Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Le potentat d'Aguelmam Azegza
Drôle de décision prise par le président istiqlalien de la commune rurale d'Aguelmam Azegza contre l'avis des parents, consistant à envoyer les petits écoliers dans des classes de fortune à 4 kilomètres de leur école habituelle qu’il a décidée de fermer le 10 octobre dernier sans raison valable. L’école de substitution est en fait une tuerie délabrée à l’abandon depuis des lustres, composée de deux salles très sales construites à la hâte par l'entraide nationale au début des années 2000. Située à 1800 mètres d’altitude dans une zone où l’hiver est réputé très rude, "elle ne dispose ni d'eau, ni d’électricité, ni de toilettes, ni chauffage, ni de piaule pour l’instituteur", s’insurge Ali Khadaoui, pré- sident de l’association Toudert pour le développement à Ajdir. Livrés à eux-mêmes, les pauvres habitants soup- çonnent l’élu indélicat de vouloir s’approprier le local de l’ancienne école pour y installer son propre petit business. Une école qu’il a transformée en cuisine pour les besoins du festival International Izourane organisé à Ajdir Izayan le 15 et 16 octobre derniers. Pour le moment, le président, déjà en délicatesse avec la justice sur une flopée de dossiers, refuse de rouvrir l’école, défiant la direction provinciale du ministère de l’Education nationale de Khénifra. Il faut dire que notre homme, qui règne sur ce bled du Maroc profond depuis quatre mandatures, a eu largement le temps de se transformer en potentat local inamovible. Et pourtant, la commune d'Aguelmam Azegza ne manque pas de ressources financières qu’elle puise essentiellement de la richesse de son patrimoine forestier composé du cèdre. Une richesse qui ne profite pas aux habitants, contraints de s’approvisionner en bois de manière illégale pour les besoins du chauffage en hiver. Malgré les excé- dents budgétaires considérables que le conseil dégage bon an mal an, la majorité des douars relevant du territoire de la commune manquent des équipements de base comme les routes et l’eau courante. Mais l’élu, indifférent à la détresse de ses concitoyens, se la coule douce…
 
 

à lire aussi :
Droit de vote pour les prisonniers
Un collectif d’association composé du réseau Agraw pour le co-développement en partenariat avec l’ordre des avocats de Nador, l’association du Rif pour les...
Au secours, les poux attaquent !
Pas besoin de chercher des poux dans la tête de hamid Chabat ou de son tombeur islamiste, il faut désormais les traquer dans les écoles des quartiers populaires de Fès...
Procès Fikri : Les petits anchois paient pour les requins
Une quarantaine de mois de prison ferme ont été distribués dans l’affaire de Mohssine Fikri, le marchand de poisson mort el 28 octobre 2016 broyé dans une benne...
Les principaux profiteurs de la libéralisation
Le rapport parlementaire sur les hydrocarbures qui a fuité dans les médias bien avant sa discussion en commission des Finances de la première Chambre mardi 15 mai, ressemble...