Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
L’homme de confiance contre les apôtres de la méfiance
Faire appel à Aziz Akhannouch pour être le nouveau patron du RNI, une fonction qui sera validée par le congrès du parti le 29 octobre prochain, n’a qu’un objectif : la réorganisation du rassemblement sur de nouvelles bases et la rénovation de son action politique sur le terrain. Une tâche essentielle que le président démissionnaire Salaheddine Mezouar n’a pas menée, préférant s’accommoder d’un entourage composé de vieux caciques qui ont agi dans l’ombre pour maintenir le statu quo et retarder toute initiative réformatrice salutaire, plutôt que d’affronter les poches de résistance qui plombent le parti et compromettent son avenir. C’est au ministre de l’Agriculture et de des Pêches maritimes, homme de terrain réputé pour son pragmatisme et sa capacité de mobilisation des bonnes volontés ainsi que son esprit d’équipe, de reformater désormais le RNI selon les standards de l’action politique moderne et efficace. Tout un programme à mettre en œuvre avec des projets et des objectifs, un peu à l’image du Plan Maroc (Vert) que M. Akhannouch a su déployer sur le terrain avec les résultats positifs que l’on sait. La fusion du groupe parlementaire du RNI avec celui de l’UC est un pas dans le bon sens pour réaliser l’union autour d’un nouveau pôle politique dynamique et entreprenant.
 
Encadrement
 
En attendant le congrès du renouveau, la question de la participation ou non du RNI au gouvernement se pose avec acuité. L’Istiqlal et l’USFP semblent être déterminés de barrer la route à son retour aux affaires. Avec les deux autres forces d’appoint que sont le MP et le PPS, le PJD n’a pas besoin du Rassemblement. Mais le retour de ce dernier dans l’opposition peut lui être béné- fique. Dans ce camp où il peut se revigorer, le RNI, dirigeants et militants, aura le temps de mieux préparer sa mue qui lui permettra non seulement de récupérer le terrain politique perdu lors du scrutin du 7 octobre mais aussi de s’ériger en machine politique forte et crédible dotée d’une vé- ritable capacité d’encadrement et de mobilisation des citoyens dans toutes les régions du pays. Avec le soutien d’hommes de valeur comme Anis Birrou, Mustapha Mansouri et Mohamed Boussaïd, l’homme de confiance qu’est Aziz Akhannouch saura relever ce grand défi aussi en battant en brèche les projets des apôtres de la méfiance.
 
 

à lire aussi :
Moulay Hafid victime des vendeurs ambulants
Mais qu’est ce qu’il est allé faire dans cette galère ? Moulay Hafid Elalamy ne s’attendait pas à une telle gifle surtout qu’elle est royale:...
"No Woman no Drive", le nouveau tube saoudien
Avec sa vidéo à 3 millions de vues décrochés en trois jours, Hisham Fageeh arrive en tête lundi 28 octobre sur YouTube. Bien connu de la toile arabophone, le...
Le mystère des trous
La Suisse, pays de la mécanique de précision nous étonnera toujours. Alors que le monde scientifique se creuse interminablement les méninges pour percer le mystère...
Fès Plage
Hamid Chabat est décidé à offrir aux habitants de Fès un espace de baignade. Fès Plage, inspirée de Paris Plage mise en place par l’ex-maire PS...