Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Les chinoiseries low tech de Daoudi
A peine a-t-il été lancé par le ministre de l’Enseignement supérieur Lahcen Daoudi que le programme «Lawhati», c'est-à-dire littéralement «ma tablette», qu’il suscite déjà de vives critiques. Certains parlent de mauvaise foi, d’autres carrément d’arnaque alors que les appels au boycott menacent la pérennisation du projet. Mais de quoi s’agit-il? Comme son nom l’indique, ce programme vise, selon ses promoteurs, à démocratiser les tablettes dans les universités et les grandes écoles publiques à travers des offres accessibles à toutes les bourses. «Lawhati» propose en effet des tablettes dites convertibles ou hybrides qui se transforment en ordinateur low-cost en clipsant un clavier. Ces gadgets contiennent plusieurs applications pédagogiques dans toutes les disciplines conçues en partenariat avec Microsoft et Intel. Le hic, c’est que Lahcen Daoudi a oublié que la cible de son offre, les jeunes étudiants, sont déjà très branchés high-tech et s’y connaissent plutôt bien dans les Ntic. Au lendemain du lancement de «Lawhati», les chroniqueurs web, les youtubeurs et autres geeks issus du milieu estudiantin s’empressent de descendre en flammes l’initiative du ministère. En cause, les prix jugés trop élevés. L’un d’entre eux a dénoncé des «tablettes de marques chinoises non connues» vendues à des prix «exorbitants». La polémique a enflé à telle enseigne que le ministre a dû réagir lui-même pour défendre «sa tablette». «Nous offrons des tablettes à 1 700 dirhams contre 2 700 sur la marché avec du contenu gratuit dont la valeur est supérieure à 2000 dirhams», s’est-il défendu dans les médias. «Tout le monde veut la gratuité, mais ça n’existe pas», poursuit-il, ajoutant que pour certains distributeurs, «la marge ne dépasse pas 170 dirhams». Visiblement, l’argumentaire de Daoudi n’a pas convaincu ses interlocuteurs qui persistent et signent en dénonçant de la camelote asiatique. «Avec des tablettes chinoises vendues sous des marques distributeur, on ne sent pas vraiment la bonne affaire. Et plus, le ministre parle de contenu gratuit, comme si le ministère allait aussi nous vendre ses applis ?», persifle une internaute. Réputé pour ses sorties très savantes, Lahcen Daoudi a-t-il été pris en flagrant délit de chinoiseries high tech?

à lire aussi :
Sale école hôtelière de Salé
Le comble pour une école hôtelière, censée former aux arts culinaires, est de servir à ses hôtes une restauration de qualité inférieure à...
Le danger Tanger
Le quartier chaud de Tanger s’appelle Beni Makada. Depuis longtemps, ce dernier, qui concentre exclusion et pauvreté, trafic et délinquance, est un quartier qui évolue...
Le Maroc ne les fait pas rêver…
On connaissait depuis fort longtemps l’envie incessant des jeunes marocains, surtout ceux en situation précaire, de partir vivre sous d'autres cieux. Ce qu’on ignorait toutefois...
Les Marocains peu charitables
Les Marocains sont-ils indifférents à la détresse des autres ? A en croire l’ONG britannique Charities Aid Foundation qui vient de publier début novembre son...