Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Très cher carburant ?
La dernière baisse des prix à la pompe a un peu calmé la grogne des automobilistes qui soup- çonnent les distributeurs des carburants d’entente sur les prix alors même que la libéralisation du secteur était censée induire une concurrence entre les différents opérateurs et partant une différence sensible des prix d’une enseigne à une autre. La baisse considérable du cours du baril à l’international n’a pas non plus, jugent le consommateur, été répercuté dans les stationsservice. De là à accuser Akwa, Total, Shell, Winxo et les autres de doper leurs marges au détriment du consommateur, il n’y a qu’un pas que même le wali de Bank Al Maghrib Abdellatif Jouahri avait vite franchi. Pour corroborer cette thèse, certains se sont appuyés sur les bénéfices engrangés par certains pétroliers, notamment Total Maroc qui a réalisé un résultat net consolidé de 402,6 MDH au 1er semestre 2016 contre 145,9 MDH au cours de la même pé- riode de l’exercice précédent. Les sociétés de distribution balaient ces accusations d’un revers de la main, affirmant que les baisses de prix, tout comme les hausses, sont systématiquement appliquées à la pompe. Ainsi entre juin 2016 et août 2016 quatre baisses consécutives ont été pratiquées puisque les prix du diesel sont passés de 8,8 DH le litre à 8,1 DH le litre et pour l'essence de 10,3 DH le litre à 9,6 DH le litre. Dans une déclaration à la presse, le président du GPM, Adil Ziadi a rejeté toute entente sur les prix, expliquant que ceux-ci sont fixés en fonction du cours du dollar et que chaque opérateur détermine ses prix de vente en fonction de ses coûts de revient déterminés par la nature de ses installations, ses frais d’importation et de stockage dans les ports. Les pétroliers se défendent en soutenant que le système de calcul des prix pétroliers est basé sur les cotations internationales des produits raffinés ainsi que sur le cours du dollar. Une source proche du groupement des pétroliers, indique que le prix du brent a connu une très forte augmentation passant de 27$ le baril en fé- vrier 2016 à 54 en octobre 2016. Au cours de la même période, le dollar valait 9,9 DH au lieu de 9,6. Et le même d’ajouter que les prix du carburant au Maroc restent bien inférieurs à ceux des pays avoisinants et non producteurs de pétrole.
 
Accusation
 
«Quand les prix oscillent au Maroc entre 9 et 10 DH , ils dé- passent les 16 DH en Europe», explique un distributeur qui rappelle au passage que les prix du carburant sont fortement impactés par la taxe intérieure de consommation (TIC), à hauteur de 3,5 DH le litre fixée en valeur absolue par les pouvoirs publics et qui ne varie pas en fonction des cours. Le procès fait aux pétroliers n’est pas dénué d’arrière-pensées politiques. L’accusation a été relayée récemment vers le 10 novembre par le site d’information du PJD qui cherchait manifestement à atteindre Aziz Akhannouch (patron des stations Afriquia, principal distributeur des hydrocarbures au Maroc), alors que les négociations en vue de la formation du nouveau gouvernement Benkirane étaient au point mort. En somme, les islamistes reprochent à M. Akhannouch, devenu président du RNI, d’être la principale cause du blocage en raison de ses conditions jugées intenables y compris par le Premier ministre désigné Abdelilah Benkirane. C’est le gouvernement sortant dirigé par le même Benkirane qui avait décidé il y a environ deux ans de supprimer la compensation pour les carburants (quelque 3 DH par litre). Une décision courageuse qui a fait économiser au budget de l’Etat la bagatelle de 35 milliards de DH. Benkirane 2, toujours en panne de formation, saura-t-il carburer ?
 
 
Jamil MANAR

à lire aussi :
Zianites judicaires
On ne sait plus si c’est le procès de Taoufik Bouachrine ou celui  de Me Mohamed Ziane. A chaque audience, depuis l’ouverture du procès le 8 mars dernier à...
Quelle parade contre la mafia du foncier ?
Il ne se passe pas une semaine sans que les médias se fassent l’écho d’affaires de spoliation foncière dans telle ou telle ville du Maroc, impliquant des...
Afilal perd la mémoire
Abderrazak Afilal est bon pour Bouya Omar et à ce titre ne sera pas condamné dans toutes les affaires où il est poursuivi dont celle se rapportant aux malversations ayant...
Benatiq veut séduire les talents d’Amérique
Dans le cadre de la mise en place de la 13e région de la CGEM dédiée aux Marocains du Monde, le ministère délégué chargé des Marocains...