Dernière minute ...
Né à Barcelone, Mnauel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Les mêmes et on recommence
Faire passer le maximum de candidats lors du scrutin communal du 4 septembre, tel est le souci principal des partis politiques qui mesurent leur force et popularité à l’aune de la quantité d’élus et non à leur qualité. Et pourtant, le vrai défi, qui permettra de sortir les villes et les campagnes marocaines de leurs innombrables déficits, réside dans la capacité de ces édiles à faire vivre la démocratie locale comme un outil au service de la collectivité. Au vu de la situation désastreuse de la majorité des communes, le Maroc est à mille lieues de cet objectif toujours figé au stade d’idéal, tellement les insuffisances et les ratages sont énormes. Vidée depuis longtemps de sa substance, la démocratie locale au Maroc rime avec les pratiques les moins avouables : corruption, concussion, clientélisme et trafic d’influence. Banalisées à force de complicité des partis et de passivité des autorités, ces méthodes que tout réprouve ont fini par tuer la crédibilité de l’action communale, devenant monnaie courante dans un paysage où la notion de service honnête à la communauté est illusoire. Sauf à continuer à se mentir à soi même ou à s’accommoder de cette situation désastreuse, l’action communale a montré suffisamment de multiples dérives sur le terrain, prenant en otage les intérêts des citoyens et compromettant un développement cohérent des villes et des campagnes. Dans son dernier discours à l’occasion du 62e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, S.M le Roi s’est vu obligé de faire de la pédagogie pour expliquer la différence entre le rôle de l’élu et celui du ministre, car de nombreux candidats dans leur course effrénée aux suffrages tentent d’exploiter l’ignorance ambiante en promettant monts et merveilles comme de l’embauche des chômeurs ou la distribution des lots de terrain aux bidonvillois. Il a fallu aussi que le souverain s’implique personnellement après avoir pointé du doigt l’incurie des élus casablancais et les multiples maux de la métropole pour que les responsables locaux mettent de côté leurs querelles politiciennes stériles et se mobilisent autour de sa mise à niveau urbaine. Mais le Roi n’a pas à s’occuper de la gestion locale, tout comme il ne peut pas mener à la trique tous les élus indélicats du Royaume. Sans rupture nette avec les pratiques du passé, le Maroc aura juste réussi à organiser des élections communales 2015 pour favoriser le retour des mêmes éléments à la moralité douteuse, sans aucune compétence particulière sauf celle d’achat des voix, qui ont causé le naufrage de la démocratie locale. C’est ce qui risque d’arriver même si quelques visages nouveaux, jeunes et dynamiques, se sont engagés dans les communales 2015 avec l’espoir d’apporter des idées nouvelles et du sang neuf à une gestion locale gangrenée par des méthodes de type mafieux. Cette toile de complicités malsaines, qui enveloppera la mandature 2015-2021, sera de nouveau installée dès le lendemain de la proclamation des résultats par les candidats vainqueurs qui se livreront à des marchandages sonnants et trébuchants pour les postes de présidents et les juteuses délégations de signature. A partir de ce jour de toutes les compromissions, la vraie devise des membres du conseil est : se servir au lieu de servir. A 2021 pour de nouvelles communales avec les mêmes spécimens!
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Violence dans l’air
A y regarder de plus près, l’agression verbale ayant visé mardi 7 décembre le ministre de la Santé dans l’enceinte du Parlement n’est pas vraiment étonnante. Indépendamment de...
Radioscopie d'un malaise
La grève du 30 mars décrétée, pour la première fois au Maroc, par les médecins et les cliniciens du privé sanctionne en quelque sorte le bilan des...
L'USFP dans la tourmente
Il serait salutaire pour le Maroc de voter d’abord une loi autorisant l’euthanasie politique, histoire d’abréger les souffrances de certains partis politiques. C’est...
Le Pjdexit en marche ?
Comme dans toute consultation électorale, la grande inconnue demeure le taux de participation. C’est à l’aune de ce dernier, principal enjeu du scrutin législatif du...