Dernière minute ...
7 Américains disparus après la collision entre un destroyer américain et un navire philippin le 17 juin Daesh et Hamas se disputent la revendication du meurtre d'une policière israélienne à Al Qods Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Incendie de la tour Grenfell: le bilan atteint 30 morts, 70 personnes portées disparues Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Après avoir entendu le samedi 03/6 Zafzafi à Casablanca le juge demande le prolongement de sa garde à vue  Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Légitimité africaine
 Tout a été dit ou presque sur le retour historique du Maroc au sein de sa famille africaine. Un événement salué par la majorité des pays africains mais aussi par d'autres pays, car répondant loin de toute arrière-pensée politique au projet porté dans la sincérité et le dévouement par le souverain depuis son accession au trône : le développement de l’Afrique et le bien-être de sa population. Le Maroc, à travers les innombrables tournées royales dans le continent, s’est attelé
à cet objectif dans un cadre bilatéral. Cette même volonté de coopération sud-sud dans divers domaines, qui a permis le déploiement dans une bonne partie de l’Afrique du savoirfaire marocain et la réalisation de différents investissements, sera désormais poursuivie en tant que membre de l’UA. Ce qui ne peut que donner plus de force à l’action marocaine en direction d’un continent appelé à prendre son destin en main…
Tel n’est pas la démarche de l’Algérie qui, plutôt que d’utiliser ses moyens colossaux pour
servir la cause africaine, a fait le choix de livrer depuis plus de 35 ans une guerre d’usure à son voisin par Polisario interposé en embarquant dans cette aventure pour le moins hostile, moyennant une diplomatie du chéquier généreuse, certains Etats africains dont il a fait des obligés. Objectif inavoué mais devenu de plus en plus clair au fil du temps et des manoeuvres: déstabiliser le Maroc et l’affaiblir dans une optique hégémonique évidente. Et à cette fin, tout un Etat avec son appareil politico-diplomatique, sa junte militaire au pouvoir et ses moyens colossaux ont été mobilisés sans relâche. Le Royaume a fini par habiter les généraux d’Alger le jour comme la nuit. A telle enseigne que la politique étrangère algérienne se résume en trois syllabes : Le-Ma-Roc. Et à toute autre action pouvant concourir à le fragiliser.
Une obsession qui a détourné naturellement les galonnés d’Alger de la situation de leurs concitoyens maintenus dans le dénuement et la pauvreté malgré la richesse de son sous-sol. Tout se passait comme si sponsoriser le Polisario en le dressant constamment contre l’intégrité territoriale du Maroc était devenu autrement plus important que de régler les problèmes des Algériens. On a rarement vu dans l’histoire un tel degré d’acharnement de la part d’un Etat sacrifiant les intérêts de son peuple et l’idéal de l’union maghrébine pour mettre à genoux son voisin par le truchement d’une bande de mercenaires autoproclamée "mouvement de libération" ! On a rarement vu aussi un Etat refusant à plusieurs reprises la main tendue du Maroc et se cramponnant de manière aussi viscérale à cet anachronisme qui le met à contre-courant de l’histoire et de la dynamique des intégrations régionales…
En s’entêtant à soutenir la supercherie RASD au nom du droit des peuples à l’autodétermination, l’Algérie des pétrodollars a certainement présumé de ses forces, sous-estimant la capacité de résistance du Maroc qu’elle pensait facilement tomber sous ses coups de boutoir. Mais cette entreprise de haine ne pouvait qu’échouer car s’est heurtée à un pays fort de ses institutions, de la légitimité de son leadership et de la cohésion de son peuple. Peuton
dire autant d’une Algérie empêtrée dans ses propres contradictions et dont les dirigeants, à
force de soutenir une grosse chimère contretout bon sens, ont tourné le dos à leurs concitoyens?
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Les lapalissades font autorité
Il semble que nous avons encore besoin au Maroc de rapports ronflants et d’études pompeuses pour nous annoncer des lapalissades plusieurs fois ressassées et prescrire aux...
La Cedeao pour enterrer l’UMA
Par sa demande d’adhésion à la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEdEAO), le Maroc signe officiellement et solennellement l’acte de...
La Smit plombée par Douiri
Le monde est tombé à bras raccourcis sur la société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) épinglée par la Cour des comptes dans son dernier...
Cobayes éternels
La baisse dramatique et continue du niveau de l’école publique et des élèves n’a de cesse de revenir à la figure de la nation comme un boomerang...