Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Les Arts plastiques vus par Abdelali Najah
L’écrivain Abdelali Najah vient de publier son deuxième ouvrage intitulé « Les Arts plastiques au Maroc »- Tome I, aux Editions Edilivre à Paris (2015). Le livre se compose d’une introduction, un avant-propos de François Giveri artiste peintre et ancien conservateur en chef du patrimoine, spécialité musées – art moderne et contemporain, les premières rencontres d’Art Actuel à Mazagan Beach Resort les 26, 27 et 28 février 2010, un débat sur la Peinture marocaine d’hier et d’aujourd’hui, avec les artistes peintres Nawal Sekkat, Jean-Pierre GROSSE et Cherifa RABEH GROSSE Chems Galerie, Ahlam Lemseffer, et des lectures sur les œuvres d’une pléiade d’artistes marocains majeurs à savoir Abdel Karim Elazhar, Mhamed Elaadi, Afif Bennani, Nawal Sekkat et François Giveri. « La scène artistique marocaine connaît depuis une décennie, une singulière renaissance plastique avec l’ouverture de nombreuses galeries ; des événements de taille consacrés à l’art ; des expositions d’artistes marocains à l’étranger, et des critiques d’art assez bien informés. Tous les ingrédients d’une excellente recette artistique sont présents, même si l’art au Maroc date d’un peu moins d’un demi-siècle », explique l’auteur dans sa préface. De par la censure théologique des arts plastiques dans la culture arabe, cette naissance tardive, écrit-il, rendit la tâche de l’artiste peintre très composite, voire complexe, attendu qu’il fut obligé de créer une Histoire de l’art ; une Histoire de l’art née en Occident. Il dut donc se frayer un chemin singulier, et même original, en ouvrant la voie à un discours plastique convoité, mais refoulé par la culture arabe. Dans son livre, l’auteur interpelle aussi les toiles et les sculptures afin que ses dernières se mettent à prendre la parole. Il interroge les œuvres artistiques et monte une mise en scène figurative qui puise dans l’imaginaire culturel, ouvrant ainsi la voie à une innovation de styles et de thème. Abdelali Najah a suivi des hautes études en sociologie au Maroc et en France. Il est journaliste et écrivain dans la presse et les revues arabes et françaises. Il a déjà publié son premier livre intitulé « MAZAGAN » (Editions Edilivre, Paris, mars 2015, 168 pages).
 
 

à lire aussi :
Vent de fraîcheur sur le philharmonique
Et si, pour une fois, vous commenciez l’année en douceur et en harmonie avec de la musique classique ? Alors détendez-vous et laissez-vous emporter par le flot majestueux...
Attijari, l’art en partage
Belle exposition organisée en partenariat avec le Français Artcurial par la banque privée du groupe Attijariwafa bank à la villa des Arts à Casablanca. Dévoilée en...
Il était une fois…
«Le conte au Maroc et ailleurs – kan ya ma kan...», qui vient de paraitre chez L'Harmattan, est un ouvrage consacré au conte dans les sociétés arabo-musulmanes...
Collectivement artistique
 Confluences- Regards d’artistes européens sur le Maroc », est le thème d’une exposition collective d’artistes peintres européens, installés...