Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Tartufferie à Marrakech
C’est une histoire loufoque qui prêterait à rire si le sujet n’était pas sérieux. Deux salafistes barbus à souhait appartenant à deux écoles intégristes différentes qui transforment une séance de prière en pugilat accompagnée d’insultes bien choisies qui feraient rougir de honte une fille de petite vertu, c’est déjà un gros scandale ; mais le scandale tourne au sacrilège lorsque l’on sait que la scène se passe dans une mosquée au vu et au su des fidèles consternés. L’histoire a eu lieu le mardi dernier dans la commune rurale de Sid Zouine dans la province de Marrakech. Ce jour là, sur le parvis de la mosquée « Imam Warch », dans un espace dégagée derrière l’édifice religieux en restauration, à l’heure de la prière, deux individus, barbus notoires se lancent dans la course à la conduite de la prière, le premier, un taliban d’une trentaine d’années fait valoir sa connaissance du Coran face au second, moins outillé en matière d’imamologie mais qui dispose d’un argument choc : Le terrain sur lequel a été érigée ce lieu de culte appartient à son père qui en a fait une donation au ministère des habous et des Affaires islamiques. Du coup, l’imam « analphabète » membre d’une secte salafiste locale, n’en démord pas et fait de la résistance pour diriger la prière. Devant des fidèles incrédules, les noms d’oiseau fusent avant que les deux adversaires n’en viennent aux mains en utilisant la seule arme à leur portée : la caillasse. Pour éviter de prendre une pierre sur la tête ou en plein visage, les fidèles n’avaient d’autre choix que de prendre leurs jambes à leur cou ! Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des faux dévots et autres hypocrites salafistes se bagarrent pour avoir le privilège avec « l’aumône distribuée par les fidèles »- de conduire la prière. Une sacrée compétition !

à lire aussi :
Tanger, le spectacle est ailleurs
C’est un peu le mantra de tous les responsables de la culture dans ce pays : « les Marocains privilégieraient la bonne chair au détriment de la culture». Très...
Mariage mortel
Avant d’accepter une invitation de mariage, prenez des cours de natation, ça peut toujours servir. En principe, risquer de mourir noyé en se rendant à un mariage est...
Les perles de Benkirane
Abdelilah Benkirane a pris une drôle d’habitude. Celle de ne jamais se séparer de son chapelet (tsabih) y compris lorsqu’il reçoit des personnalités locales ou...
Fantasme lycéen
Qui n'a pas fantasmé un jour ou l'autre sur une enseignante ravissante ? Les raisons d'une telle fas-cination sont nombreuses et les lycéens sont les plus sujets à ce...