Dernière minute ...
SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte 9e circonscription : La presse algérienne s'indigne du retrait de candidature de Leila Aichi Après l'abandon de la Suède des poursuites contre lui, Julian Assangeva demanderait l'asile politique à la France L'adjoint de l'ambasssadeur du Maroc à Sainte Lucie agrésé physiquement par un diplomate algérien lors d'une réunion d'un comite onusien  Macron élu avec  20.753.797  voix soit 66,10% des suffrages exprimés  contre 10.664.118 pour Le Pen (33,90%)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Trump se dit « honoré » de rencontrer Kim Jong-un « si les conditions sont réunies » Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Le migrateur
Daesh : Obama aurait-il menti ?
 George W. Bush avait exagéré les rapports de la CIA sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein. Barack Obama et son secrétaire d’Etat, John Kerry, sont suspectés à leur tour de manipuler sciemment les rapports des services secrets américains pour cacher une terrible réalité : la progression de l’Etat islamique (EI). Les informations seraient à ce point déformées, altérées ou enjolivées qu’elles ont suscité une fronde au sein du monde du renseignement. Selon le site d’information américain The Daily Beast, deux analystes du commandement en charge du Proche-Orient (le Central Command ou Centom, dont les quartiers généraux sont à Tampa, en Floride, et au Qatar), soutenus par plus de cinquante autres, se sont plaints formellement d’avoir vu leurs rapports modifiés pour les rendre plus optimistes. Ces experts ont même déposé une plainte officielle auprès de l’inspecteur général du Pentagone. Dans celle-ci, ils déplorent la politisation de leurs rapports de manière à faire apparaître les groupes terroristes «plus faibles» que ce que leurs recherches ont établi. Ils vont encore plus loin en accusant «les responsables haut placés, dont le directeur et des renseignements et son adjoint du Centcom, de modifier leurs analyses pour qu’elles soient sur la ligne de l’administration Obama, qui est de convaincre l’opinion publique que la lutte contre l’EI et Al-Qaeda progresse». Le New York Times avait révélé en août que le Pentagone enquêtait sur cette affaire, au moins un analyste ayant accusé des supérieurs de retravailler les conclusions des services de renseignement sur les progrès de la coalition contre l’EI, dans les rapports sont destinés notamment au président Barack Obama et à d’autres responsables politiques. Ces informations font résonner aux Etats-Unis le fiasco, encore vif dans les mémoires, des informations sur les supposées armes de destruction massive en Irak. La puissante agence américaine de renseignement, la CIA, ayant été critiquée pour avoir eu « tout faux ». Depuis le début des bombardements américains contre l’EI en Irak puis en Syrie il y a un an, les forces de sécurité irakiennes ont repris certains des territoires conquis par les djihadistes, mais aucune des grandes villes qu’ils contrôlent, comme Mossoul ou Ramadi. Les services de renseignements américains ont en outre découvert récemment que les frappes n’avaient pas beaucoup affaibli le groupe EI, dont l’influence s’est étendue dans le nord de l’Afrique et en Asie centrale, selon le New York Times.

à lire aussi :
Algérie : Panique à bord !
L'Algérie vit de plus en plus mal la chute des cours pétroliers. A l'impasse économique s’ajoute un système politique et social particulièrement affaibli...
L’Europe de plus en plus islamophobe
"En nombre, ils sont loin derrière l'original allemand, mais la proximité de l'Allemagne semble être un facteur favorable à leur développement", constate le Journal...
Macron leur a tous damé le pion
 Emmanuel Macron a été élu dimanche pré- sident de la république français en battant largement la candidate d'extrême droite Marine Le Pen lors...
Libye : Un pays de plus en plus désarmant
En Libye, on achète désormais une arme sur internet et parfois même, on se la fait livrée. Le commerce des armes légères, véritable facteur...