Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
L’impossible équation libyenne
La menace permanente pesant sur la Libye du prétendu Etat Islamique (EI), connu sous le nom de Daech, est plus le résultat du désordre qui règne dans ce pays que de la puissance de l’organisation d’Abou Bakr al-Baghdadi. Instabilité politique, rivalité entre tribus, milices révolutionnaires armées jusqu’aux dents… Quatre ans après la chute et exécution de Mouammar Kadhafi, la Libye est en effet toujours un pays déchiré, fragile et au bord du chaos. L’Etat est aux abonnés absents et la notion de "nation libyenne" est totalement inexistante dans l'esprit des gens. La Libye est toujours divisée en deux. Deux gouvernements – chacun disposant de son parlement et sa propre armée– revendiquent le pouvoir. L’un, basé à Tripoli dans l’ouest, est soutenu par Fajr Libya (Aube de la Libye), une coalition de milices islamistes ; l’autre, basé à Tobrouk dans l’est et reconnu internationalement, est issu des élections de juin 2014. Une partie du territoire contrôlé par Fajr Libya est aujourd’hui disputée par l’EI, qui a pris pied l’an dernier en Libye. Comment ce pays en est-il arrivé là ? Après la mort du colonel en octobre 2011, le conseil national de transition (CNT) promet de créer un Etat pluraliste. En juillet 2012, une première élection démocratique permet de désigner les deux cents membres du conseil général national, qui remplace le CNT. Un gouvernement d’intérim, dirigé successivement par Abdel Rahim al-Kib et Ali Zeidan, est chargé de préparer une nouvelle constitution et d’organiser des élections législatives. Les milices, toutes-puissantes en Libye, ne se résolvent alors pas à se dissoudre et les institutions étatiques peinent à se développer. Les élections de juin 2014 voient l’échec des candidats islamistes. Ainsi, les combattants islamistes, alliés avec les brigades de Misrata et diverses tribus sous la bannière de l’Aube libyenne, terrassent durant l’été leurs rivaux laïques des milices de Zintan dans l’ouest libyen et s'emparent de la capitale Tripoli. L’Organisation des Nations unies (ONU) tente depuis des mois de rapprocher les deux autorités afin de constituer un gouvernement d’unité nationale. Si un accord devait être trouvé – ce qui est loin d’arriver –, cela ne se ferait pas sans un soutien international prononcé. Comme ailleurs dans le monde, le processus de paix devra passer par une instance de réconciliation. Quitte à revenir sur la loi d'exclusion politique, texte qui vise à bannir des institutions de l'Etat toutes les personnes qui ont tenu des postes à responsabilité sous les quarante-deux années du régime de Mouammar Kadhafi. En 2010, la Libye comptait 1,2 million de fonctionnaires. Une inconnue parmi pleines d’autres de l’équation libyenne dont la résolution paraît de plus en plus impossible…
Rachid WAHBI

à lire aussi :
Menace d'escalade au Proche-Orient
La tension montre en Proche-Orient. Le Hezbollah libanais a lancé son opération dans le secteur contesté des fermes de Chebaa. L'attaque au missile contre le convoi...
Le Yémen s’enfonce encore dans le chaos
Onze personnes au moins ont été tuées mercredi à Aden, deuxième ville du Yémen. Les affrontements font rage entre rebelles chiites et combattants...
La Libye dans les griffes de l’EI
Le groupe Etat islamique (EI) a diffusé dimanche 15 février une vidéo montrant la décapitation d'hommes qu'il présente comme 21 Egyptiens de confession...
Pendant ce temps-là, Boko Haram sème la terreur
Alors que le monde entier avait les yeux rivés sur la France, le Nigeria a lui aussi connu sa semaine sanglante. Le terrorisme islamiste a à nouveau frappé dans ce pays...