Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Google pas si géant que ça…
Une ancienne salariée de Google a raconté dans une série de tweets comment elle a essayé de se pencher sur les inégalités de salaires au sein de l'entreprise. Et comment Google le lui a fait payer. Le site américain Wired a rassemblé l'intégralité de ses tweets avant de les publier sous le titre : «L’expérience d’@EricaJoy sur la transparence des salaires chez Google». Alors qu’elle parlait des salaires avec des collègues de chez Google, Erica Baker décide dimanche 17 juillet 2015 de créer un tableur en document partagé. Plusieurs personnes y ont noté leur rémunération, Erica a posté le document sur le réseau social interne de l'entreprise. Le document sera partagé et complété. Le lendemain, elle est convoquée par sa supérieure. «Là-haut, les gens n'étaient pas très contents (…) Tu ne sais pas ce qui pourrait se passer?», lui dit-elle. Erica répond : «Rien. C’est illégal de sanctionner des employés qui ont juste discuté de leurs salaires ». Les salariés remercient Erica pour le document et lui envoient des «peer bonuses», sorte de primes de 150 dollars (137 euros) que peuvent s'envoyer les salariés entre eux quand ils estiment que quelqu'un a fait quelque chose de bien pour l'entreprise. Mais Erica découvre que, pour que ces primes soient accordées au salarié, il faut que son supérieur donne son aval. Et la supérieure d'Erica les a toutes rejetées. Au même moment, un autre salarié – un Blanc, précise Erica, qui est elle-même noire –, lui aussi très impliqué dans le tableur sur la transparence des salaires, a également reçu des peer bonuses. Sauf que les siens lui ont été accordés. Des salariés commencent à savoir que les primes d'Erica sont rejetées et s'en indignent ; personne ne savait qu’elles pouvaient être refusées. «Pendant ce temps, le tableur continue son chemin, et des gens demandent à la direction s'il serait possible de dévoiler les échelles de salaires (ha ha, non !) », s'amuse Erica dans un tweet. L’histoire d’Erica a été publiée le 16 juillet alors que Google a consacré son Doodle (illustration de page d'accueil) à Ida B. Wells, journaliste africaine-américaine qui s'est battue pour les droits des femmes au début du XXe siècle. « Je vous garantis que, si Ida Wells était en vie et travaillait chez Google, il y aurait des réunions officieuses pour évoquer "son avenir" au sein de l'entreprise », conclut Erica.

à lire aussi :
Réfugiés: Dissuasion par voie de presse!
"Les Hongrois sont hospitaliers, mais les mesures les plus sévères possibles sont prises contre ceux qui tentent d’entrer en Hongrie illégalement". Voilà en...
Ces trafiquants qui ne se cachent plus…
A Malaga, au sud de l'Espagne, un groupe de baigneurs a assisté à une scène plutôt hallucinante. Un horsbord a accosté sur la plage ensoleillée. À son...
Un héros en mal de reconnaissance
Il y a six mois, Najim Benamar faisait ses courses dans une supérette dans le Bas-Vernet, un quartier de Perpignan en France. Alors qu'il passe en caisse, un braqueur armé d'un pistolet...
Coca-Cola, une tueuse en masse ?
On le savait depuis longtemps, boire du Coca et autres boissons sucrées est mauvais pour la santé. Ce que l’on ignorait, c’était le chiffre inquiétant du...