Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
L’incroyable histoire de Mohamed Savard…

En changeant de nom, un Marocain résident au Québec voulait faciliter son quotidien, mais il n’a fait que se compliquer la vie. Il s’agit d’une histoire rocambolesque racontée par le journal canadien La Presse. Marié et père d'un enfant, il s'installe au Québec avec sa famille en mai 2001. Dès son arrivée, il entreprend des études. Il obtient sa maîtrise, puis un doctorat de l'Université du Québec à Chicoutimi. Malgré ses diplômes, il n’arrive pas à décrocher un job. Il croit alors que c’est son nom qui lui porte préjudice. Du coup, il fait une demande de changement de nom au directeur de l'état civil du Québec. Le 9 octobre 2014, il devient Martin Savard. Malgré cette nouvelle identité, le malheureux n’arrive toujours pas à accéder à la vie active. Pire encore, son rêve de travailler se transforme en cauchemar puisque toutes ses démarches se sont compliquées par le fait que ses diplômes ont été délivrés sous son nom marocain. Martin Savard dépose alors une nouvelle demande au directeur de l'état civil pour reprendre son nom initial à peine quatre mois après être devenu Martin Savard. À l'audience, il relatera ses déboires des derniers mois. Il a eu notamment des problèmes matrimoniaux, sa famille était en désaccord avec son choix de changer son nom. En plus, il s’est dit «victime de moqueries». Dans un premier temps, on lui refusera de récupérer son nom et prénoms marocains, faute d’avoir apporté la preuve des préjudices causés par son nom québécois. Finalement, au bout de quelques jours, le directeur de l'état civil du Québec, certainement peiné par la mésaventure pour le moins drôle de son interlocuteur, dit oui à sa demande à redevenir le Marocain qu’il était avant. Comme quoi, il vaut mieux rester soi-même...

à lire aussi :
Arabie saoudite : Bonnes à vendre !
  Alors que dans certains pays, on n’utilise plus le terme de "bonne", vocable jugé dégradant pour la femme mais celui de technicienne de surface, en Arabie Saoudite les...
Du faux miel à Casablanca
Interdit en Europe, les miels asiatiques, essentiellement chinois, inondent nombre de marchés y compris marocain. Pour échapper aux droits de douane et à la vigilance des...
Un fonds en mal de cohésion
 Diagnostic accablant pour le fonds de la cohésion sociale. Il a été réalisé par la Cour des comptes et soumis mardi 28 novembre par son président Driss...
L’OCP offre son expertise agricole aux Tunisiens
 Adapté à la nature saumâtre des eaux souterraines et à la texture des sols de Foum El Oued, le projet pilote de développement agricole intégré du...