Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Les mêmes et on recommence
Faire passer le maximum de candidats lors du scrutin communal du 4 septembre, tel est le souci principal des partis politiques qui mesurent leur force et popularité à l’aune de la quantité d’élus et non à leur qualité. Et pourtant, le vrai défi, qui permettra de sortir les villes et les campagnes marocaines de leurs innombrables déficits, réside dans la capacité de ces édiles à faire vivre la démocratie locale comme un outil au service de la collectivité. Au vu de la situation désastreuse de la majorité des communes, le Maroc est à mille lieues de cet objectif toujours figé au stade d’idéal, tellement les insuffisances et les ratages sont énormes. Vidée depuis longtemps de sa substance, la démocratie locale au Maroc rime avec les pratiques les moins avouables : corruption, concussion, clientélisme et trafic d’influence. Banalisées à force de complicité des partis et de passivité des autorités, ces méthodes que tout réprouve ont fini par tuer la crédibilité de l’action communale, devenant monnaie courante dans un paysage où la notion de service honnête à la communauté est illusoire. Sauf à continuer à se mentir à soi même ou à s’accommoder de cette situation désastreuse, l’action communale a montré suffisamment de multiples dérives sur le terrain, prenant en otage les intérêts des citoyens et compromettant un développement cohérent des villes et des campagnes. Dans son dernier discours à l’occasion du 62e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, S.M le Roi s’est vu obligé de faire de la pédagogie pour expliquer la différence entre le rôle de l’élu et celui du ministre, car de nombreux candidats dans leur course effrénée aux suffrages tentent d’exploiter l’ignorance ambiante en promettant monts et merveilles comme de l’embauche des chômeurs ou la distribution des lots de terrain aux bidonvillois. Il a fallu aussi que le souverain s’implique personnellement après avoir pointé du doigt l’incurie des élus casablancais et les multiples maux de la métropole pour que les responsables locaux mettent de côté leurs querelles politiciennes stériles et se mobilisent autour de sa mise à niveau urbaine. Mais le Roi n’a pas à s’occuper de la gestion locale, tout comme il ne peut pas mener à la trique tous les élus indélicats du Royaume. Sans rupture nette avec les pratiques du passé, le Maroc aura juste réussi à organiser des élections communales 2015 pour favoriser le retour des mêmes éléments à la moralité douteuse, sans aucune compétence particulière sauf celle d’achat des voix, qui ont causé le naufrage de la démocratie locale. C’est ce qui risque d’arriver même si quelques visages nouveaux, jeunes et dynamiques, se sont engagés dans les communales 2015 avec l’espoir d’apporter des idées nouvelles et du sang neuf à une gestion locale gangrenée par des méthodes de type mafieux. Cette toile de complicités malsaines, qui enveloppera la mandature 2015-2021, sera de nouveau installée dès le lendemain de la proclamation des résultats par les candidats vainqueurs qui se livreront à des marchandages sonnants et trébuchants pour les postes de présidents et les juteuses délégations de signature. A partir de ce jour de toutes les compromissions, la vraie devise des membres du conseil est : se servir au lieu de servir. A 2021 pour de nouvelles communales avec les mêmes spécimens!
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Ce Raja qui fait rêver…
Qu'il est beau le Maroc qui gagne, le Maroc compétitif, le Maroc sans complexe, le Maroc qui se bat crânement et marque des buts contre l’adversaire, le Maroc qui ne...
La bonne-fausse idée de Ramid
Une bonne fausse-idée que celle lancée par le ministère de la Justice et des Libertés: les journées portes ouvertes organisées sous le thème «La...
Al Othmani dynamite le PJD
Tout le monde aura compris que le recours à Al Othmani pour former une majorité gouvernementale après plus de 5 mois de blocage, était une seconde et dernière...
Pour une indépendance des juges
Le ministère de la Justice ne sera plus comme avant. Un changement en profondeur, qui a l’allure d’une mini-révolution, vient d’être initié avec...