Dernière minute ...
Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse Des clients de la Société Générale Maroc délestés de 2000 DH, la direction parle d’erreur technique Selon l'Office des changes, au 30/06/17, le flux des IDE est en hausse mais  le déficit commercial s'aggrave Le Roi Mohammed VI dénonce les politiques israéliennes à Al-Qods Tanger Tech : BMCE Bank garant du projet dont l'investissement atteindra à terme 10 milliards de dollars Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco ONU: Un traité bannissant l'arme atomique adopté par 122 membres Le Qatar rejette les accusations de l'Arabie saoudite et ses alliés, Washington tente cde calmer le jeu La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Feuilleté de Canard
Sacré « Best-Seller » de Réda Dalil…
L’écrivain et journaliste Réda Dalil représentera le Maroc dans la sélection de la 4e édition du Prix de la littérature arabe, attribué par la Fondation Jean-Luc Lagardère et l’Institut du monde arabe, pour son roman « Best-Seller » (Editions Le Fennec, février 2016). Il s’agit d’une autofiction sublime qui sort des sentiers battus, parue aux éditions « Le Fennec ». Le roman de Réda Dalil raconte l’histoire Bachir Bachir, un écrivain en manque d’inspiration. Après un premier roman « Le Jib » qui connaissait un succès étourdissant auprès des critiques et des lecteurs, le héros de « Best-Seller » se trouvait dos au mur devant la réalité imparable de remettre un manuscrit le plus tôt possible. Or, il perd sa capacité à écrire et se voit pressé par un éditeur affairiste et sans pitié. « Je n’ai pas écrit une ligne depuis trois mois, continué-je. Pas une foutue ligne valable. Je n’ai pas de roman en préparation, je n’ai aucune idée en réserve. Ca fait quatre ans que j’ai de la bouille dans le cerveau. Si Hajji n’obtient pas son manuscrit dans cinq jours, je peux dire adieu à mon avance. En gros, si Bachir Bachir, l’adulte que l’on appelle BB, ne pond pas un chef-d’œuvre avant le 28 juin, il n’a qu’à aller se vider un chargeur dans le crâne ». Réda Dalil est né à Casablanca en 1978. Son premier roman, Le Job, succès à la fois commercial et critique, a reçu le « Prix littéraire de la Mamounia » en 2o14 et « le prix Gros Sel Belge du public ». Réda Dalil fut, en outre, finaliste du Prix de la littérature arabe à Paris. Best-seller est son deuxième roman. Outre « Best-Seller », figurent « Des pierres dans ma poche » de l’Algérienne Kaouther Adimi (Seuil), « Le tambour des larmes » du Mauritanien Beyrouk (Elyzad), « Dispersés » de l’Irakienne Inaam Kachachi (Gallimard), « Villa des femmes » du Libanais Charif Majdalani (Seuil), « À cœur ouvert » d’Abdo Wazen (Actes Sud), également libanais, et « Le corps de ma mère » de la Tunisienne Fawzia Zouari (Joëlle Losfeld).
 
 

à lire aussi :
La légion des 37 écrivains
Le livre « 37 du Maroc », paru récemment aux éditions Broc – Jacquart, est une œuvre plutôt particulière. Ce livre réunit en effet, 37...
Qui a volé madame Ouazzou ?
Lauréate du Prix de la Nouvelle Francophone, Imane Robelin propose avec «Pour tout l'or de Casablanca», un roman à mi-chemin entre le polar drolatique et la fable sociale....
L'étrange cabaret de Hassan Aourid
"Cintra", dernier roman de l’écrivain Hassan Aourid, inspiré d’un cabaret casablancais, est un voyage créatif dans la mémoire collective d’un peuple....
Casablanca, nid d’espions
Avec « Route d’Anfa », Guillaume Jobin nous livre une suite remarquable de son roman à grand succès « Route des Zaërs ». Un parfait mélange...