Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Professionnaliser les festivals
Cette année, pas de festivals pendant la période du 18 juin au 18 juillet, Ramadan oblige. du coup, nombre de régions et de villes "festivaleront" après le mois sacré au grand plaisir des populations alors que d’autres ont préféré anticiper comme celui des gnaouas d’Essaouira, premier à ouvrir le bal et qui aura lieu du 14 au 17 mai. Cet événement culturel, très prisé par les foules d’ici et d’ailleurs, représente un vrai phénomène festivalier, fort de son ancrage dans la tradition marocaine et sa capacité à interagir tout en se renouvelant chaque année avec les musiques d’autres contrées. Au-delà de son cachet authentique qui lui a permis de traverser le temps (18 ans déjà) sans prendre une ride et la joie qu’il donne à son public le temps d’un week-end riche en sensations, le Festival d’Essaouira joue un rôle économique essentiel au bénéfice de la ville qu’une étude réalisée l’année dernière par un cabinet national a démontré, chiffres à l’appui. En plus d’être un excellent instrument de promotion d’Essaouira, il a été ainsi établi que chaque dirham investi par les organisateurs en génère 17 pour l’économie locale et que pendant la période du festival les différents commerces voient leurs chiffres d’affaires se multiplier par 2, voire 7 pour certains d’entre eux. En effet, la petite médina avec ses ruelles est prise d’une frénésie commerciale inhabituelle : restaurants, snacks, cafés et vendeurs d’artisanat… Sans parler des hôtels, riyads, pensions et autres formules d’hébergement qui affichent complet. En somme, les affaires marchent pour tout le monde y compris pour les vendeurs ambulants, qui profitent de cette dynamique exceptionnelle pour exposer bibelots et souvenirs locaux. Et ça consomme du matin jusqu’au petit matin. Dans la convivialité et la bonne humeur. C’est à l’aune des retombées économiques, directes, indirectes ou induites par un festival que se mesure sa réussite et son utilité. Celui des gnaouas en particulier, avec son budget dérisoire de 12 millions de dh alors qu’il mérite au moins le double, est parvenu à devenir un événement touristique incontournable qui rayonne au-delà des frontières grâce à l’entregent de sa présidente Neïla Tazi et la persévérance de son équipe. Combien de festivals organisés un peu partout au Maroc, y compris les plus nantis en moyens, peuvent prétendre à un tel niveau d’enracinement dans leur environnement avec des retombées économiques aussi substantielles ?Certes, il est nécessaire dans un pays où l’animation demeure le parent pauvre des politiques locales et même nationales d’offrir ne serait-ce qu’une fois par an des exutoires à une population vivant dans territoires rongés par de multiples déficits d’ordre économique, social et culturel. Mais l’un n’empêche pas l’autre. Offrir du bon temps aux citoyens en leur permettant de se divertir n’est pas antinomique avec la professionnalisation des festivals, principale condition pour devenir des entreprises rentables et assurer leur pérennité. Ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui puisque les festivals, pour la majorité déficitaires, vivent essentiellement grâce au sponsoring obtenu plus ou moins de bonne grâce. Mais jusqu’à quand ?
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Al Othmani dynamite le PJD
Tout le monde aura compris que le recours à Al Othmani pour former une majorité gouvernementale après plus de 5 mois de blocage, était une seconde et dernière...
Pour une indépendance des juges
Le ministère de la Justice ne sera plus comme avant. Un changement en profondeur, qui a l’allure d’une mini-révolution, vient d’être initié avec...
La bonne-fausse idée de Ramid
Une bonne fausse-idée que celle lancée par le ministère de la Justice et des Libertés: les journées portes ouvertes organisées sous le thème «La...
Le temps des ectoplasmes
Le décès de M’hamed Boucetta, un nationaliste de la première heure doublé d’un animal politique distingué, projette une lumière crue sur la...