Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Khalifa Haftar, futur guide libyen ?
Le général Khalifa Haftar devient de plus en plus influant en Libye. La nomination de cet ancien officier de l'armée de Kadhafi comme commandant en chef de l'armée libyenne par le gouvernement de Tobrouk – celui reconnu par la communauté internationale – est la parfaite illustration de sa montée en force. Confrontées aux brigades et au gouvernement islamistes de Tripoli, les autorités civiles de Tobrouk remettent ainsi de plus en plus leur sort entre les mains armées du général Haftar, lequel se rêve un destin comparable à celui du maréchal Sissi en Egypte. Autoproclamé chef de l'Armée nationale libyenne (ANL) en s'appuyant sur le soutien d'anciens officiers de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, le général a lancé en mai 2014 une opération contre des groupes islamistes dans l'est du pays. Immédiatement accusé par les autorités de fourbir un coup d'Etat, il nie farouchement avoir l'intention de prendre le pouvoir, et affirme répondre "à l'appel du peuple". Ce militaire, qui n'apparaît jamais sans son uniforme kaki, bénéficie en effet de l'appui d'une grande partie de la population, exaspérée par la faiblesse du pouvoir, incapable d'asseoir son autorité sur des dizaines de milices d'ex-rebelles, ou de former le noyau dur d'une future armée régulière. Mais son opération, baptisée "Dignité", remporte peu de succès, et il échappe début juin à un attentat suicide dans un de ses quartiers généraux près de Benghazi. Ses forces sont chassées de cette ville en juillet par les milices islamistes. Au même moment, le gouvernement de transition et le Parlement à majorité anti-islamiste élu en juin fuient Tripoli, tombée aux mains des miliciens de Fajr Libya, pour se réfugier à Tobrouk et Al-Baïda (est), acquises à la cause de Haftar. Dans la capitale, les miliciens réactivent eux l'ancien Parlement et forment un nouveau gouvernement. Marié et père de treize enfants, six filles et sept garçons, Khalifa Haftar est sorti des rangs de l'académie militaire de Benghazi et a été formé en URSS. Il a participé au coup d'Etat militaire de 1969 ayant renversé la monarchie des Senoussi et conduit Mouammar Kadhafi au pouvoir, avant de poursuivre sa carrière au sein de l'armée du dictateur déchu.
 
 
Rachid WAHBI

à lire aussi :
L’impossible équation libyenne
La menace permanente pesant sur la Libye du prétendu Etat Islamique (EI), connu sous le nom de Daech, est plus le résultat du désordre qui règne dans ce pays que de la...
Menace d'escalade au Proche-Orient
La tension montre en Proche-Orient. Le Hezbollah libanais a lancé son opération dans le secteur contesté des fermes de Chebaa. L'attaque au missile contre le convoi...
Le Yémen s’enfonce encore dans le chaos
Onze personnes au moins ont été tuées mercredi à Aden, deuxième ville du Yémen. Les affrontements font rage entre rebelles chiites et combattants...
La Libye dans les griffes de l’EI
Le groupe Etat islamique (EI) a diffusé dimanche 15 février une vidéo montrant la décapitation d'hommes qu'il présente comme 21 Egyptiens de confession...