Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Tartufferie à Marrakech
C’est une histoire loufoque qui prêterait à rire si le sujet n’était pas sérieux. Deux salafistes barbus à souhait appartenant à deux écoles intégristes différentes qui transforment une séance de prière en pugilat accompagnée d’insultes bien choisies qui feraient rougir de honte une fille de petite vertu, c’est déjà un gros scandale ; mais le scandale tourne au sacrilège lorsque l’on sait que la scène se passe dans une mosquée au vu et au su des fidèles consternés. L’histoire a eu lieu le mardi dernier dans la commune rurale de Sid Zouine dans la province de Marrakech. Ce jour là, sur le parvis de la mosquée « Imam Warch », dans un espace dégagée derrière l’édifice religieux en restauration, à l’heure de la prière, deux individus, barbus notoires se lancent dans la course à la conduite de la prière, le premier, un taliban d’une trentaine d’années fait valoir sa connaissance du Coran face au second, moins outillé en matière d’imamologie mais qui dispose d’un argument choc : Le terrain sur lequel a été érigée ce lieu de culte appartient à son père qui en a fait une donation au ministère des habous et des Affaires islamiques. Du coup, l’imam « analphabète » membre d’une secte salafiste locale, n’en démord pas et fait de la résistance pour diriger la prière. Devant des fidèles incrédules, les noms d’oiseau fusent avant que les deux adversaires n’en viennent aux mains en utilisant la seule arme à leur portée : la caillasse. Pour éviter de prendre une pierre sur la tête ou en plein visage, les fidèles n’avaient d’autre choix que de prendre leurs jambes à leur cou ! Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des faux dévots et autres hypocrites salafistes se bagarrent pour avoir le privilège avec « l’aumône distribuée par les fidèles »- de conduire la prière. Une sacrée compétition !

à lire aussi :
L’ONDA dans le brouillard
Une série de vols de Royal Air Maroc ont été, annulés, décalés ou déroutés le 3 et 4 avril derniers sur d’autres aéroports,...
Plagiaire, un vrai métier !
Les Marocains sont-ils en train de devenir les champions du Monde du plagiat ? A peine quelques semaines de la polémique qui a entouré l’un des films de Saïd...
La résidence Baylone de Marrakech toujours prise en otage
 Le cauchemar continue... La cour d’appel de Marrakech a fait son travail. Elle a confirmé le 18 septembre 2017 la peine de 18 mois de prison ferme prononcée à...
Journée des chiottes
 Une journée mondiale des pissotières, un anniversaire des toilettes, il fallait vraiment y penser. Ce n’est pas une blague, les stratèges de l’OMS ont vraiment...