Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Jettou remet Laroui à sa place
Abdallah Laroui est-il en train de divaguer ou commence-il à être à court d’idées ? Ou subit-il les effets pervers du climat politique ambiant qui vole au ras des pâquerettes ? Le penseur a habitué ses lecteurs à beaucoup mieux que le dernier livre qu’il a commis, «Réflexions matinales» qui tend plus à provoquer la polémique stérile que la réflexion constructive. S’en prendre à Driss Jettou du temps où il était Premier ministre en qualifiant «ses analyses politiques d’insignifiantes» relève pour le moins de la mauvaise foi. Un registre pas du tout digne de l’auteur qui est allé jusqu’à reprendre à son compte une analyse qui avait circulé selon laquelle la nomination de M. Jettou au poste de Premier ministre était «une régression» pour avoir imposé un coup d’arrêt au processus démocratique initié par l’avènement en mars 1998 du gouvernement d’alternance dirigé par Abderrahmane Youssoufi. D’habitude très réservé et fuyant les projecteurs, Driss Jettou, aujourd’hui président de la cour des comptes, a répondu avec une grande courtoisie remarquable à son contempteur via le journal Akhbar Al Yaoum : «Tout d’abord, je dois préciser que je n’ai pas demandé à être désigné Premier ministre et je suis fie d’avoir accompli ma mission au prix d’efforts soutenus», indique-t-il en rappelant à celui avec qui il partage au moins le lieu de naissance, El Jadida, qu’il est « un fil du peuple qui n’est issu d’aucun parti politique».En effet, M. Jettou n’a jamais cherché le pouvoir, c’est le pouvoir qui l’a cherché. Se considérant comme un serviteur fidèle de son pays et de son roi, Driss Jettou a rafraichi la mémoire d’un écrivain visiblement aigri en soulignant que la nomination d’un technocrate à la tête du gouvernement après l’expérience de l’alternance répondait à la nécessité de «donner un nouveau souffle à la transition démocratique». Et pour appuyer l’action de son gouvernement et lui donner le maximum de chances de réussite, a ajouté l'ex-Premier ministre, des poids lourds socialistes comme M.M Oualalou, Elyazghi et El Malki ont accepté de siéger comme ministres dans son cabinet. Mais l’USFP n’a pas résisté à l’épreuve du pouvoir ni su profiter de son départ par la suite du gouvernement pour se refaire une santé politique au soleil de l’opposition. L’état actuel du parti en dit long…

à lire aussi :
Moulay Hafid industrialise le maroc sur power point !
"Stratégie d’accélération industrielle" c’est ainsi qu’a baptisé le loup de la finance, Moulay Hafid Elalamy, recyclé malgré lui dans la...
Hafid et Ghita
Petite surprise dans le monde des affaires casablancais en apprenant le nom de la directrice de la nouvelle Ecole Centrale de Casablanca dont les travaux ont été lancés lundi 27...
Des pateras aux jet-skis
Décidément, certains sont prêts à tout pour rejoindre l’autre rive de la Méditerranée. Après les pateras de fortune, les cargos de la mort,...
Driss Bencheikh, un homme plein d’assurance
Driss Bencheikh a quitté Wafa Assurance sur une belle performance, le chiffre d’affaires 2014 de l’assureur a franchi pour la première fois la barre des 6 milliards de DH....