Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Crise de héros
Les Marocains ont suivi avec beaucoup de passion les péripéties de la mort au Yémen du jeune pilote d’avion Yassine Bahti depuis la nouvelle de l’écrasement de son avion de chasse jusqu’au rapatriement de son corps au Maroc et la cérémonie de funérailles militaires d’envergure nationale à laquelle il a eu droit. La Bahtimania était telle que nombre d’internautes se sont transmis avec enthousiasme ses photos via les réseaux sociaux comme s’il s’agissait d’un mythe vivant. Mais pourquoi autant d’intérêt pour le décès d’un militaire tombé sur le front dans un contexte où la mort s’est extrêmement banalisée ? Est-ce parce qu’il s’agit d’un fils du peuple dont le sacrifice a touché ses compatriotes au plus profond d’eux-mêmes ou parce que ces derniers ont considéré en leur for intérieur que le militaire a accompli un geste de bravoure exceptionnel ? Peu importe que le lieutenant soit mort dans une guerre qui ne concerne pas directement le Maroc. Ce débat n’aura pas lieu. L’essentiel pour ses admirateurs c’est que ce soldat inconnu jusqu’ ici au bataillon qui connaîtra la gloire à titre posthume a fait honneur au Maroc et aux Marocains. Dans cette attitude, il y a certainement un mélange de fascination et de respect qui révèle un besoin vital non pas de superhéros du cinéma à l’image de Batman ou Superman dotés de capacités extraordinaires mais juste de gens ordinaires qui se sacrifient pour les autres, incarnent des valeurs fortes et qui ne se soucient pas seulement de leur carrière ou de leur confort personnel. En somme, des héros prêts à mourir pour que les autres puissent vivre. Or, la société marocaine actuelle, ravagée par le chassé-croisé des égoïsmes poussés à outrance, est à mille lieux de cette image d’Epinal. On dirait que les héros sont fatigués, remplacés par une noria de petits anti-héros propulsés en première ligne. On les retrouve aux commandes des partis avec les Chabat, Lachgar et consorts, au Parlement peuplé d’ectoplasmes qui n’inspirent que la pitié et dans le gouvernement rempli aux trois quarts de personnages guignolesques. Cela fait longtemps que les politiques dans ce pays ne font plus rêver les Marocains mais les font pleurer d’affliction, tellement le niveau aussi bien du discours que du comportement a touché le fond. Mais ce qui est rassurant c’est qu’ils creusent encore… ! L’essentiel, paraît-il, c’est de se rendre en masse aux urnes car un taux de participation élevé est jugé plus important que la qualité des profils des candidats qui dans leur infinie générosité n’offrent aux électeurs que le choix entre la médiocrité et la nullité. Dans ce contexte de nivellement par le bas permanent, il est difficile de créer des figures distinctives qui incarnent un certain idéal. Aucune personne à héroïser ou à laquelle s’identi.er non plus dans le domaine sportif qui, englué dans une crise profonde, ne produit plus chez nous de champion de haut niveau ni d’équipes de football qui passionne les foules. Plus de grands exploits maison ou de noms exceptionnels locaux à graver dans l’imaginaire collectif d’une société condamnée à aimer les stars des autres. Du coup, se passionner pour la mort sur le front d’un lieutenant des FAR natif de Casablanca devient un fait d’arme exceptionnel qui nourrit un peu l’imaginaire collectif.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Benkirane part en vrille
Abdelilah Benkirane a bien commencé l’année 2014 puisqu’il a encore trouvé les boucs-émissaires de ses turpitudes et de l’inaction de son gouvernement au cours de 2013 : Les...
Au-delà des écosystèmes
Industrialiser le pays. Vaste programme. Objectif qui fait rêver. Dans un monde où l’usine du monde s’est déplacée en Chine qui allie coûts bas et...
SuperErdogan
Ange ou démon ? Démocrate ou despote ? La personnalité du président turc Recep Tayyip Erdogan, déjà controversée, divise davantage après la...
Ombres au tableau
L’attaque frontale de Abdelilah Benkirane contre le ministre de l’Education nationale depuis la tribune parlementaire- attaque qui confine à l’humiliation- n’en finit...