité. Les membres de la fédération Algérienne du médicament se disent "désemparés" de la situation. Ils s’accordent à dire que cette pénurie ils l’ont anticipés, seulement le pouvoir algérien – détenu par la junte militaire – s'obstine à laisser la situation s’empirer. En dépit de cet état des lieux inquiétant, le gouvernement ne reconnaît pas cette rupture de stock. Le ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf et le directeur général de la santé au ministère hamou hafed, ont tenu à démentir l'information, minimisant l'étendue du retard de la signature des autorisations d’importations et ses conséquences sur la santé des algériens. Avec la crise économique que traverse le pays, la facture d’importation des médicaments devient de plus en plus lourde aux yeux des responsables algériens. d’où d’innombrables restrictions d’importation. Les généraux sont plus préoccupés par la santé de leur président fantoche, Bouteflika, diminué physiquement, installé sur une chaise roulante et qui a perdu l’usage de la parole…

à lire aussi :
Syrie : les Kurdes compliquent la donne
Au moins 17 combattants kurdes syriens et djihadistes ont péri, mercredi 24 juillet, dans de violents combats dans la province de Hassaka, au nord-est du pays. Les combattants kurdes...
Macron en marche vers le parti unique
Emmanuel Macron est en passe de réussir son deuxième pari, celui de gagner les législatives après la présidentielle. Avec plus de 32 % des voix, son parti se hisse...
L’argent vaut de l’or en Algérie
En Algérie, le projet de loi de finances 2017 présenté par le gouvernement réglemente encore plus les importations, pour pallier la baisse des revenus de l'Etat. Parmi les...
Arabie Saoudite : la sœur de Raef Badaoui sur la sellette
La sœur du blogueur saoudien Raef Badaoui, condamné pour « insulte à l'islam » par Ryad à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet, a été...