Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Le gâteau des régions fait saliver les partis
La cohésion de la majorité gouvernementale n’a pas résisté au choc des ambitions des membres la composant sur le dossier des présidences des conseils régionaux. Chaque allié exigeant d’obtenir sa part du gâteau régional en dirigeant les entités où la coalition a des chances de l’emporter. Cette bagarre violente autour de cette collectivité s’explique par le fait qu’elle aura des budgets importants à gérer dans le cadre de la nouvelle loi sur la régionalisation. En termes plus triviaux, la grande bouffe se déroulera désormais à l’échelle régionale ! Les arbitrages de Abdelilah Benkirane ont buté sur les appétits souvent surdimensionnés des uns et des autres. Le PPS veut avoir sa région, le MP aussi, sans oublier le RNI qui réclame des régions qui soient à la mesure de sa force électorale et de son poids politique au sein du gouvernement. C’est ainsi que le patron du RNI Salaheddine Mezouar convoite la région de Casablanca et de Rabat sans oublier la région de Souss-Massa contrôlée déjà par un élu RNI qui va certainement rempiler grâce au soutien affiché du ministre Aziz Akhannouch. Exaspéré par ce qu’il qualifie être une ambition démesurée du rassemblement, le patron des islamistes est allé jusqu’à menacer de s’allier avec des partis en dehors de la coalition gouvernementale. Pour la première élection du président de la région Dakhla-Oued Eddahab, les islamistes ont noué une alliance avec les partis-ennemis, à savoir l’USFP et l’Istiqlal. Ce dernier parti a obtenu la présidence, tandis que la première vice-présidence est revenue au PJD. Moralité : il n’ y a pas de ligne rouge dans les alliances comme certains chefs de partis l’ont longtemps clamé. En fait, tout le monde peut s’allier avec tout le monde pourvu qu'il y ait entente sur le partage du butin électoral. C’est cette logique qui domine dès lors que les sigles politiques sont interchangeables. Aux dernières nouvelles, la majorité est train de dépasser ses divisions : le RNI a abandonné ses visées sur la présidence de la commune
de Tétouan en échange de l’obtention de la chefferie de la région de Taflilalet-Draa tandis que le MP sera soutenu pour mettre sa main sur la région de Fès-Meknès. La bataille pour la présidence des régionales risque de profiter au PAM bien placé pour mettre dans son escarcelle les régions de Casablanca-Settat, l'Oriental, Marrakech-Safi, Tanger-Tétouan Al Hoceïma (Nord) et quelques autres. Pour la région nord, le candidat du PAM n’est autre que Ilias Al Omary dont la majorité veut empêcher l’élection. Mais qui osera contarier l'ambition du vrai chef du PAM ?

à lire aussi :
Al Kindy : un partenariat pour une nouvelle vie
En 2005, avec la création de la Fondation Lalla Salma dédiée au traitement du cancer, la cadence de création de centres oncologiques publics s’est...
Qui veut abattre Laftit ?
Abdelouafi Laftit devait savoir qu’il était dans le collimateur du PJD depuis que le scandale impliquant le maire islamiste Mohamed Sadiki lié à sa troublante retraite...
Dawajine, un salon qui déploie ses ailes
Dawajine 2015, qui s’est tenu du 24 au 26 novembre à Casablanca, a tenu toutes ses promesses. Ce salon, qui a gagné en maturité au fil des ans, est devenu un espace...
La maison fait discrédit
La mairie de Casablanca a retiré de l'odre du jour de sa session de mai dernier l'examen de la demande du CDM d’abandonner son projet immobilier à Casablanca dont il était...