Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
La Smit plombée par Douiri
Le monde est tombé à bras raccourcis sur la société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) épinglée par la Cour des comptes dans son dernier rapport rendu public sur le volet portant sur le Plan Azur. «Autopsie de 15 ans de flops !», titre l’Economiste qui n’a guère cherché à aller au-delà des critiques des magistrats de Driss Jettou qui ont considéré que «le bilan global de la composante balnéaire «Azur» de la vision 2010, puis de la vision 2020, est très faible», pour interroger la responsabilité politique de ce que le Canard a rebaptisé «le plan imposture». Car ce serait trop facile d’accabler la pauvre SMIT en tentant de lui faire porter le chapeau de ce beau et monumental ratage sans pointer la genèse du gâchis. La SMIT n’est que l’instrument public chargé d’exécuter les orientations stratégiques adoptées par le ministère de tutelle et validées par le gouvernement. Or quand celles-ci sont initialement défaillantes, peut-on décemment accabler en cas d’échec l’entité devant les accompagner ? En fait, l’origine du mal vient de la responsabilité politique qui dans le cas d’espèce porte un nom: Adil Douiri en sa qualité de ministre du Tourisme de l’époque et à ce titre d’initiateur de ce programme qui était censé doter le Maroc de pas moins de 7 stations balnéaires dignes de ce nom, a tourné à une vraie arnaque. N’est pas ce pas sous sa conduite qu’ont été lancés les appels d’offres qui ont abouti au choix d’aménageurs-développeurs internationaux qui se sont comme par enchantement avérés tous défaillants les uns après les autres? Le premier désistement mystérieux, celui de l’Espagnol Fadesa, a concerné le projet de la station de Saïdia dans l’Oriental. Arguant de difficultés financières liées à la crise internationale, cet opérateur se retire du projet sauvé par le groupe Addoha qui a courageusement supporté le coût colossal de l’investissement alors même que l’aménagement des resorts touristiques ne fait partie de son métier. Bizarrement, cette crise n’a pas empêché le patron défaillant de Fadesa Maroc, Manuel Jové, de se redéployer au Maroc juste après son désengagement où il a multiplié les achats de foncier et auquel on doit le fameux Anfa Place. Merci qui ? La station Lixus près de Larache et celle de Mogador à Essaouira verra à son tour le désengagement de son attributaire le belge Thomas & Piron qui a cédé au groupe marocain Alliances toutes ses activités au Maroc y compris son projet de Mansour Lake City à Ouarzazate. La station de Taghazout à Agadir connaîtra la même avanie après le retrait de l’Américain Colon Capital et la reprise de l’affaire par un consortium d’institutionnels marocains. Seule exception, le projet Mazagan que le sud-africain Kerzner a mené à son terme en construisant juste un casino avec hôtel (point de station) fré- quenté principalement par les locaux alors que le promoteur s’était engagé sur une clientèle internationale huppée ! Sur les 128.500 lits que les 6 projets de stations initialement promis par Adil Douiri et ses équipes, à peine 7.000 ont été réalisés. Plus qu’un flop, un scandale surtout que les hautes autorités du pays, séduites par ce programme ambitieux sur le papier, ont mobilisé leurs instructions pour mobiliser les moyens nécessaires, un foncier à des prix modiques et les ressources financières nécessaires. Résultat : ce qui a été présenté comme un plan touristique confié pour son aménagement à des étrangers a viré dans toutes ses composantes par l’on en sait quelle alchimie à un programme immobilier fourgué en seconde main à des entreprises nationales. Vous avez dit louche ? Vivement une enquête parlementaire pour éclairer notre lanterne sur les sous et les dessous du fabuleux business de Douiri. 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Légitimité africaine
 Tout a été dit ou presque sur le retour historique du Maroc au sein de sa famille africaine. Un événement salué par la majorité des pays africains mais...
La Cedeao pour enterrer l’UMA
Par sa demande d’adhésion à la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEdEAO), le Maroc signe officiellement et solennellement l’acte de...
Cobayes éternels
La baisse dramatique et continue du niveau de l’école publique et des élèves n’a de cesse de revenir à la figure de la nation comme un boomerang...
L’abattage dans tous ses états…
L’enquête récemment divulguée par la Cour des comptes sur l’état des abattoirs ne fait que confirmer, chiffres clairs et faits tangibles à l’appui,...