Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Le temps des ectoplasmes
Le décès de M’hamed Boucetta, un nationaliste de la première heure doublé d’un animal politique distingué, projette une lumière crue sur la situation actuelle de l’Istiqlal. Le parti est passé d’un grand leadership à une petite chefferie qui lui a fait perdre, en se livrant corps et âme à un chabatisme destructeur, l’essentiel des qualités qui ont fait sa force. C’est peut-être l’époque qui le veut. Elle fait adouber les ectoplasmes auxquels elle donne le pouvoir qu’ils ne savent pas utiliser faute d’avoir été préparés à l’exercer en étant imprégnés d’une culture de négociation et de compromis qui donne de la hauteur de vue. Ce n’est certainement pas le cas de l’actuel chef de l’Istiqlal qui s’est retrouvé- aidé en cela par le désarroi ressenti par nombre d’istiqlaliens né du fait de la concurrence du PJd- en train de conduire un avion alors qu’il n’a même pas les qualités pour mener convenablement un âne ! Etrange époque dont les caractéristiques sont l’aveuglement et la vanité…L’Istiqlal s’est égaré, politiquement et électoralement, le jour où ses membres lui ont fait prendre le virage du populisme, en pensant qu’un profil guignolesque comme celui de Chabat, fort en gueule et insolent, est le seul capable de contrecarrer Abdelilah Benkirane, un maître du genre, qui sait parler le langage de la plèbe. Mal leur en a pris. Excepté Moulay Mhamed Khalifa qui a dénoncé haut et fort cette mascarade, les historiques du parti, dont fait partie M’hamed Boucetta, n’ont pas fait grand-chose pour empêcher cette dérive qui allait coûter cher au plus vieux parti du Maroc. Pire, ils ont laissé jusqu’à aujourd’hui la création de M’hamed douiri agir à sa guise, commettant impair sur impair et rogner gravement le fonds de commerce du parti là où il aurait fallu qu’ils interviennent pour mettre le holà et le destituer. Tout se passe comme si les caciques istiqlaliens avaient pris goût aux chabatiades de hamidou de Tanouante et qu’il était nécessaire qu’il poursuive le boulot de sape des fondements du parti! Et pour se complaire dans la passivité et l’inaction, ils se sont laissés persuadés par leur chef inconséquent que l’Istiqlal est réellement la cible d’un complot politique ourdi par l’on ne sait quel cabinet noir… La méthode Coué a bien fonctionné. Or, personne n’a intérêt à affaiblir l’Istiqlal surtout dans le contexte actuel marqué par un paysage politique menacé plus que jamais par l’apparition des contours d’un parti-Etat dont rêve in petto Benkirane et les siens. d’ailleurs, le patron des islamises se cramponne à un second mandat comme huître à son rocher qu’il juge crucial dans la poursuite de la stratégie d’affaiblissement de ses futurs alliés au pouvoir qui va évidemment de pair avec le renforcement de l’entrisme que son parti a pratiqué tout au long du précédent mandat. devant l’enlisement des tractations depuis quatre mois, le Premier ministre pas aussi «résigné» que ça a menacé à plusieurs reprises de rendre les clés du pouvoir à qui de droit mais sans jamais franchir le pas, nourrissant toujours l’ambition de parvenir à arracher le sésame du mandat tant convoité… Le voilà qui perd son sang froid et hausse le ton lors d’une session ordinaire du syndicat du PJd samedi 18 février à Salé, en laissant entendre que les dernières visites royales en Afrique sont une « humiliation du peuple marocain » privé de gouvernement. Une phrase pleine de sous-entendus que certains ont pris pour de l’irrévérence. Tel est Benkirane. dès que tu chasses le naturel, il revient au galop… 
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
L'autocélébration en flux tendus
L’emploi, c’est connu, ne se décrète pas. Le besoin d’embauche se ressent naturellement, devient impérieux lorsque la croissance économique est au...
Les causes d'une fausse cause
Le gouvernement a décidé de durcir la loi anti-terroriste dans l’espoir de dissuader les candidats au Jihad de rejoindre les combattants de l’Etat Islamique. Peines...
Benkirane, premier ministre résigné...
La célèbre pièce de l’anti-théâtre «En attendant Godot» de Samuel Beckett résume parfaitement la situation politique nationale figée...
Daoudi n’est pas japonais
Pays industrialisé, le Japon a décidé récemment de fermer pas moins de 26 facultés de sciences humaines et sociales. Motif : ces dernières sont jugées...