Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Taubira s'auto-déchoit du ministère de la justice
Alors que le gouvernement de Manuel Valls s’arroche bec et ongles à son projet de déchéance de nationalité, la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, ne voulait pas y associer son nom ni défendre les textes devant les parlementaires. « Pas en mon nom », dit Taubira au président François Hollande. La garde des Sceaux estime que le chef de l’Etat français, sous la pression de l’extrême droite mais aussi de l’opinion publique, semble ne plus savoir distinguer la gauche de la droite. Ce départ est lourd de sens pour Hollande et Valls : en effet, Taubira incarnait les valeurs fondamentales de la gauche au sein du gouvernement. Il faut y voir un signal d’alarme face au sacrifice des droits fondamentaux au profit de la lutte contre le terrorisme. Christiane Taubira a pris tout le monde par surprise. A gauche, plus grand monde ne s’attendait à la voir démissionner. Et à droite, les ténors de la droite et de l’extrême droite qui réclamaient à intervalles réguliers son départ n’imaginaient plus avoir ce plaisir avant la fin du quinquennat. L’extension de la déchéance de nationalité a manifestement pesé lourd dans sa décision. Le sujet a déchiré la majorité, divisé le gouvernement et profondément troublé Taubira. La ministre s’était retrouvée en porte-à-faux en annonçant son abandon, juste avant que le président de la République confirme son inscription dans la Constitution.
Le mot « déchéance » a d’ailleurs plusieurs sens, guère réjouissants. Il évoque le déclin d’une civilisation ou la dégradation du tissu social. En droit, il caractérise la perte d’un droit ou d’une fonction, à titre de sanction : la citoyenneté, par exemple. Ces trois acceptions, aux échos vichystes, résonnent avec intensité dans le drame politique qui se joue en France actuellement. Manuel Valls a porté un coup dur à l’idéal révolutionnaire qui veut que la citoyenneté soit aussi indivisible que la république elle-même…
 
 

à lire aussi :
Baltimore broie du noir
Cette fois, c’est différent. Les émeutes qui ont éclaté le 27 avril à Baltimore sont le signe d’une escalade dans les tensions raciales qui agitent les...
L’Algérie dans le rouge
En Algérie, rien ne va plus pour les tenants du pouvoir, ébranlés par la baisse continue du prix de l’or noir. Le pays de Bouteflika a vu sa balance commerciale...
Ces multinationales qui escroquent l’Afrique
 Oxfam, une ONG International spécialisée dans le développement, a publié un rapport sans concession sur leurs pratiques fiscales dans le continent noir. Dans un...
Ben Laden en clair obscur
Ceux ou celles qui gardent encore de l’ex-premier ennemi public des Etats-Unis une image d’homme «vertueux» voire «saint» vont être choqués...