Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Le nouveau numéro de Ramid
Un numéro vert pour dénoncer les actes de corruption. Désormais, le 08.00.00.47.47 se veut un mécanisme pratique et rapide pour inciter les corrupteurs à balancer les corrompus. Une fois ce numéro composé, le corrupteur ou le corbeau est aussitôt mis en contact avec les juges en charge des affaires de backchich. Ces derniers procèdent à l'enregistrement de toutes les données relatives à l'acte de corruption supposé (lieu, heure, montant de la corruption....) avant qu'ils ne saisissent le représentant du parquet compétent pour prendre les mesures judiciaires qui s'imposent. Pour mieux sensibiliser les citoyens à l'importance de cette opération destinée à combattre la corruption, une large campagne publicitaire sera diffusée sur les ondes de la radio nationale et sur les chaînes de télévision nationales. Les sceptiques, ceux qui pensent que la corruption est trop ancrée dans les mœurs des Marocains pour être combattue en composant un numéro vert, diront que Mustapha Ramid est en train de jouer son numéro. A quelques encablures des élections générales, il est difficile de ne pas voir dans cette mesure un acte électoraliste destinée à la consommation populaire, histoire de donner l’impression que le gouvernement emmené par le PJD est décidé à lutter contre la corruption et les corrompus. Mais de quelle type de corruption s’agit-il ? La petite qui s’apparente de plus en plus à de l’aumône dans un pays où la faiblesse du revenu des petits fonctionnaires les incite à vivre sur l’habitant ou la grande, qui met en jeu de grosses sommes, et qui, elle, échappe à toute sanction ? Si la volonté de lutte contre la corruption ne fait pas défaut, les résultats concrets restent encore maigres dans ce domaine. Dans un pays comme le Maroc, la corruption est devenu un geste banal, intégré par le simple citoyen ou l’entrepreneur qui doit mettre la main à la poche pour obtenir un droit ou un passe-droit. Le montant est fonction de la nature du service, un simple document administratif, une autorisation importante ou un marché public. Tout se monnaye. Et ce n’est pas près de changer tant que demeurent les facteurs qui banalisent le bakchich comme cette vision répandue du service public considéré comme un moyen de se servir que de servir. Et puis, il y a l’état de l’administration dont les lourdeurs et les dysfonctionnements favorisent la pratique de la corruption qui se nourrit aussi de la multiplication des réglementations contraignantes et complexes et de la quasi-inexistence de procédures de contrôle démocratique. En fait, le Maroc n’est pas plus miné par la corruption que d’autres pays y compris ceux qui se targuent d’être démocratiques. Seule différence, ce phénomène est spectaculaire au Maroc car il porte surtout sur la petite corruption mise sur la place publique de certains corps publics secoués régulièrement par des scandales de policiers ou gendarmes filmés à leur insu en train d’être soudoyés par des automobilistes. Ce qui donne l’impression que le Maroc est un pays corrompu jusqu’à l’os. Quant aux milieux de la grande corruption, arrogante et triomphante, qui se chiffre en plusieurs millions de DH, ils n’ont jamais été vraiment inquiétés. La moralisation de la vie publique passe nécessairement par une opération « mani puliti » à l’italienne et non pas par des mesurettes poudre aux yeux qui risquent de faire long feu.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Bonne triche à tous !
Ce n’est pas un simple outil de triche, une antisèche ou un téléphone portable, mais un véritable dispositif d’espionnage sophistiqué doté...
Benkirane part en vrille
Abdelilah Benkirane a bien commencé l’année 2014 puisqu’il a encore trouvé les boucs-émissaires de ses turpitudes et de l’inaction de son gouvernement au cours de 2013 : Les...
Crise de héros
Les Marocains ont suivi avec beaucoup de passion les péripéties de la mort au Yémen du jeune pilote d’avion Yassine Bahti depuis la nouvelle de l’écrasement de...
Les morts de Louardi
Les drames des dysfonctionnements de la santé au Maroc, dont sont victimes principalement les démunis aux quatre coins du pays, sont fréquents. Il ne se passe pas un jour sans...