Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Légitimité africaine
 Tout a été dit ou presque sur le retour historique du Maroc au sein de sa famille africaine. Un événement salué par la majorité des pays africains mais aussi par d'autres pays, car répondant loin de toute arrière-pensée politique au projet porté dans la sincérité et le dévouement par le souverain depuis son accession au trône : le développement de l’Afrique et le bien-être de sa population. Le Maroc, à travers les innombrables tournées royales dans le continent, s’est attelé
à cet objectif dans un cadre bilatéral. Cette même volonté de coopération sud-sud dans divers domaines, qui a permis le déploiement dans une bonne partie de l’Afrique du savoirfaire marocain et la réalisation de différents investissements, sera désormais poursuivie en tant que membre de l’UA. Ce qui ne peut que donner plus de force à l’action marocaine en direction d’un continent appelé à prendre son destin en main…
Tel n’est pas la démarche de l’Algérie qui, plutôt que d’utiliser ses moyens colossaux pour
servir la cause africaine, a fait le choix de livrer depuis plus de 35 ans une guerre d’usure à son voisin par Polisario interposé en embarquant dans cette aventure pour le moins hostile, moyennant une diplomatie du chéquier généreuse, certains Etats africains dont il a fait des obligés. Objectif inavoué mais devenu de plus en plus clair au fil du temps et des manoeuvres: déstabiliser le Maroc et l’affaiblir dans une optique hégémonique évidente. Et à cette fin, tout un Etat avec son appareil politico-diplomatique, sa junte militaire au pouvoir et ses moyens colossaux ont été mobilisés sans relâche. Le Royaume a fini par habiter les généraux d’Alger le jour comme la nuit. A telle enseigne que la politique étrangère algérienne se résume en trois syllabes : Le-Ma-Roc. Et à toute autre action pouvant concourir à le fragiliser.
Une obsession qui a détourné naturellement les galonnés d’Alger de la situation de leurs concitoyens maintenus dans le dénuement et la pauvreté malgré la richesse de son sous-sol. Tout se passait comme si sponsoriser le Polisario en le dressant constamment contre l’intégrité territoriale du Maroc était devenu autrement plus important que de régler les problèmes des Algériens. On a rarement vu dans l’histoire un tel degré d’acharnement de la part d’un Etat sacrifiant les intérêts de son peuple et l’idéal de l’union maghrébine pour mettre à genoux son voisin par le truchement d’une bande de mercenaires autoproclamée "mouvement de libération" ! On a rarement vu aussi un Etat refusant à plusieurs reprises la main tendue du Maroc et se cramponnant de manière aussi viscérale à cet anachronisme qui le met à contre-courant de l’histoire et de la dynamique des intégrations régionales…
En s’entêtant à soutenir la supercherie RASD au nom du droit des peuples à l’autodétermination, l’Algérie des pétrodollars a certainement présumé de ses forces, sous-estimant la capacité de résistance du Maroc qu’elle pensait facilement tomber sous ses coups de boutoir. Mais cette entreprise de haine ne pouvait qu’échouer car s’est heurtée à un pays fort de ses institutions, de la légitimité de son leadership et de la cohésion de son peuple. Peuton
dire autant d’une Algérie empêtrée dans ses propres contradictions et dont les dirigeants, à
force de soutenir une grosse chimère contretout bon sens, ont tourné le dos à leurs concitoyens?
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Benkirane pas dur d'oseille
Depuis un certain nombre d’années, les défilés du 1er mai se suivent et se ressemblent, devenant juste une formalité de circonstance pour marquer la fête du...
Tubes digestifs
Le Maroc n’est pas outillé pour tirer profit des accords de libre-échange qu’il a signés avec plus de 50 pays et encore moins de la mondialisation et ce qu’elle...
Communication en circuit fermé
Le Maroc réussit à abriter sur son sol des événements d’envergure mondiale. Ce qui confirme son ouverture sur le monde et sa vocation de terre des grands rendez-vous...
Benkirane face à lui-même
Depuis quelque temps, le Premier ministre donne l’impression d’être dans la réaction plutôt que dans l’action. Même en régissant, Abdelilah Benkirane...