Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Google pas si géant que ça…
Une ancienne salariée de Google a raconté dans une série de tweets comment elle a essayé de se pencher sur les inégalités de salaires au sein de l'entreprise. Et comment Google le lui a fait payer. Le site américain Wired a rassemblé l'intégralité de ses tweets avant de les publier sous le titre : «L’expérience d’@EricaJoy sur la transparence des salaires chez Google». Alors qu’elle parlait des salaires avec des collègues de chez Google, Erica Baker décide dimanche 17 juillet 2015 de créer un tableur en document partagé. Plusieurs personnes y ont noté leur rémunération, Erica a posté le document sur le réseau social interne de l'entreprise. Le document sera partagé et complété. Le lendemain, elle est convoquée par sa supérieure. «Là-haut, les gens n'étaient pas très contents (…) Tu ne sais pas ce qui pourrait se passer?», lui dit-elle. Erica répond : «Rien. C’est illégal de sanctionner des employés qui ont juste discuté de leurs salaires ». Les salariés remercient Erica pour le document et lui envoient des «peer bonuses», sorte de primes de 150 dollars (137 euros) que peuvent s'envoyer les salariés entre eux quand ils estiment que quelqu'un a fait quelque chose de bien pour l'entreprise. Mais Erica découvre que, pour que ces primes soient accordées au salarié, il faut que son supérieur donne son aval. Et la supérieure d'Erica les a toutes rejetées. Au même moment, un autre salarié – un Blanc, précise Erica, qui est elle-même noire –, lui aussi très impliqué dans le tableur sur la transparence des salaires, a également reçu des peer bonuses. Sauf que les siens lui ont été accordés. Des salariés commencent à savoir que les primes d'Erica sont rejetées et s'en indignent ; personne ne savait qu’elles pouvaient être refusées. «Pendant ce temps, le tableur continue son chemin, et des gens demandent à la direction s'il serait possible de dévoiler les échelles de salaires (ha ha, non !) », s'amuse Erica dans un tweet. L’histoire d’Erica a été publiée le 16 juillet alors que Google a consacré son Doodle (illustration de page d'accueil) à Ida B. Wells, journaliste africaine-américaine qui s'est battue pour les droits des femmes au début du XXe siècle. « Je vous garantis que, si Ida Wells était en vie et travaillait chez Google, il y aurait des réunions officieuses pour évoquer "son avenir" au sein de l'entreprise », conclut Erica.

à lire aussi :
Réfugiés: Dissuasion par voie de presse!
"Les Hongrois sont hospitaliers, mais les mesures les plus sévères possibles sont prises contre ceux qui tentent d’entrer en Hongrie illégalement". Voilà en...
Quand Alger martyrise les Syriens...
La situation humanitaire de quelque 41 ré- fugiés syriens, jetés par les autorités algé- riennes le 17 avril dernier dans un désert entre le Maroc et...
Au secours, la tuberculose revient !
On croyait la tuberculose éradiquée au Maroc. Que nenni. depuis quelques mois, la maladie enregistre un retour en force dans nombre villes du pays. « Naguère, je...
MDMA, la nouvelle drogue de l’amour qui fait rage au Maroc
C’est la nouvelle coqueluche de la jeunesse casablancaise et tangéroise en particulier : La « drogue de l’amour », plus connu sous le nom de MDMA...