Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Fillon n’est pas marocain
Ce n’est pas au Maroc où l’affaire Fillon risque d’éclater et donner immédiatement lieu à une auto-saisine des juges pour déterminer s’il y a eu ou non détournement de fonds via des emplois fictifs. On en est encore très loin. Preuve, ce fait concomitant se rapportant à la liste du patrimoine du leader de l’Istiqlal Hamid Chabat et de sa famille, étalée par le menu dans une démarche qui sent moins l’investigation journalistique que l’inquisition matinée de malveillance sur les colonnes du quotidien de Niny. Tout y passe : terrains, immeubles, fermes, villas, enseignes commerciales et même les numéros de leurs comptes bancaires. Un vrai nabab que ce Chabat? Le mis en cause, qui se pose d’emblée en victime d’une cabale politique qui vise l’Istiqlal qu’il dirige, réagit via la toile à ces révélations sur les biens qui lui ont été attribués non pas en criant au mensonge et à la diffamation mais en s’employant surtout à minimiser leur valeur qu’il a estimé, entre revenus et propriétés, à moins de 75 millions de DH, acquis selon lui dans l’honnêteté et la transparence. Chabat a tenu ainsi à rassurer les sceptiques en leur lançant en substance : « Les dizaines de milliards de centimes avancés par le colporteur de ces ragots sont une pure illusion ». Pauvre Chabat, serait-on tenté de dire. Lui et les siens sont donc d’honnêtes citoyens. Il faut le croire sur parole. Or, seule la justice, au travers d’une enquête approfondie, est en mesure de dire si l’homme public qu’est Hamid Chabat a profité ou non de son statut politique et de ses mandats électifs pour s’enrichir de manière indue sur le dos de la collectivité. Mais on ne le saura certainement jamais. Comme c’est toujours le cas dans ce genre de situations, l’affaire se transformera en délit de presse, l’accusé ne manquant pas d’intenter un procès en diffamation au journal et à l’auteur de l’article incriminé qui sont tenus d’apporter la preuve de leurs allégations. Faute de quoi, ils seront condamnés pour injure et diffamation. Par-delà ses véritables motivations, l’aspect le plus important de l’histoire passera à la trappe puisque l’accusé, qui manipule en tant qu’élu l’argent public depuis plus de 35 ans , ne sera pas interrogé sur l’origine de sa fortune, histoire de vérifier si celle-ci est le fruit de son labeur ou du né- potisme, concussion et autre trafic d’influence qui sont monnaie courante dans la pratique politique à la marocaine. Fillon n’est pas Marocain. D’ailleurs, jamais un élu, ministre, modeste ou haut fonctionnaire n’a été inquiété sur ses biens depuis l’entrée en vigueur en 2010 de la déclaration du patrimoine visant à « moraliser la vie publique et de consacrer les principes de responsabilité, de transparence et de protection des deniers publics». A défaut de sanctions à l’encontre de ceux qui profitent de leur responsabilité pour accumuler des richesses monumentales à l’ombre des mandats publics ou minorent la valeur de leur patrimoine bien ou mal acquis, le citoyen lambda a le sentiment qu’il s’agit juste d’une formalité de plus dans l’arsenal juridique inopérant de la moralisation de la vue publique destiné à la consommation populaire et associative. Comment dans ces conditions croire que la chasse aux privilèges indus et la répression des transgresseurs procède d’une véritable volonté politique et que le temps de l’impunité est bel et bien révolue alors que la consultation de l’état du patrimoine des gouvernants relève d’un secret très bien gardé ? La Cour des comptes, chargée de la réception, suivi et contrôle de ces déclarations, est-elle vraiment l’instance tout indiquée pour ce travail sachant qu’aucune sanction n’a été prise jusqu’à présent contre les auteurs de fausses déclarations ou contre ceux qui ont refusé de se soumettre à la loi. Sur le registre non moins important du contrôle des deniers publics, les rapports de la Cour se suivent et se ressemblent, donnant très rarement lieu à des procès exemplaires. Fillon n’est pas Marocain. Pour avoir salarié sa femme et ses enfants sur le budget de l’assemblée nationale pour la bagatelle de moins de 10 millions de DH, le candidat de la droite a vécu l’enfer et pris le risque de plomber sérieusement sa campagne pour la présidentielle. Au Maroc, un Fillon n’aurait seulement pas été inquiété mais aurait en plus bénéficié d’une belle promotion…L’exception marocaine n’est pas une monnaie très forte…
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Guergarate pour faire diversion
Le Maroc a-t-il commis une erreur d’appréciation en se retirant de Guergarate dimanche 26 février conformément à la recommandation du secrétaire gé-...
La bonne-fausse idée de Ramid
Une bonne fausse-idée que celle lancée par le ministère de la Justice et des Libertés: les journées portes ouvertes organisées sous le thème «La...
Les leçons d’un boycott
Les Marocains en ont fini avec les problèmes qui les préoccupent au plus haut point que sont l’accès à un enseignement performant à des prix défiant...
Qui a peur du conseil de la concurrence ?
La campagne de boycott de certaines marques a soudainement placé sous le feu des projecteurs le fameux conseil de la concurrence que l’on croyait jeté aux oubliettes puisque son...