Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Migrants : Amnesty épingle l’Europe
Le Vieux continent indigne devant la crise migratoire qui le touche. C’est en tout cas ce qui ressort du rapport annuel d’Amnesty International, publié mercredi 24 février, hasard du calendrier, le lendemain du démantèlement avorté de la «jungle» de Calais. L’ONG y interpelle l’Union européenne (UE), et la France, sur leur gestion de la crise des réfugiés. «On demande à la France et à la Grande-Bretagne de respecter le droit des réfugiés», explique Jean-François Dubost, responsable du programme « Personnes déracinées » pour Amnesty International France. «L’Union européenne s’est montrée incapable d’apporter à cette crise une réponse cohé- rente, humaine et respectueuse des droits humains», dénonce l’organisation dans son rapport. En 2015, plus d’un million de réfugiés ont accosté sur les côtes grecques ou italiennes pour fuir les persécutions. Plus de la moitié vient de Syrie, les autres d’Erythrée, d’Afghanistan ou encore d’Irak. Face à cet afflux de réfugiés, les services d’accueils grecs ont rapidement été débordés. «La plupart des dirigeants européens ont préféré prêter l'oreille aux discours tonitruants hostiles aux immigrés, motivés par la peur de l'insécurité et d'une perte de souveraineté nationale. Résultat: les seules mesures sur lesquelles ils ont pu s'entendre sont celles qui visaient à renforcer la «forteresse Europe», ajoute-t-elle. Les pays préfèrent ainsi «se chamailler à propos de la protection des frontières (…), plutôt que de prendre des mesures concrètes pour sauver des vies». Il est également indiqué que trente gouvernements, voire plus, ont illégalement obligé des réfugiés à retourner dans leur pays, alors qu'ils y étaient en danger. Si les gouvernements ne sont pas épargnés, Amnesty International reconnaît toutefois le travail mené par la société civile en matière de défense des droits humains. L'ONG ne s'arrête pas là, puisqu'elle pointe également du doigt la réponse «liberticide» de la France à la suite des attentats terroristes de 2015. Selon l'organisation, ces attaques «ont donné une nouvelle impulsion en France en particulier, mais également ailleurs en Europe, à toute une série de mesures représentant une menace pour les droits humains». Dans le cadre de l'état d'urgence décré- té depuis novembre par Paris, «les autorités françaises ont, en l'espace de quelques semaines, réalisé 2700 perquisitions sans autorisation judiciaire, qui ont débouché sur l'ouverture de seulement deux informations judiciaires en lien avec des actes terroristes».
 
 

à lire aussi :
Oum Zahra, la marieuse de Daech
Une jeune française de 21 ans, partie l'année dernière en Syrie, aurait joué le rôle de tour opérateur et d'agence matrimoniale pour le compte de l'Etat...
Tunisie : le bal des revenants
L'ex-ministre tunisien de l'intérieur Habib Essid, qui a occupé plusieurs postes sous le président déchu Ben Ali, a annoncé lundi avoir été...
L’Algérie complétement déconnectée
Dans tout le pays, les nombreux cybercafés, où les jeunes veillent habituellement jusqu'au milieu de la nuit, ont dû fermer leurs portes. En début de semaine, les...
Al Sissi renoue avec Abdelfettah
Le double attentat qui a frappé, dimanche 9 avril, deux églises chrétiennes d’egypte, tuant au moins 44 personnes, n’a malheureusement pas surpris la minorité...