Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Le nouveau wali fait le ménage dans le business nocturne
La presse ne s’est pas beaucoup attardé sur les récentes décisions de Abdelfattah Lebjioui, le tout nouveau Wali de Marrakech. On a juste appris qu’au cours d’une réunion tenue au siège de la Wilaya avec les représentants des restaurateurs et autres détenteurs de débits de boissons alcoolisées, il a décidé de revoir les tranches horaires de leur fermeture. Ainsi, les discothèques pourront travailler jusqu’à 5 heures du matin, au lieu de 3 heures précédemment, les bars de première catégorie peuvent fermer à minuit au lieu de 23 heures, tandis que les restaurants sont autorisés à ouvrir jusqu’à 3 heures du matin au lieu de minuit. Par la même occasion, dans la ville ocre dirigée par un maire islamiste, les bars « ordinaires » pour soulards moyens, pourront désormais servir Bacchus jusqu’à minuit au lieu de 23 h alors que les restaurants qui servent de l’alcool et qui tirent l’essentiel de leurs revenus de la vente du pinard et non pas de la consommation des pieds de veaux pourront satisfaire leur clientèle jusqu’à 3 heures du matin alors qu'ils étaient contraints de fermer boutique à minuit. Le tourisme ayant des raisons que la raison ignore, il ne faut pas trop se poser de questions sur des gens qui vont attendre 3 heures du matin pour se remplir le gosier (à moins que ce soit pour déjeuner). N’empêche, le nouveau Wali qui a substitué le système informel de copinage permet d’autoriser certains et pas d’autres par une réglementation commune à tous les établissements de même catégorie. Apparemment, une véritable mafia du business nocturne forte de ses connexions sécuritaires faisait la pluie et le beau temps dans ce monde pas comme les autres. On comprend maintenant pourquoi l’ex-wali a été débarqué de Marrakech après seulement quelques mois d’exercice. Si les professionnels de la ville ocre donnent désormais libre cours à leurs penchants festifs, ce bizness n’est pas blanchi pour autant. Autre volet de ce monde interlope, le trafic de drogue qui accompagne l’économie de la nuit. Depuis le fameux procès de 2004 qui a fait tomber une kyrielle de lampistes, le trafic de coke s’est calmé quelques années avant de redevenir plus prospère qu’avant le verdict tombé après une audience marathon de 19 heures . Vente et consommation de stupéfiants, incitation à la débauche et prostitution, les principaux chefs d'inculpation qui avaient valu des peines de plus de 6 ans de prison ferme à certains des accusés dans l'affaire de trafic et consommation de cocaïne à Marrakech n’ont pas empêché d’autres petits caids de reprendre le relais avec les précautions d’usage. Pour rappel, la vingtaine de personnes qui avait été condamnée dans ce dossier sont des restaurateurs, des bazaristes, des hôteliers et autres guides touristiques. Ce réseau qui opérait dans les boîtes de nuit, les restaurants et certains cafés huppés de la ville ocre s’offrait également les services de courtiers, des chauffeurs de taxi et de promoteurs immobiliers qui au passage alimentaient en drogues dures, les fêtards à qui ils louaient des appartements et des villas de luxe pour des parties fines auxquelles participaient (et participent toujours d’ailleurs) des filles sans joie censées mettre de l’ambiance dans des soirées bien arrosées. Autres réjouissances, ce trafic doublé de prostitution, drogue et autres paris n’est plus l’apanage des barons locaux puisque de temps à autre l’apparition de danseuses russes ou originaires des pays slaves laissent penser que la mafia russe qui tire une partie de ses revenus de la traite des blanches n’est pas loin. Aujourd’hui, Marrakech, malgré la chaleur aoutienne, en période estivale, c’est aussi quelques milliers de bouteilles de champagne débouchées dans les boîtes de nuit sélect, quelque quintaux de caviar et de langoustes servis sur les tables des palaces qui tournent à plein régime. Le plaisir des uns fait le bonheur des autre
 
 
Jamil MANAR

à lire aussi :
Les sacs en plastique ont la peau dure
Malgré leur interdiction par la loi il y a près de deux ans, les sacs en plastique n’ont pas totalement disparu du paysage, continuant être produits dans des ateliers...
Une affaire d’égout…
 La ministre déléguée chargée de l’eau Charafat Afailal a été invitée par le premier ministre à aller s’expliquer lundi 29...
Elections 2015 : Ils ont mordu la poussière
Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU)     La liste conduite par cette femme à Casablanca qui a un discours politique...
Hakkaoui enrichit le bêtisier
«Nous ne pouvons parler de pauvreté, au Maroc, au sujet de quelqu’un qui gagne 20 dirhams par jour.» Cette belle trouvaille émane de la non moins belle Bassima...