Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Un vieux président pour une jeune Tunisie
Béji Caïd Essebs
Béji Caïd Essebsi, alias BCE ou la réincarnation de Bourguiba, est devenu, dimanche 21 décembre, à l’âge de 88 ans, le premier président démocratiquement élu de la Tunisie. Cet ancien compagnon de route du père de l’indépendance tunisienne était donné favori depuis des semaines, mais le résultat de son duel avec Moncef Marzouki est sans appel : 11 points séparent les deux hommes, a officiellement annoncé l’Instance supérieure indépendante pour les élections (55,7 % des voix contre 44,3 %). Une victoire nette, mais pas écrasante. Avocat de formation, BCE a servi tous les régimes depuis 1956. Il fut ainsi ministre de l'Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères sous Bourguiba. Puis président du Parlement en 1990-1991 sous Ben Ali. Après le renversement de ce dernier en janvier 2011, il a été nommé chef du gouvernement provisoire. Ce qui lui a permis de revenir sur le devant de la scène : il a alors su s'imposer comme le poids lourd de la Tunisie post-révolutionnaire face aux islamistes. Ce père de quatre enfants, né dans une famille bourgeoise tunisoise en 1926, se réclame de la pensée de Bourguiba qu'il qualifie de "visionnaire" et "fondateur de l'Etat moderne", bien qu'il ait instauré un régime autoritaire ne tolérant aucune critique. Son parti Nidaa Tounès (Appel de la Tunisie) est une formation hétéroclite qui a attiré des hommes d'affaires, des intellectuels, des syndicalistes et des militants de gauche, mais aussi des proches de l'ancien régime unis par leur opposition aux islamistes, à la tête de la "troïka" qui gouverne le pays depuis 2011. Nidaa Tounès avait d'ailleurs axé sa campagne victorieuse des législatives d'octobre sur l'opposition aux islamistes, martelant tout au long de ses meetings qu'Ennahdha avait "ramené la Tunisie en arrière". Béji Caïd Essebsi a promis, lors de la campagne présidentielle, de restaurer le «prestige» de l'Etat. Un message porteur pour de nombreux Tunisiens dans un pays déstabilisé par moult crises depuis la révolution. Mais ses adversaires le critiquent pour son âge avancé. Et estiment qu'il n'est pas représentatif du mouvement, conduit par la jeunesse, qui a fait chuter le régime de Ben Ali.  
Rachid WAHBI

à lire aussi :
Algérie : Un monde de brut
La crise que traverse l’Algérie met le pouvoir au pied du mur. Le modèle économique du pays, appuyé sur des recettes provenant à 97 % des hydrocarbures, n'est...
Bouteflika mourra président !
 L’entourage du président Abdelaziz Bouteflika qui peine à retrouver ses capacités motrices et pourtant en poste depuis 1999, est accusé de préparer sa...
Trumpgate : le président US sera-t-il éclaboussé
 Les murs de la Maison-Blanche ont tremblé quand le président américain a découvert sur écran géant l'ouverture d'un périlleux volet judiciaire...
La Kabylie défie Alger
Face à la répression permanente à laquelle est confronté le peuple kabyle, Ferhat Mehenni, leader du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et...