Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Jettou remet Laroui à sa place
Abdallah Laroui est-il en train de divaguer ou commence-il à être à court d’idées ? Ou subit-il les effets pervers du climat politique ambiant qui vole au ras des pâquerettes ? Le penseur a habitué ses lecteurs à beaucoup mieux que le dernier livre qu’il a commis, «Réflexions matinales» qui tend plus à provoquer la polémique stérile que la réflexion constructive. S’en prendre à Driss Jettou du temps où il était Premier ministre en qualifiant «ses analyses politiques d’insignifiantes» relève pour le moins de la mauvaise foi. Un registre pas du tout digne de l’auteur qui est allé jusqu’à reprendre à son compte une analyse qui avait circulé selon laquelle la nomination de M. Jettou au poste de Premier ministre était «une régression» pour avoir imposé un coup d’arrêt au processus démocratique initié par l’avènement en mars 1998 du gouvernement d’alternance dirigé par Abderrahmane Youssoufi. D’habitude très réservé et fuyant les projecteurs, Driss Jettou, aujourd’hui président de la cour des comptes, a répondu avec une grande courtoisie remarquable à son contempteur via le journal Akhbar Al Yaoum : «Tout d’abord, je dois préciser que je n’ai pas demandé à être désigné Premier ministre et je suis fie d’avoir accompli ma mission au prix d’efforts soutenus», indique-t-il en rappelant à celui avec qui il partage au moins le lieu de naissance, El Jadida, qu’il est « un fil du peuple qui n’est issu d’aucun parti politique».En effet, M. Jettou n’a jamais cherché le pouvoir, c’est le pouvoir qui l’a cherché. Se considérant comme un serviteur fidèle de son pays et de son roi, Driss Jettou a rafraichi la mémoire d’un écrivain visiblement aigri en soulignant que la nomination d’un technocrate à la tête du gouvernement après l’expérience de l’alternance répondait à la nécessité de «donner un nouveau souffle à la transition démocratique». Et pour appuyer l’action de son gouvernement et lui donner le maximum de chances de réussite, a ajouté l'ex-Premier ministre, des poids lourds socialistes comme M.M Oualalou, Elyazghi et El Malki ont accepté de siéger comme ministres dans son cabinet. Mais l’USFP n’a pas résisté à l’épreuve du pouvoir ni su profiter de son départ par la suite du gouvernement pour se refaire une santé politique au soleil de l’opposition. L’état actuel du parti en dit long…

à lire aussi :
Langue de bois
Après une certaine accalmie, voici rallumée la guerre de la langue à adopter comme langue d’enseignement. Pour le PJD, pas question de dialectiser le système...
Les ponts de la mort
Au Maroc, les usagers des autoroutes prennent le volant à leurs risques et périls en raison d’une technique de vol hautement dangereuse : le jet de grosses pierres sur les...
Ramid contre-attaque
Le ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid a choisi l’escalade avec les avocats dont il a expliqué le rejet de sa charte pour la ré-forme de la justice par...
Grosse prise de dette en Algérie
Après plusieurs décennies de prospérité due à l’envolée des cours du pétrole, l’Algérie est en train de faire connaissance avec...