Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Google pas si géant que ça…
Une ancienne salariée de Google a raconté dans une série de tweets comment elle a essayé de se pencher sur les inégalités de salaires au sein de l'entreprise. Et comment Google le lui a fait payer. Le site américain Wired a rassemblé l'intégralité de ses tweets avant de les publier sous le titre : «L’expérience d’@EricaJoy sur la transparence des salaires chez Google». Alors qu’elle parlait des salaires avec des collègues de chez Google, Erica Baker décide dimanche 17 juillet 2015 de créer un tableur en document partagé. Plusieurs personnes y ont noté leur rémunération, Erica a posté le document sur le réseau social interne de l'entreprise. Le document sera partagé et complété. Le lendemain, elle est convoquée par sa supérieure. «Là-haut, les gens n'étaient pas très contents (…) Tu ne sais pas ce qui pourrait se passer?», lui dit-elle. Erica répond : «Rien. C’est illégal de sanctionner des employés qui ont juste discuté de leurs salaires ». Les salariés remercient Erica pour le document et lui envoient des «peer bonuses», sorte de primes de 150 dollars (137 euros) que peuvent s'envoyer les salariés entre eux quand ils estiment que quelqu'un a fait quelque chose de bien pour l'entreprise. Mais Erica découvre que, pour que ces primes soient accordées au salarié, il faut que son supérieur donne son aval. Et la supérieure d'Erica les a toutes rejetées. Au même moment, un autre salarié – un Blanc, précise Erica, qui est elle-même noire –, lui aussi très impliqué dans le tableur sur la transparence des salaires, a également reçu des peer bonuses. Sauf que les siens lui ont été accordés. Des salariés commencent à savoir que les primes d'Erica sont rejetées et s'en indignent ; personne ne savait qu’elles pouvaient être refusées. «Pendant ce temps, le tableur continue son chemin, et des gens demandent à la direction s'il serait possible de dévoiler les échelles de salaires (ha ha, non !) », s'amuse Erica dans un tweet. L’histoire d’Erica a été publiée le 16 juillet alors que Google a consacré son Doodle (illustration de page d'accueil) à Ida B. Wells, journaliste africaine-américaine qui s'est battue pour les droits des femmes au début du XXe siècle. « Je vous garantis que, si Ida Wells était en vie et travaillait chez Google, il y aurait des réunions officieuses pour évoquer "son avenir" au sein de l'entreprise », conclut Erica.

à lire aussi :
L’OMS pointe les maladies de la santé au Maroc
Le ministre de la Santé, El Houssaine Louardi, a présenté mardi 2 février les résultats d'une évaluation des fonctions essentielles de la santé...
Les perles de Benkirane
Abdelilah Benkirane a pris une drôle d’habitude. Celle de ne jamais se séparer de son chapelet (tsabih) y compris lorsqu’il reçoit des personnalités locales ou...
Le Maroc ne les fait pas rêver…
On connaissait depuis fort longtemps l’envie incessant des jeunes marocains, surtout ceux en situation précaire, de partir vivre sous d'autres cieux. Ce qu’on ignorait toutefois...
Chaâbi Liliskane fait des victimes à Agadir
A Agadir, Chaâbi Lil Iskane fait aussi des mécontents. En effet, une vingtaine de familles ont protesté, lundi 2 février 2015, devant l’agence locale de la filiale...