Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Climats meurtriers…
L’année 2015 aura été dominée par la recrudescence des attaques terroristes et la montée des conflits ravageurs ainsi que par les inquiétudes suscitées par les chamboulements climatiques. Si certains groupes sanguinaires, manipulées à souhait, attentent à la vie d’innocents partout dans le monde au nom d’idéologies obscurantistes, les pays industrialisés se sont employés depuis plusieurs décennies à anéantir la planète qui souffre d’un réchauffement excessif du fait d’activités hautement polluantes. Certains massacrent sauvagement des populations civiles sans défense, tandis que d’autres tuent à petit feu l’équilibre écologique mondial. Les deux phénomènes suscitent crainte et désarroi, rythmant une actualité à chaque fois brûlante et bousculant un peu plus les destins des humains aux quatre coins du globe. A l’occasion de la COP 21, grand-messe mondiale dédiée au climat, les 195 pays participants se sont engagés comme un seul homme à réduire leurs émissions de CO2 dans une volonté manifeste de sauver la planète. Vivement une COP politique où la communauté internationale mettra en sourdine ses divisions pour extirper les haines qui engendrent en permanence les guerres et le terrorisme aveugle. Ce monde de plus en plus instable, qui produit à jet continu des malheurs humains atroces, a besoin, lui aussi, plus que jamais, de nouvelles énergies qui émettent la paix et l’espoir en induisant un réchauffement des coeurs. Les grands pollueurs du monde cesseront-ils dans un sursaut humaniste d’être les gros pourvoyeurs d’armes destructrices ? Le développement durable, qui agrémente les discours des politiques de toutes les nations, n’aura véritablement de sens que si l’homme, débarrassé des germes qui polluent et menacent son existence, retrouve sa place au coeur du processus qui mène non pas à la banalisation de la mort mais qui donne toutes les chances à la vie pour prospérer et durer… Est-ce utopique que de rêver à un monde où l’homme saura enfin prendre de la hauteur sans risque de se fracasser sur les récifs de son égoïsme excessif et de son insensibilité aux drames de son prochain ? Le défi pour les gouvernants du monde, que ce soit sur le plan de l’écologie ou de la sécurité, réside dans leur capacité ou non à conjuguer l’économie verte sur le mode de la vertu. Histoire de semer les graines d’un monde nouveau, plus sûr et moins angoissant, qui carbure aux valeurs de solidarité et de fraternité, réellement soucieux de l’homme et de ses besoins, où il fera bon vivre et cohabiter pour les générations futures. Vaste programme, exaltant défi aussi, qui suppose plus qu’une prise de conscience que nous sommes tous passagers de passage embarqués dans un seul bateau dont les commandants ont obligation de mener à bon port, loin des récifs des aventures meurtrières.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Professionnaliser les festivals
Cette année, pas de festivals pendant la période du 18 juin au 18 juillet, Ramadan oblige. du coup, nombre de régions et de villes "festivaleront" après le mois...
Al Othmani dynamite le PJD
Tout le monde aura compris que le recours à Al Othmani pour former une majorité gouvernementale après plus de 5 mois de blocage, était une seconde et dernière...
Pour une indépendance des juges
Le ministère de la Justice ne sera plus comme avant. Un changement en profondeur, qui a l’allure d’une mini-révolution, vient d’être initié avec...
La bonne-fausse idée de Ramid
Une bonne fausse-idée que celle lancée par le ministère de la Justice et des Libertés: les journées portes ouvertes organisées sous le thème «La...