Dernière minute ...
Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Un attentat le 20 avril contre un car de police sur les Champs Elysées, 1 policier tué et 2 autres blessés Attaque chimique en Syrie: La Russie oppose son veto au conseil de sécurité L'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait au moins 14 morts Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Daesh revendique l'attentat près du Parlement à Londres Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le juge commissaire a décidé par ordonnance la mise en vente des actifs de la Samir Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Confus de Canard
Les lapalissades font autorité
Il semble que nous avons encore besoin au Maroc de rapports ronflants et d’études pompeuses pour nous annoncer des lapalissades plusieurs fois ressassées et prescrire aux autorités des recommandations depuis longtemps émises. Ces lapalissades, on les retrouve à foison dans le dernier rapport du Conseil économique, social et environnemental, qui a abouti à la conclusion, présentée récemment à Rabat, que le monde rural souffre de marginalisation, d’enclavement et d’inégalités à la fois économiques et sociales…Quel scoop ! Avec ses lieux communs comme «le rural ne doit pas être confondu avec l’agricole» ou «les nouvelles mutations qu’a connu la campagne marocaine requièrent un changement de paradigme» Nizar Baraka, le président de ce machin, qui a été recyclé dans la phraséologie budgétivore, a donné à l’assistance l’impression de découvrir l’eau chaude ou la faucille à couper l’herbe. Or, les maux du Maroc des campagnes, pointés du doigt depuis longtemps et à maintes occasions, sont connus de tous. Mais l’industrie du blabla et des professions de foi n’arrête pas de fonctionner à plein régime. En fait, ce qui continue à faire cruellement défaut au Maroc c’est un Conseil de l’action et de l’efficacité dont le rôle est de mettre en œuvre sur le terrain des politiques de développement concrètes qui, faute de leur traduction en actes, ne servent qu’à meubler les discours des responsables qui sont vraiment fâchés avec la culture du résultat. Combien de gouvernements ont été consommés, de départements dédiés au monde rural installés, de budgets (colossaux) engloutis et de stratégies et d’études concoctées…sans que le moindre dé- but d’une vision pour le monde rural n’ait vu le jour. Résultat : ce dernier et ses pauvres habitants, évacués des véritables préoccupations des responsables, continuent à être maintenus dans un sous-développement chronique, sans infrastructure de base ni accès aux soins ni à l’école, encore moins à un revenu décent. Tout se passe comme si ce Maroc «inutile», qui représente tout de même un peu plus de 40% de la population, était condamné définitivement, par l’on ne sait quelle fatalité, au dénuement et à la marginalisation sans jamais avoir les moyens en termes d’équipements pour affronter les rigueurs de la nature (inondations, vague de froid…) qui s’abattent régulièrement sur les ruraux, ni en termes de moyens pour extraire l’agriculture vivrière de l’indépendance vis-à- vis du ciel. Beaucoup plus que de gestes ponctuels destinés à se donner bonne conscience qui sont une goutte d’eau dans un océan de détresse, les campagnes marocaines ont besoin d’un véritable programme de développement volontariste à élaborer et à mettre en œuvre dans le cadre de la région en partenariat avec ses autorités locales et les structures de proximité élues. Ce qui permettra au moins aux walis et gouverneurs du Maroc profond, qui ne savent pas trop quoi faire de leur temps, d’envisager le développement spatial de leur territoire autrement que sous l’angle de mesurettes à caractère saisonnier sans impact significatif sur le vécu de populations livrées aux professionnels du souk électoral qui continuent à les abreuver de fausses promesses. A ce rythme, les ruraux ont pour longtemps encore un mauvais avenir devant eux… 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
La Cedeao pour enterrer l’UMA
Par sa demande d’adhésion à la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEdEAO), le Maroc signe officiellement et solennellement l’acte de...
Légitimité africaine
 Tout a été dit ou presque sur le retour historique du Maroc au sein de sa famille africaine. Un événement salué par la majorité des pays africains mais...
La locomotive Raja
Face au Bayern de Munich, le Raja a perdu dignement (2-0) à Marrakech lors de la finale du mondial des clubs samedi 21 décembre. Le sacre est revenu logiquement aux champions...
Le diktat des intermédiaires
Ce qui contribue à la vie chère au Maroc en érodant davantage le pouvoir d’achat du grand nombre de citoyens c’est la multiplicité des intermédiaires....