Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Beurgeois Gentleman
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (82)
Mohamed James dean fait l’objet d’une expé- rimentation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce projet à L’Etat français fait subir à Mohamed James Dean des cours de Georges Corm. Intellectuel engagé, humaniste, Georges Corm a été ministre des finances du Liban (1998-2000). Selon lui, si le Wahabisme prospère alors que c’est une forme de pensée très appauvrie, héré- tique et crétinisante, c’est parce qu’on n’a pas rétabli la mémoire à tous ces jeunes musulmans. Il y a eu des moments de réveil merveilleux dans l’Egypte et au Liban de 1930 suivis d’une rechute et d’un sommeil profond. Au Maghreb aussi il y a eu Ben Badis (1889-1940). Il appartient à une fratrie nombreuse. Son père était un gros propriétaire terrien et l'un des notables les plus influents de Constantine. Très jeune il « Apprend la science pour l’amour de la science, non pas pour le devoir » et se promet de ne jamais devenir fonctionnaire pour le compte de l'État colonial de l'époque, la France. Il est aussi connu pour avoir toujours défendu les droits des habitants musulmans de Constantine. En 1908, à presque 20 ans, Ben Badis part à Tunis qui était en ce temps-là un grand centre de science pour continuer ses études à l’Université Zitouna où il fut l'élève de Tahar Ben Achour et obtint, 4 années plus tard, Al Ijaza (diplôme de licence). Il y rencontre beaucoup de savants qui ont enraciné en lui l’idéologie de la réforme, comme ils lui ont montré la méthode pour comprendre le Coran. Ils ont poussé Ben Badis à s'intéresser à l’histoire et aux problèmes contemporains des musulmans, ainsi qu'à trouver une solution pour repousser le colonialisme occidental et ses effets. Après son retour en Algérie, il commence aussitôt à enseigner à Constantine. Mais ceux qui s'opposaient au mouvement réformiste musulman ont voulu l'interdire, ce qui l’a poussé à quitter l’Algérie. En 1913, Ben Badis retourne en Algérie. L’une des préoccupations majeures durant cette période de sa vie était la lutte contre la répression qui s'abattait sur les patriotes algériens et la dénonciation de la propagande fasciste et des agissements antisémites. Tout cela, il le faisait en pratiquant son travail quotidien en tant que journaliste. Pour son appel à la réforme de la situation de la société, Ibn Badis adopta la méthode de la persuasion et combattit les confréries et le soufisme qui avaient engendré des us et coutumes contraires aux vrais préceptes de l'Islam. Il rejeta également les querelles marginales entre les cheikhs des différentes zaouïas, appelant à une compréhension juste de l'Islam, loin de toute mystification ou charlatanisme et en refusant le mimétisme aveugle. Le 16 avril 1940, Ben Badis meurt dans sa ville natale Constantine. Ses obsèques prirent l'aspect d'une gigantesque manifestation anticolonialiste. La fête nationale, « Journée du Savoir », est célébrée en son honneur le 16 avril. (A suivre) Beurgeois.Gentleman@gmail.com
 
 
Le Beurgeois Gentleman

à lire aussi :
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (7/15)
Mohamed, « iSlamiste » algérien d’origine française, est né dans une cité ouvrière devenue depuis une cité chômeuse. Les voitures se...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (13/15)
Mohamed Nord Dean, un iSlamiste en vacances du côté du bassin d’Arcachon, passe ses longues journées du Ramadan à tuer le temps, à défaut des KK (Klebs...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (23/25)
Mohamed James Dean est tout absorbé à préparer sa première rencontre avec les houris du paradis d’Allah. Son IPhone halal a du mal à se connecter au...
Mai 1968 vu par Michel Onfray (9/14)
Après la seconde guerre mondiale, il va y avoir énormément de ferments révolutionnaires. Au cinéma d’abord : le film « Et...