Dernière minute ...
Tanger Tech : BMCE Bank garant du projet dont l'investissement atteindra à terme 10 milliards de dollars Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco ONU: Un traité bannissant l'arme atomique adopté par 122 membres Le ministère des affaires étrangères marocain annonce jeudi 29/6 l'arrestation par la police hollandaise de l'ex parlementaire en fuite Said Chaou Le Qatar rejette les accusations de l'Arabie saoudite et ses alliés, Washington tente cde calmer le jeu Internet : Le Maroc in, l’Algérie out La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Les Arts plastiques vus par Abdelali Najah
L’écrivain Abdelali Najah vient de publier son deuxième ouvrage intitulé « Les Arts plastiques au Maroc »- Tome I, aux Editions Edilivre à Paris (2015). Le livre se compose d’une introduction, un avant-propos de François Giveri artiste peintre et ancien conservateur en chef du patrimoine, spécialité musées – art moderne et contemporain, les premières rencontres d’Art Actuel à Mazagan Beach Resort les 26, 27 et 28 février 2010, un débat sur la Peinture marocaine d’hier et d’aujourd’hui, avec les artistes peintres Nawal Sekkat, Jean-Pierre GROSSE et Cherifa RABEH GROSSE Chems Galerie, Ahlam Lemseffer, et des lectures sur les œuvres d’une pléiade d’artistes marocains majeurs à savoir Abdel Karim Elazhar, Mhamed Elaadi, Afif Bennani, Nawal Sekkat et François Giveri. « La scène artistique marocaine connaît depuis une décennie, une singulière renaissance plastique avec l’ouverture de nombreuses galeries ; des événements de taille consacrés à l’art ; des expositions d’artistes marocains à l’étranger, et des critiques d’art assez bien informés. Tous les ingrédients d’une excellente recette artistique sont présents, même si l’art au Maroc date d’un peu moins d’un demi-siècle », explique l’auteur dans sa préface. De par la censure théologique des arts plastiques dans la culture arabe, cette naissance tardive, écrit-il, rendit la tâche de l’artiste peintre très composite, voire complexe, attendu qu’il fut obligé de créer une Histoire de l’art ; une Histoire de l’art née en Occident. Il dut donc se frayer un chemin singulier, et même original, en ouvrant la voie à un discours plastique convoité, mais refoulé par la culture arabe. Dans son livre, l’auteur interpelle aussi les toiles et les sculptures afin que ses dernières se mettent à prendre la parole. Il interroge les œuvres artistiques et monte une mise en scène figurative qui puise dans l’imaginaire culturel, ouvrant ainsi la voie à une innovation de styles et de thème. Abdelali Najah a suivi des hautes études en sociologie au Maroc et en France. Il est journaliste et écrivain dans la presse et les revues arabes et françaises. Il a déjà publié son premier livre intitulé « MAZAGAN » (Editions Edilivre, Paris, mars 2015, 168 pages).
 
 

à lire aussi :
Le sourire, tout un art
Le street art est un art éphémère qui permet aux jeunes d'exprimer leurs émotions tout aussi éphémères. Les graffeurs ED et Placebo se sont...
«Les Marocains» de Jouiti, roman de l’année
Le ministère de la Culture vient de dévoiler la liste des gagnants du Prix du Maroc du livre pour l'année 2017, qui comprend six catégories. Ainsi, le Prix de la...
Un homme presque idéal…
Dans «Best-Seller», un roman paru aux éditions le Fennec, Réda Dalil nous raconte l’histoire de Bachir Bachir, un écrivain qui emporte un succès...
AWB vibre pour le Melhoun
La Fondation Attijariwafa bank a organisé, mercredi 1er juillet 2015, la onzième édition de son cycle de conférences « Echanger pour mieux comprendre »,...