Dernière minute ...
Le Parisien : Une substance cancérogène trouvée dans « P’tit biscuit » de marque Nestlé qui porte la mention « texture ferme et fondante » Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial Chantage au Roi Mohammed VI : La cour d’appel de Paris juge recevables les deux enregistrements accablant Catherine Graciet et Eric Laurent   Anis Birrou : "Près de 60% de Marocains entrepreneurs du monde souhaitent investir au Maroc" L’Union européenne prendra les "mesures appropriées" pour sécuriser l’accord agricole et préserver le partenariat avec le Maroc Les députés britanniques donnent le feu vert à Theresa  May pour déclencher le Brexit Le Maroc réintègre l'Union africaine La plainte des parents d'élèves de l'école Al Fatih de Casablanca rejetée par le tribunal administratif La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le juge commissaire a décidé par ordonnance la mise en vente des actifs de la Samir France : 2,8 millions de personnes boivent de l'eau polluée Ki-moon est accusé d'avoir touché 200000 $ en 2005, quand il était chef de la diplomatie de séoul, puis 30000 $ en 2007, après sa nomination à la l'ONU Ookla Speedtest : le réseau 4G+ de Maroc Telecom couvre plus de 73% de la population, soit la couverture la plus large au Maroc Washington s'étant abstenu, 14 membres du Conseil de sécurité onousien adoptent une résolution contre les colonies israéliennes Plus de 24 000 Marocains ont obtenu la nationalité espagnole en 2015 Mohammed VI reçoit à Marrakech Pierre Bergé, président de la Fondation Jardin Majorelle et le décore du Grand cordon du wissam alaouite Casablanca-Hay Hassani : Le Roi inaugure l'Université Mohammed VI des sciences de la santé de Casablanca, le 15 décembre 2016 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Une première : le Souverain prononce depuis Dakar un discours à l’occasion de la célébration du 41e anniversaire de la Marche verte Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La capitalisation boursière de Casablanca détenue par les étrangers et les MRE atteint 34,38%  contre 32,54% en 2014 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Canard +
Ordures : Tanger a fait le plein
L es « chiffonniers » professionnels internationaux si on peut appeler comme ça les opérateurs du secteur du ramassage des ordures sont à couteaux tirés autour de l’appel d’offres lancé par la commune urbaine de Tanger pour sélectionner dans le cadre d’un cahier des charges annuel l’entreprise qui se chargera de la gestion et l’exploitation de la décharge publique de la ville. Selon les premières indiscrétions, le maire islamiste de la ville, toujours fertile en idées, à première vue lumineuses mais qui se révèlent après coup foireuses, a milité pour que la commune limite l'autorisation d’exploitation de la nouvelle décharge à un an alors que les contrats dans ce secteur sont signés pour plusieurs années. Il faut dire que le projet d'aménagement de la nouvelle décharge contrô- lée de Tanger a connu un véritable parcours du combattant malgré les pressions continues de la société civile qui n’a pas arrêté d’appeler au transfert de l’actuel site d’enfouissement des ordures. C’est en 2013 que la mairie avait sérieusement commencé à plancher sur l’avenir de ce site, mis en place en 1972 et qui s’étend sur un peu plus de 21 hectares. Rattrapée par le béton, la décharge de Mghoga a fait le plein, ne pouvant plus continuer à recevoir le contenu nauséabond des bennes-tasseuses. Le cahier des charges de la nouvelle décharge est très contraignant : il pré- voit un site moderne avec une gestion électronique automatisée du contrôle des accès afin de lutter contre la gestion anarchique des déchets solides. Deux clôtures sont en effet prévues pour interdire l’accès aux personnes étrangères au service. Outre les zones d’enfouissement, cette structure devrait disposer d’un centre de tri équipé de trieurs automatiques pour la valorisation des déchets, souci écologique oblige, de telle sorte qu’ils aient un impact environnementale faible avec des réseaux de collecte des eaux usées et du lixiviat avant leur traitement et leur rejet dans le milieu naturel. Nonobstant les déclarations lénifiantes de la ministre sortante de l’Environnement hakima El haïté, faites à la veille de la COP 22, le Maroc est jugé bien en deçà des objectifs fixés par le Plan National des déchets Ménagers (PNdM). Pourtant, ce Plan élaboré en 2008 s’est fixé notamment pour objectif de mettre en place des décharges contrôlées dans 100% des communes urbaines du Maroc en 2015. En 2016, elles sont à peine trois décharges à être aux normes, celles de Meknès, Marrakech et Ifrane, qui portent à 17 le nombre de décharges contrôlées opérationnelles sur un objectif de 75 fixé à 2020. Le premier plan d’action du PNdM mis en place entre 2008 et 2012 a pris un retard considérable. En 2012, le Maroc était tellement à la traîne que les ministères de l’Environnement et de l’Intérieur ont décidé en toute discrétion de repousser l’échéance à 2020. Les deux grands points noirs du secteur de la gestion des déchets solides restent Casablanca et Tanger. Tanger produit plus de 300 000 tonnes de déchets ménagers contre 1,2 million de tonnes pour Casablanca.
 
 

à lire aussi :
Chabat le polygaffe
Hamid Chabat ne sait plus où il habite. Il a suffi qu’il soit atteint par quelques fléchettes empoisonnées comme la révélation par voie de presse qu’il...
Le Maroc le gagnant-perdant
Le scandale qui secoue la FIFA depuis quelques semaines apporte chaque jour son lot de révélations qui en disent long sur l’entendue de la corruption qui mine cette ONU du foot et...
Très mal aimé «much Loved»
Le film « Much Loved » (Zine Li Fik) ne sera pas projeté dans les salles marocaines faute de vise d’exploitation. C’est la conséquence de la levée de...
Le Maroc perd SFR mais gagne le 1818
Attiré de plus en plus par les destinations moins disantes socialement, l’opérateur français de télé-phonie mobile, SFR a l’intention de...