Dernière minute ...
Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse Le Roi Mohammed VI dénonce les politiques israéliennes à Al-Qods Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Ordures : Tanger a fait le plein
L es « chiffonniers » professionnels internationaux si on peut appeler comme ça les opérateurs du secteur du ramassage des ordures sont à couteaux tirés autour de l’appel d’offres lancé par la commune urbaine de Tanger pour sélectionner dans le cadre d’un cahier des charges annuel l’entreprise qui se chargera de la gestion et l’exploitation de la décharge publique de la ville. Selon les premières indiscrétions, le maire islamiste de la ville, toujours fertile en idées, à première vue lumineuses mais qui se révèlent après coup foireuses, a milité pour que la commune limite l'autorisation d’exploitation de la nouvelle décharge à un an alors que les contrats dans ce secteur sont signés pour plusieurs années. Il faut dire que le projet d'aménagement de la nouvelle décharge contrô- lée de Tanger a connu un véritable parcours du combattant malgré les pressions continues de la société civile qui n’a pas arrêté d’appeler au transfert de l’actuel site d’enfouissement des ordures. C’est en 2013 que la mairie avait sérieusement commencé à plancher sur l’avenir de ce site, mis en place en 1972 et qui s’étend sur un peu plus de 21 hectares. Rattrapée par le béton, la décharge de Mghoga a fait le plein, ne pouvant plus continuer à recevoir le contenu nauséabond des bennes-tasseuses. Le cahier des charges de la nouvelle décharge est très contraignant : il pré- voit un site moderne avec une gestion électronique automatisée du contrôle des accès afin de lutter contre la gestion anarchique des déchets solides. Deux clôtures sont en effet prévues pour interdire l’accès aux personnes étrangères au service. Outre les zones d’enfouissement, cette structure devrait disposer d’un centre de tri équipé de trieurs automatiques pour la valorisation des déchets, souci écologique oblige, de telle sorte qu’ils aient un impact environnementale faible avec des réseaux de collecte des eaux usées et du lixiviat avant leur traitement et leur rejet dans le milieu naturel. Nonobstant les déclarations lénifiantes de la ministre sortante de l’Environnement hakima El haïté, faites à la veille de la COP 22, le Maroc est jugé bien en deçà des objectifs fixés par le Plan National des déchets Ménagers (PNdM). Pourtant, ce Plan élaboré en 2008 s’est fixé notamment pour objectif de mettre en place des décharges contrôlées dans 100% des communes urbaines du Maroc en 2015. En 2016, elles sont à peine trois décharges à être aux normes, celles de Meknès, Marrakech et Ifrane, qui portent à 17 le nombre de décharges contrôlées opérationnelles sur un objectif de 75 fixé à 2020. Le premier plan d’action du PNdM mis en place entre 2008 et 2012 a pris un retard considérable. En 2012, le Maroc était tellement à la traîne que les ministères de l’Environnement et de l’Intérieur ont décidé en toute discrétion de repousser l’échéance à 2020. Les deux grands points noirs du secteur de la gestion des déchets solides restent Casablanca et Tanger. Tanger produit plus de 300 000 tonnes de déchets ménagers contre 1,2 million de tonnes pour Casablanca.
 
 

à lire aussi :
Khoukoum Moncef distribue les rôles et s’adjuge le premier
Moncef Belkhayat Zougari a la fibre sociale et du temps dès qu’il s’agit de défendre son propre business. Alors qu’il a démissionné de ses deux mandats...
Un crime presque parfait
Le scénario et le crime étaient presque parfaits. Mais les agissements suspects de la veuve du député assassiné Abdelaziz Merdas, qui a tenté dès le...
Le calmant du gouvernement
La grève des étudiants en médecine commence à donner des soucis au gouvernement qui craint une année blanche. D’où le communiqué, publié...
Louardi inspire les grévistes
Si le conflit sur le projet de loi relatif au service sanitaire obligatoire aurait servi à quelque chose, ce serait d’avoir excité la créativité des étudiants...