Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Lutte contre la contrebande : Philip Morris Maroc met le paquet
Philip Morris Maroc s’apprête à lancer une large campagne de sensibilisation contre le trafic de cigarettes intitulée "Tous contre le commerce illicite". Au Maroc, environ 2 milliards de cigarettes proviennent de la contrebande, selon les chiffres de la douane. Un trafic qui comme tout le monde sait connaît une progression considérable dans la mesure où les cigarettes de contrebande sont vendues au détail partout dans le pays de jour comme de nuit. Il s’agit pour le géant américain de l’industrie du tabac de « combattre ou du moins de stabiliser le taux de pénétration du commerce illicite au Maroc», a indiqué Vassilis Ckatzelis, directeur général de Philip Morris Maroc. Surtout, explique-t-il, que «le groupe est durement touché par ce commerce illégal puisqu’il affecte les marques premium de Philip Morris international». La campagne de sensibilisation, qui sera accompagnée du hashtag #ensemble_contre_le_commerce_illicite, s’adresse directement aux fumeurs à travers un message clair : la contrebande détruit « nos commerce et nos emplois… notre société ». Vassilis Ckatzelis souligne que cette campagne est l’aboutissement d’un long processus marqué, il y a un peu plus d’un mois, par un nouveau design de cigarettes Marlboro spécialement conçu pour le Maroc. «On veut ainsi donner aux consommateurs marocains la possibilité de discerner le vrai du faux, le local de l’étranger, tout en assurant la traçabilité de leur produit», explique le DG de Philip Morris Maroc.
 
Sensibilisation
 
Cette vaste opération de communication sur laquelle n’apparaît aucune référence au groupe, ni à ses produits, se fera à travers les médias, l’affichage ainsi qu’un site internet bientôt en ligne. Philip Morris Maroc prévoit également le déploiement d’agents sur les lieux de vente au plus proche des revendeurs et des consommateurs. « La contrebande affecte l’économie, mais aussi la société car elle encourage la délinquance et le crime organisé. Et il ne faut surtout pas oublier le manque à gagner pour l’Etat », insiste Vassilis Ckatzelis. Outre les bénéfices importants générés par les organisations criminelles du trafic illégal des cigarettes, d’autres facteurs entrent également en jeu notamment le prix du paquet et la fiscalité. « Au Maroc le produit est trop cher par rapport au pouvoir d’achat», indique le dirigeant de Philip Morris Maroc. Une offre légale de cigarettes se situant entre «12 et 18 dirhams participerait à la diminution sensible du recours à la contrebande», pourrait être une bonne piste. Si le consommateur marocain se rabat sur la cigarette de contrebande, c’est uniquement parce que le prix du paquet dans le commerce légal n’est pas à la portée de sa bourse. Actuellement, la cigarette de contrebande gagne de plus en plus de terrain au Maroc, passant de 12,8 % à 14% de parts de marché, toujours selon les chiffres de l’administration des impôts. «La fiscalité et la réglementation jouent un rôle important pour les gouvernements, dans le cadre d’une politique plus vaste de santé publique pour baisser les taux de tabagisme. Toutefois, poussées a  l’extrême, la réglementation et la fiscalité des marchés légaux et réglementaires accentuent l’attrait du marché noir non réglementé et non imposé pour les criminels », conclut le top management de Philip Morris Maroc. Un argument que certains peuvent juger fumant…
Rachid ABBAR

à lire aussi :
Le crash d’une imposture
 Une vérité éclatante a émergé des décombres de l’appareil de l’armée algérienne qui s’est écrasé mercredi...
Al Othmani déclenche la guerre de la rhétorique
Accents patriotiques. Ton martial. Propos fermes.  Une belle unanimité nationale autour du Premier ministre. Laâyoune, capitale du Maroc d’un jour, lundi 9 avril, pour sonner...
Pour qui carbure Mohamed El Krimi ?
Pour la 6e fois depuis le 21 mars 2016, date à laquelle le tribunal de commerce de Casablanca s’est prononcé pour la mise en liquidation de la Samir, la même juridiction a...
Les mines de la mort
 Le 19 janvier dernier, une explosion de dynamite a secoué la mine de JbelAouam à Mrirt. Bilan : un mort et trois blessés graves, tous des ouvriers de la Compagnie...