Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Jettou remet Laroui à sa place
Abdallah Laroui est-il en train de divaguer ou commence-il à être à court d’idées ? Ou subit-il les effets pervers du climat politique ambiant qui vole au ras des pâquerettes ? Le penseur a habitué ses lecteurs à beaucoup mieux que le dernier livre qu’il a commis, «Réflexions matinales» qui tend plus à provoquer la polémique stérile que la réflexion constructive. S’en prendre à Driss Jettou du temps où il était Premier ministre en qualifiant «ses analyses politiques d’insignifiantes» relève pour le moins de la mauvaise foi. Un registre pas du tout digne de l’auteur qui est allé jusqu’à reprendre à son compte une analyse qui avait circulé selon laquelle la nomination de M. Jettou au poste de Premier ministre était «une régression» pour avoir imposé un coup d’arrêt au processus démocratique initié par l’avènement en mars 1998 du gouvernement d’alternance dirigé par Abderrahmane Youssoufi. D’habitude très réservé et fuyant les projecteurs, Driss Jettou, aujourd’hui président de la cour des comptes, a répondu avec une grande courtoisie remarquable à son contempteur via le journal Akhbar Al Yaoum : «Tout d’abord, je dois préciser que je n’ai pas demandé à être désigné Premier ministre et je suis fie d’avoir accompli ma mission au prix d’efforts soutenus», indique-t-il en rappelant à celui avec qui il partage au moins le lieu de naissance, El Jadida, qu’il est « un fil du peuple qui n’est issu d’aucun parti politique».En effet, M. Jettou n’a jamais cherché le pouvoir, c’est le pouvoir qui l’a cherché. Se considérant comme un serviteur fidèle de son pays et de son roi, Driss Jettou a rafraichi la mémoire d’un écrivain visiblement aigri en soulignant que la nomination d’un technocrate à la tête du gouvernement après l’expérience de l’alternance répondait à la nécessité de «donner un nouveau souffle à la transition démocratique». Et pour appuyer l’action de son gouvernement et lui donner le maximum de chances de réussite, a ajouté l'ex-Premier ministre, des poids lourds socialistes comme M.M Oualalou, Elyazghi et El Malki ont accepté de siéger comme ministres dans son cabinet. Mais l’USFP n’a pas résisté à l’épreuve du pouvoir ni su profiter de son départ par la suite du gouvernement pour se refaire une santé politique au soleil de l’opposition. L’état actuel du parti en dit long…

à lire aussi :
Langue de bois
Après une certaine accalmie, voici rallumée la guerre de la langue à adopter comme langue d’enseignement. Pour le PJD, pas question de dialectiser le système...
Moulay Hafid industrialise le maroc sur power point !
"Stratégie d’accélération industrielle" c’est ainsi qu’a baptisé le loup de la finance, Moulay Hafid Elalamy, recyclé malgré lui dans la...
Le mélange Mélenchon
Vous avez aimé le Macron qui joue la danse du ventre, version marocaine? Vous allez adorer Jean Luc Mélenchon en fils du terroir. Sauf que le Mélenchon, lui est un malin qui...
Ramid défend la DST
Le ministre de la Justice et des Libertés a pris récemment la défense de la DST qu'il a innocenté des pratiques de torture dont elle est accusée...