Dernière minute ...
SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte 9e circonscription : La presse algérienne s'indigne du retrait de candidature de Leila Aichi Après l'abandon de la Suède des poursuites contre lui, Julian Assangeva demanderait l'asile politique à la France L'adjoint de l'ambasssadeur du Maroc à Sainte Lucie agrésé physiquement par un diplomate algérien lors d'une réunion d'un comite onusien  Macron élu avec  20.753.797  voix soit 66,10% des suffrages exprimés  contre 10.664.118 pour Le Pen (33,90%)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Trump se dit « honoré » de rencontrer Kim Jong-un « si les conditions sont réunies » Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Le Beurgeois Gentleman
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (82)
Mohamed James dean fait l’objet d’une expé- rimentation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce projet à L’Etat français fait subir à Mohamed James Dean des cours de Georges Corm. Intellectuel engagé, humaniste, Georges Corm a été ministre des finances du Liban (1998-2000). Selon lui, si le Wahabisme prospère alors que c’est une forme de pensée très appauvrie, héré- tique et crétinisante, c’est parce qu’on n’a pas rétabli la mémoire à tous ces jeunes musulmans. Il y a eu des moments de réveil merveilleux dans l’Egypte et au Liban de 1930 suivis d’une rechute et d’un sommeil profond. Au Maghreb aussi il y a eu Ben Badis (1889-1940). Il appartient à une fratrie nombreuse. Son père était un gros propriétaire terrien et l'un des notables les plus influents de Constantine. Très jeune il « Apprend la science pour l’amour de la science, non pas pour le devoir » et se promet de ne jamais devenir fonctionnaire pour le compte de l'État colonial de l'époque, la France. Il est aussi connu pour avoir toujours défendu les droits des habitants musulmans de Constantine. En 1908, à presque 20 ans, Ben Badis part à Tunis qui était en ce temps-là un grand centre de science pour continuer ses études à l’Université Zitouna où il fut l'élève de Tahar Ben Achour et obtint, 4 années plus tard, Al Ijaza (diplôme de licence). Il y rencontre beaucoup de savants qui ont enraciné en lui l’idéologie de la réforme, comme ils lui ont montré la méthode pour comprendre le Coran. Ils ont poussé Ben Badis à s'intéresser à l’histoire et aux problèmes contemporains des musulmans, ainsi qu'à trouver une solution pour repousser le colonialisme occidental et ses effets. Après son retour en Algérie, il commence aussitôt à enseigner à Constantine. Mais ceux qui s'opposaient au mouvement réformiste musulman ont voulu l'interdire, ce qui l’a poussé à quitter l’Algérie. En 1913, Ben Badis retourne en Algérie. L’une des préoccupations majeures durant cette période de sa vie était la lutte contre la répression qui s'abattait sur les patriotes algériens et la dénonciation de la propagande fasciste et des agissements antisémites. Tout cela, il le faisait en pratiquant son travail quotidien en tant que journaliste. Pour son appel à la réforme de la situation de la société, Ibn Badis adopta la méthode de la persuasion et combattit les confréries et le soufisme qui avaient engendré des us et coutumes contraires aux vrais préceptes de l'Islam. Il rejeta également les querelles marginales entre les cheikhs des différentes zaouïas, appelant à une compréhension juste de l'Islam, loin de toute mystification ou charlatanisme et en refusant le mimétisme aveugle. Le 16 avril 1940, Ben Badis meurt dans sa ville natale Constantine. Ses obsèques prirent l'aspect d'une gigantesque manifestation anticolonialiste. La fête nationale, « Journée du Savoir », est célébrée en son honneur le 16 avril. (A suivre) Beurgeois.Gentleman@gmail.com
 
 
Le Beurgeois Gentleman

à lire aussi :
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (86)
Mohamed James Dean fait l’objet d’une expé- rimentation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (91)
Mohamed James dean fait l’objet d’une expérimentation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (90)
Mohamed James Dean fait l’objet d’une expérimentation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (88)
Mohamed James dean fait l’objet d’une expérimen - tation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce...