Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

L’entretien - à peine - fictif
Driss Al Azami Idrissi: On m'a coiffé au poteau
 Par une nuit glaciale, une équipe du Canard a surpris en flagrant délit le maire de Fès et son équipe en train de mesurer la superficie d’un salon de coiffure. 
 
On vous prête l’intention diabolique de décréter l’interdiction de la mixité dans les spas, centres de beauté et salons de coiffure de Fès. Est-ce vrai ?
 
D’abord, je tiens à préciser que je n’ai pas la puissance de Donald Trump pour signer des décrets détestables. Je ne suis qu’un petit maire d’une ville qui, je ne le cache pas, aime par ailleurs tout ce qui relève de l’unicité. Tout ce qui est unique est forcément en contradiction avec la mixité, la multiplicité et la promiscuité…
 
En quoi les salons de coiffure et les centres de beauté vous dérangent-ils ? Les habitants  n’ont- ls d’autres priorités plus importantes que les coupes de cheveux ?
 
Arrêtez votre hypocrisie. On ne fréquente pas les salons de coiffure que pour se couper les cheveux ou s’offrir un brushing. Ils sont devenus des lieux où le diable et ses oeuvres sont bel et bien incrustés… Il y a de quoi s’arracher les cheveux et même la barbe…
 
Avez-vous oui ou non fait adopter comme cela a été écrit par les médias un arrêté municipal interdisant la mixité dans le salons en question ?
 
Pour le moment le texte incriminé stipule qu’il est autorisé à exercer la coiffure pour les femmes et pour les hommes dans le même salon si ce dernier remplit les conditions et si sa superficie permet d’accueillir les deux sexes dans deux parties distinctes.
 
Autrement dit, la mixité est devenue sous condition, possible seulement si le salon de coiffure possède la surface requise sans préciser laquelle et remplit des conditions qui ne sont non plus définies. Quand bien même elle est vicieuse, cette tournure très vague est de nature à donner lieu à des abus…

C’est le propre de la loi au Maroc, elle doit être suffisamment sombre pour donner lieu à diverses interprétations et échappatoires.
 
Le ministère l’Intérieur s’est opposé à votre arrêté par le truchement du wali de la région Meknès-Fès…Comment avezvécu ce désaveu ?
 
Pour une histoire de pelage, le geste des autorités est tiré par les cheveux. Mais à charge de revanche, j’ai encore pleines de choses à passer à la barbe des autorités…
Saliha TOUMI

à lire aussi :
Moulay Hafid : "Mes affaires s’accélèrent"
Une équipe du Canard Libéré a chopé Moulay Hafid Elalamy, ministre du commerce et de l’industrie, qui sortait d’une réunion lors du salon...
ABDELILAH BENKIRANE : Je suis le seul à faire bouger le Maroc
 Une équipe du Canard a rencontré AbdelilahBenkirane en pleine séance d’exercice de langue-attack où il compte décrocher la palme d’or aux...
Noubir Amaoui : "Je revendique ma longévité syndicale"
Le secrétaire général de la CDT Noubir Amaoui s’est confié à la journaliste du Canard Libéré pendant qu'il attendait un grand tagine de poulet...
Mohamed Yatim : «Au chômage !»
Une équipe du Canard a aperçu le ministre du Travail le PJD Mohamed Yatim dans un défilé de travailleurs à Rabat arborant une pancarte réclamant une...