Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Libye, l'appel des armes
Va-t-on répéter les erreurs du passé en Libye? La communauté internationale s'est dite favorable à une levée de l'embargo de l'ONU et "prête" à répondre aux demandes du gouvernement pour s'armer en vue de lutter contre la menace djihadiste, lundi 16 mai, à Vienne. Le communiqué publié à l’issue de la rencontre souligne que la communauté internationale « est prête à répondre aux demandes du gouvernement libyen en vue d’entraîner et d’équiper la garde présidentielle et les forces autorisées ». Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a indiqué que 25 pays et institutions internationales s'étaient mis d'accord pour appuyer la démarche du nouvel exécutif libyen qui va demander à être exempté de l'embargo sur les ventes d'arme à la Libye en vigueur depuis 2011. Le gouvernement de Fayez alSarraj devrait « pouvoir acquérir les armes et les balles nécessaires pour combattre Daesh et d'autres groupes terroristes », a indiqué John Kerry. Le communiqué final souligne que la communauté internationale "soutiendra totalement les efforts" du nouvel exécutif libyen. L'embargo, pour rappel, avait été imposé en 2011. Cet embargo sera par contre maintenu et renforcé par les factions qui s'opposent au gouvernement d'Union basé à Tripoli et qui a le soutien de l'ONU. L'idée d'une intervention militaire étrangère en Libye qui suscite de vives appréhensions de la Tunisie et de l'Algérie a été écartée. Le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, et son homologue italien, Paolo Gentiloni, ont souligné qu'il n'est pas question d’intervenir militairement en Libye. Il n’y a pas longtemps, le pays avait trois gouvernements ainsi qu'une multitudes de pouvoirs locaux. Aujourd’hui, il a deux pôles de pouvoir. Celui basé à Tobrouk avec des forces armées qui lui sont loyales, notamment sous le commandement du géné- ral Khalifa Haftar. A Tripoli, le gouvernement d'union a obtenu le soutien de plusieurs villes de l'ouest, des plus importantes villes du sud, ainsi que des principales institutions économiques. Mais il ne compte toujours pas de membre originaire de l'Est du pays. En aidant militairement le gouvernement d’union, comme le font les forces spéciales de certains pays, c'est risquer de voir les armes livrées pour combattre Daech servir à perpétuer la guerre civile. Mais aussi d'encourager une surenchère au sein des groupes armés, qui produirait en Libye l'équivalent des peshmergas en Irak: les combattants kurdes aidés par les occidentaux pour combattre Daech profitent de ce soutien pour faire avancer leurs fins séparatistes
 
 
 

à lire aussi :
L’Algérie broie encore du noir
Avec l’énorme crise financière que connait actuellement l’Algérie, les langues se délient. La grogne gagne même les politiques. Au parlement...
Texas : Nadir Soofi, un «Elvis» devenu terroriste
Adolescent "charismatique", populaire auprès des filles et fréquentant l'un des lycées les plus prestigieux du Pakistan: Nadir Soofi, l'un des assaillants d'un concours de...
Ce que cachent les courbettes devant Poutine
A helsinki, en Finlande, théâtre de son premier sommet avec Vladimir Poutine, le président américain Donald Trump a déclenché une véritable...
Tunisie : dialogue national de sourds
L'incertitude était totale, mercredi 6 novembre 2013, en Tunisie sur les possibilités de sortie de la profonde crise politique, islamistes et opposants se rejetant...