Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Feuilleté de Canard
Sur le chemin du retour
L'écrivaine Maï-do ha-misultane a récemment présenté à la librairie «Carrefour des livres» à Casa-blanca, son roman «La Blanche». Une occasion pour découvrir cet œuvre, parue aux éditions «La Cheminante». Il s’agit d’un livre brûlant de passion, d'espoir et de nostalgie. Un livre sous forme de journal intime imaginaire, où les émotions sont à vif. Et les blessures aussi. «La Blanche» retrace le retour aux sources d'une jeune femme qui a grandi au Maroc, pays qu'elle a dû fuir après la dis-parition brutale et tragique de son grand-père. En toile de fond de l’intrigue, il y a Mira Ventos, la maison qui a vu naître l’héroïne et où son grand-père fut assassiné, la tête écrasée par un buste de Juba II, roi de Mau-rétanie. Une villa de rêve, toute blanche, dans les beaux quartiers de Casablanca, «entouré d'un im-mense jardin où poussent des grenadiers et quantité d'autres arbres fruitiers et des palmiers immenses d'un autre siècle», où pousse une «haie d'ibiscus toujours feurie». Cette grande villa blanche – d’où d’ailleurs le titre du livre – avec son «vaste salon de marbre blanc aux allures d'opéra» fnit par être vendue. Mais pour notre principa-le protagoniste ce lieu symbolise la bulle, le refuge, l’ultime retran-chement. Mira Ventos reste profondément enfouie en elle comme un secret précieux, même après son départ et malgré l’éloignement. Amoureuse d'un certain Victor qui l'abandonnera, la jeune femme décide de retrouver l'en-fance qu'on lui a volée. Elle s'envole alors pour Casablanca afn de revoir Mira Ventos. A travers des phrases sèches et cassantes, parfois agressives et souvent im-placables, Maï-do hamisultane livre ses sentiments et ressenti-ments, ses rêves et ses désespoirs, dans un style fluideet incontes-tablement moderne. Mira Ventos est certes un premier roman, mais c’est aussi une promesse d’écri-tures futures passionnantes et pé-tillantes.Native de La Rochelle, Maï-do hamisultane passe une partie de son enfance à Casablanca, dans une villa familiale blanche, Art déco, où règne une atmosphère singulière. Écrivains, intellec-tuels, cinéastes s'y retrouvent pour des soirées animées où la joie des idées et des points de vue débattus distille dans son cœur et son esprit l'or des champs intellectuels et artistiques. Un grand-père maternel marocain fassi, une grand-mère paternelle chinoise, un grand-père paternel vietnamien et un nom de famille « hamisultane » ori-ginaire de l'Inde constituent une géographie universelle d'emblée littéraire.  Comme un destin scellé dans la fliation qui l'accompagne naturellement dans ses études, en classe préparatoire hypokhâgne et khâgne BL (lettres et sciences sociales) au lycée Janson de Sailly à Paris, avec à suivre une licence de lettres à la Sorbonne et des études  de médecine qu'elle termine. 
Meriem EL YOUSSOUFI

à lire aussi :
Le roman marocain, parent pauvre du SIEL
S’il existe un type d’ouvrage qui peine souvent à s’écouler sur le marché du livre, c’est bien celui du roman marocain. Les librairies et les maisons...
Essaouira sous tous les angles
Abdelkader Mana, sociologue, ethnographe, poète, auteur de plusieurs livres sur le Sud marocain et Essaouira nous présente avec son livre «Rivages de pourpre,...
Le long combat d’une femme déterminée
  Nejma Beïda est née à Casablanca. Elle serait restée avec bonheur une jeune berbère, enfant insouciante Librement au village de Aït Igas, près de...
Ces Best-Seller qui séduisent…
e Prix de la littérature arabe, dans sa quatrième édition, a été cette année décerné à Inaam Kachachi. écrivaine et journaliste...