Dernière minute ...
L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Daesh revendique l'attentat près du Parlement à Londres Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Le Roi charge Saad-Eddine El Othmani de la mission de former un nouveau gouvernement, Benkirane remercié McDonald's sert un «McLézard» à une Indienne Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial Chantage au Roi Mohammed VI : La cour d’appel de Paris juge recevables les deux enregistrements accablant Catherine Graciet et Eric Laurent   Anis Birrou : "Près de 60% de Marocains entrepreneurs du monde souhaitent investir au Maroc" L’Union européenne prendra les "mesures appropriées" pour sécuriser l’accord agricole et préserver le partenariat avec le Maroc Le Maroc réintègre l'Union africaine La plainte des parents d'élèves de l'école Al Fatih de Casablanca rejetée par le tribunal administratif La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le juge commissaire a décidé par ordonnance la mise en vente des actifs de la Samir Ki-moon est accusé d'avoir touché 200000 $ en 2005, quand il était chef de la diplomatie de séoul, puis 30000 $ en 2007, après sa nomination à la l'ONU Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Bec et Ongles
Migration : au-delà de la carte de séjour
L’opération de régularisation des immigrés en situation irrégulière, qui s’est achevée le 31 décembre dernier, a atteint les objectifs escomptés. Reste à mettre en place une politique migratoire et d'asile efficace et pérenne.
 
Il y a un an, débutait l’opération exceptionnelle de régularisation des étrangers, majoritairement issus d’Afrique subsaharienne. Aujourd'hui, ils sont 17.916 à avoir reçu un avis favorable, soit 60% des 27.000 demandes déposées, a annoncé, lundi à Salé lors d’une conférence de presse, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Cherki Drais. «L’opération de régularisation des immigrés en situation irrégulière, qui s’est achevée le 31 décembre dernier, a atteint les objectifs escomptés dans la mesure où elle a concerné 90% des clandestins identifiés au début de son lancement », a-t-il affirmé. Au delà de ces chiffres satisfaisants, Anis Birrou, ministre chargé des MRE et des Affaires de la migration, a rappelé à cette occasion que cette opération de régularisation, avait commencé en 2013, suivant une approche humanitaire, juridique et sociale voulue par le souverain. Il ne suffit pas, a-t-il cependant ajouté, d’offrir des cartes de séjour, mais encore faut-il mettre en place une politique d’accompagnement multidimensionnelle en vue de «favoriser une intégration harmonieuse de cette population à travers notamment l'accès aux services de base (santé, éducation, emploi) tout en identifiant les défis qui se posent». C’est dire la complexité de ce chantier et la responsabilité qu’il induit pour les autorités marocaines. Le ministre RNI a ainsi expliqué que l'approche adoptée par son département en coordination avec l'ensemble des départements concernés repose sur quatre objectifs stratégiques, à savoir la facilitation de l'intégration des immigrés régularisés, la mise à niveau du cadre réglementaire, la mise en place d'un cadre institutionnel adapté et la gestion des flux migratoires dans le respect des droits de l'homme. Cette vision stratégique s'est traduite à travers 11 programmes d'actions (7 programmes sectoriels et 4 transversaux), lesquels sont détaillés en 27 objectifs spécifiques qui se déclinent, à leur tour en 81 actions et projets. Ces programmes concernent l'éducation et la culture, la jeunesse et les loisirs, la santé, le logement, l'assistance sociale et humanitaire, la formation professionnelle, l'emploi, la gestion des flux migratoires et la lutte contre la traite des êtres humains, la coopération et les partenariats internationaux, le cadre réglementaire et conventionnel en plus de la gouvernance et la communication. Le département de Anis Birrou, qui a déjà signé une convention avec l’OFPPT pour faciliter l’intégration professionnelle des immigrés qui ont régularisé leur situation, envisage de les faire bénéficier de l’assurance maladie Ramed. Tout un programme.
 
 
Rachid ABBAR

à lire aussi :
Migration : au-delà de la carte de séjour
L’opération de régularisation des immigrés en situation irrégulière, qui s’est achevée le 31 décembre dernier, a atteint les objectifs...
Terminus pour Fassi Fihri
Anouar Benazouz est le nouveau directeur général des Autoroutes du Maroc (ADM). Jusqu’ici chef du cabinet du ministre du Transport et de l’Equipement Abdelaziz Rabbah, il succède...
Fin de l’impunité pour les violeurs
Après un vote favorable il y a deux semaines en commission de la Justice et de la Législation, la première Chambre a adopté mercredi 22 janvier en fin de journée en séance plénière...
L’Algérie, où coule le vin et le whisky !
La presse algérienne ne rate aucune occasion pour se moquer du Maroc. La dernière fois c’était au sujet du vin. Le journal électronique Lexpression.dz, proche des milieux du pou- voir,...