Dernière minute ...
Pyongyang menace de riposter aux mences de Trump par un essai d'une bombe H «sans précédent» Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Et Batati et Batata
Ecrire un livre permet de réduire sa peine de prison
En Roumanie, la rareté des livres en milieu carcéral coupe court à tout appétit de lecture. Pourtant, nombreux sont les prisonniers qui se lancent dans l'écriture. Et pour cause : pourvu qu'il soit rédigé à la main, un ouvrage quel qu'il soit entraîne d'une manière inéluctable une remise de peine de trente jours pour son auteur. En vigueur depuis 2013, cette mesure insolite découle d'une ancienne disposition législative selon laquelle tout détenu s'adonnant à des recherches universitaires bénéficiait d'une libération anticipée. À l'époque, une flopée de critères fermait la porte aux abus. Une nouvelle loi imposant des directives strictes fixées par le ministère de la Justice et ratifiées par le gouvernement devait être votée. Mais il n'en est toujours rien. Résultat : le système est aussi vicié que les élites corrompues qui en profitent, comme le rapporte sur son site le magazine britannique The Economist.
 
 

à lire aussi :
Il sort de prison à la place d'un autre
Un détenu de la prison du Pontet (Vaucluse en France) a profité d'une permission de sortie accordée à un autre détenu, à cause d'une erreur de prénom,...
«Je vus, tu vus...» : la conjugaison martyrisée dans un manuel
L'éditeur de livres scolaires Magnard a présenté ses excuses jeudi pour avoir laissé passer une erreur de conjugaison du verbe "voir" dans son manuel Mon cahier de...
Un tweet énigmatique de Trump crée le buzz
Le président américain Donald Trump a glissé dans un tweet mardi soir un drôle de mot, "covfefe", devenu très vite le sujet numéro un de conversation sur les...
Ces étranges accouplements "armés" d'insectes
Le pénis de coléoptères mâles se barde d'épines de plus en plus longues: qu'à cela ne tienne, les femelles épaississent la paroi de leurs parties...