Dernière minute ...
7 Américains disparus après la collision entre un destroyer américain et un navire philippin le 17 juin Daesh et Hamas se disputent la revendication du meurtre d'une policière israélienne à Al Qods Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Incendie de la tour Grenfell: le bilan atteint 30 morts, 70 personnes portées disparues Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Après avoir entendu le samedi 03/6 Zafzafi à Casablanca le juge demande le prolongement de sa garde à vue  Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Climats meurtriers…
L’année 2015 aura été dominée par la recrudescence des attaques terroristes et la montée des conflits ravageurs ainsi que par les inquiétudes suscitées par les chamboulements climatiques. Si certains groupes sanguinaires, manipulées à souhait, attentent à la vie d’innocents partout dans le monde au nom d’idéologies obscurantistes, les pays industrialisés se sont employés depuis plusieurs décennies à anéantir la planète qui souffre d’un réchauffement excessif du fait d’activités hautement polluantes. Certains massacrent sauvagement des populations civiles sans défense, tandis que d’autres tuent à petit feu l’équilibre écologique mondial. Les deux phénomènes suscitent crainte et désarroi, rythmant une actualité à chaque fois brûlante et bousculant un peu plus les destins des humains aux quatre coins du globe. A l’occasion de la COP 21, grand-messe mondiale dédiée au climat, les 195 pays participants se sont engagés comme un seul homme à réduire leurs émissions de CO2 dans une volonté manifeste de sauver la planète. Vivement une COP politique où la communauté internationale mettra en sourdine ses divisions pour extirper les haines qui engendrent en permanence les guerres et le terrorisme aveugle. Ce monde de plus en plus instable, qui produit à jet continu des malheurs humains atroces, a besoin, lui aussi, plus que jamais, de nouvelles énergies qui émettent la paix et l’espoir en induisant un réchauffement des coeurs. Les grands pollueurs du monde cesseront-ils dans un sursaut humaniste d’être les gros pourvoyeurs d’armes destructrices ? Le développement durable, qui agrémente les discours des politiques de toutes les nations, n’aura véritablement de sens que si l’homme, débarrassé des germes qui polluent et menacent son existence, retrouve sa place au coeur du processus qui mène non pas à la banalisation de la mort mais qui donne toutes les chances à la vie pour prospérer et durer… Est-ce utopique que de rêver à un monde où l’homme saura enfin prendre de la hauteur sans risque de se fracasser sur les récifs de son égoïsme excessif et de son insensibilité aux drames de son prochain ? Le défi pour les gouvernants du monde, que ce soit sur le plan de l’écologie ou de la sécurité, réside dans leur capacité ou non à conjuguer l’économie verte sur le mode de la vertu. Histoire de semer les graines d’un monde nouveau, plus sûr et moins angoissant, qui carbure aux valeurs de solidarité et de fraternité, réellement soucieux de l’homme et de ses besoins, où il fera bon vivre et cohabiter pour les générations futures. Vaste programme, exaltant défi aussi, qui suppose plus qu’une prise de conscience que nous sommes tous passagers de passage embarqués dans un seul bateau dont les commandants ont obligation de mener à bon port, loin des récifs des aventures meurtrières.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Entre Massar et mascarade
L'outil informatique Massar (parcours) risque de sonner la finde l’itinéraire du ministre de l’Education national qui s’est dit prêt à...
Elections communales, pourquoi faire ?
Un président de commune dans la région de Khémisset a été arrêté jeudi 29 mai en flagrant délit de corruption. L’élu...
Le naufrage de l’Afrique
La Méditerranée est devenue le cimetière des migrants venus d’Afrique, de Syrie, d’Irak et d’ailleurs, ces desperados fuyant, en solo ou en familles des...
La faillite d’une certaine poitique
Nasser Zafzafi, le jeune leader de la contestation rifaine, a été interpellé après s’être rendu coupable d’un délit puni par la loi que ses...