Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Sécurité privée : Les groupes français veulent nous protéger
Mais qu’est-ce qu’il leur prend à tous de vouloir nous procurer sécurité et bien-être ? Elles sont nombreuses les boîtes privées françaises à se bousculer au portillon, attirées par un gâteau de plusieurs centaines de millions de DH représentant le chiffre d’affaire du business du gardiennage et de sécurité privée dans le Royaume. Un marché très convoité trusté par les majors comme G4S ou Protactas. La dernière société hexagonale en date à débarquer s’appelle Goron. Faisant partie des dix majors du secteur en France, elle prépare l'implantation d'une filiale au Maroc. Dirigée par Eric Chenevier, ex-vice-président du Syndicat national des entreprises de sécurité (SNES), Goron peut soigner cette seconde succursale internationale, après celle de la Suisse et compte bien décrocher quelques gros contrats avec les ambassades, de la taille de celui conclu avec l'ambassade du Gabon à Paris.
 
Echec
 
Une autre enseigne française se positionne sur le créneau avec plus ou moins de succès. Il s’agit de Derichebourg, qui après avoir obtenu plusieurs contrats de nettoyage urbain dans le royaume entend se faire une place au soleil sur le filon de la sécurité privée, via sa filiale Derichebourg Guarding, Le groupe français de services urbains, dont les activités au Maroc sont supervisées par Thomas Derichebourg, a réussi à décrocher ces derniers mois plusieurs contrats avec des sociétés privées, à Casablanca, El Jadida et plus récemment dans la zone industrielle de Kenitra. Derichebourg fait un lobbying intense pour faire tomber dans son escarcelle des entités publiques. En mai dernier, il a essuyé son premier échec en démarchant le ministère de la Culture pour le gardiennage de ses bâtiments. Pourquoi cette frénésie ? Il y a bien sûr l’explosion de la demande sur le marché national, donc beaucoup d’argent à ramasser. Mais il y a aussi le fait que le métier, malgré son attractivité et son caractère porteur devient de plus en plus difficile dans l’hexagone. En cause, une réglementation de plus en plus stricte aggravée par la robotisation à outrance du secteur de la surveillance. En comparaison, le Maroc fait figure de pays vierge où les opportunités ne manquent pas malgré l’anarchie qui prévaut dans ce secteur plein d’insécurité sociale pour ses 100.000 agents.

à lire aussi :
Coup de pompe
Le gouvernement a profité de la baisse du prix du baril sur le marché international pour décréter la décompensation totale des carburants dont la subvention...
Marocaines du Monde : Hymne à la réussite
A l’occasion de la journée mondiale de la femme, le ministère chargé des Marocains Résidant à l'Étranger et des Affaires de la Migration a...
Un crime presque parfait
Le scénario et le crime étaient presque parfaits. Mais les agissements suspects de la veuve du député assassiné Abdelaziz Merdas, qui a tenté dès le...
L’histoire de l’Atlasaurus finit en queue de poisson
Dans un entretien accordé à l’agence de presse espagnole EFE, le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, Abdelaziz Rabbah,  a...