Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie : Panique à bord !
L'Algérie vit de plus en plus mal la chute des cours pétroliers. A l'impasse économique s’ajoute un système politique et social particulièrement affaibli à l’image du président Abdelaziz Bouteflika, réélu pour un quatrième mandat malgré son handicap physique. La manne pétrolière s’est envolée dans les années 2000. Les tenants du pouvoir ont engrangé au total 750 milliards de dollars. Et pourtant, ils n’ont rien investi. Les Algériens achètent tout. Les importations ne cessent d’augmenter de manière exponentielle. Le pays importe tout et ne produit rien. Entre janvier et avril dernier, les recettes d’exportations ont chuté de plus de 40%. Les généraux qui détiennent le pouvoir en Algérie avaient justement constitué une réserve pour les jours sans vent. Or, cette manne fond aujourd’hui comme neige au soleil. Fin 2014, elle s’élevait à 44 milliards de dollars. En un an, elle a été amputée de 29 milliards de dollars. A ce rythme, elle se videra bientôt. Du coup, c’est la panique. Il y a quelques jours, le gouvernement algérien a annoncé de nouvelles mesures pour «encourager l'investissement "productif" et alléger la facture des importations». Outre les facilités destinées à encourager «l’investissement productif» – dans laquelle s’inscrit le retour du crédit à la consommation – le gouvernement compte imposer des licences d’importation pour une vingtaine de produits dont la facture pèse lourdement sur la balance commerciale, comme le ciment et l’alimentation de bétail. Si cela ne marche pas, les militaires algériens qui ne se soucient que de leur confort finiront probablement par vendre le pays à la Chine. Qui sait ?

à lire aussi :
Attentats de Paris : A qui profite le crime ?
Beaucoup d’interrogations entourent les capacités terroristes de Daech. L’organisation a revendiqué le crash de l’avion russe dans le Sinaï en Egypte (le 31...
Quand Nidaa Tounes se donne en spectacle
Le premier parti politique de Tunisie est aujourd'hui en pleine crise, miné par une lutte de clan et une guerre de succession. Nidaa Tounes, c'est ce parti hétéroclite,...
Trump ressort ses chinoiseries
La croisade commerciale des États-Unis contre la Chine est entrée dans sa «phase 2» selon l’expression du président américain Donald Trump. Et ce dernier...
Algérie : les blouses blanches ont le blues
Les médecins algériens ont prolongé mardi leur mouvement de grève pour une revalorisation de leurs revenus tandis que les enseignants ont annoncé de nouveaux...