Dernière minute ...
Pyongyang menace de riposter aux mences de Trump par un essai d'une bombe H «sans précédent» Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Pour un plan Marshall pour le rural
Les inondations qui ont frappé de plein fouet nombre de régions du sud du Maroc en provoquant des pertes humaines et des dégâts matériels considérables sont inhabituelles. Douars isolés, personnes emportées, habitants éprouvés et routes ravagées… Ce ne sont pas des crues classiques, les images de ces catastrophes naturelles relayées en boucle par les réseaux sociaux montrent des cours d’eau en furie qui ont largement débordé de leurs lits, provoquant des submersions terribles et ravageuses (terres, routes, ponts, maisons, etc…). A l’échelle de ces zones démunies pour ne pas dire sous-développées où l’infrastructure et les secours dignes de ce nom sont quasiment inexistants, ces crues ont été vécues comme des mini-tsunamis emportant tout sur leur passage. Là encore, on assiste aux conséquences des dérèglements climatiques, ressentis aux quatre coins du globe, qui sont devenus de plus en plus fréquents et le seront davantage à l’avenir. Cette réalité, que les gens des régions les plus exposées commencent à leur tour à vivre de manière violente dans leur chair et leurs biens, doit obliger les pouvoirs publics à imaginer de nouvelles politiques de rupture. Il s’agit désormais d’évaluer et d’analyser les dangers qui pèsent sur les habitants des zones sahariennes (qui sont les plus vulnérables du pays comme l’arrière pays d’Agadir, Guelmim, Tata, Ouarzazate) et leurs moyens de subsistance tirés principalement d’une culture vivrière. Une décision peut d’ores et déjà être prise par le gouvernement, le bannissement des constructions en pisé (qui ne résistent pas aux pluies torrentielles) accompagné d’une aide urgente aux victimes démunies des contrées sinistrées qui ont perdu tout ce qu’ils possèdent, à savoir leurs masures en pisé et quelques têtes de bétail. Objectif : La reconstruction de leur nouvelle maison avec des matériaux plus solides capables de tenir face aux assauts de la nature. Au-delà du toit, il convient de rassurer les populations concernées en leur donnant les moyens de protection en termes de secours et de gestion des catastrophes. Le vrai recensement, celui des fragilités humaines et de leurs besoins, commence par là. Les faiseurs des lois de finance doivent intégrer, à la lumière de cette nouvelle donne climatique, ces grandes préoccupations dans l’élaboration des prochains budgets sans omettre de repenser les politiques publiques et les stratégies sectorielles à commencer par l’agriculture qui fait vivre encore plus de la moitié des populations marocaines. Une foule de questions se posent d’emblée: quelle type d’agriculture et quels moyens à mobiliser sous l’effet du changement en profondeur des régimes de précipitations et la recrudescence des inondations ? Doit-on toujours cultiver la terre selon les méthodes habituelles ? Le Plan Maroc Vert est-il toujours fiable et efficient compte tenu de ces conditions climatiques extrêmes ? Quel dispositif mettre en place pour atténuer l’acuité des conséquences des intempéries sur les gens qui n’ont aucune responsabilité dans le réchauffement climatique ? Doit-on faire comme si de rien n’était devant ces ponts qui s’effondrent comme des châteaux de cartes et ces routes qui se désagrègent sous la puissance des flots? Toutes ces questions et bien d’autres doivent non seulement trouver une réponse convaincante mais être érigées par les gouvernants en priorité loin des politiques de replâtrages et des mesures cosmétiques . Sauf à se résigner en invoquant la fatalité et la volonté divine, les ravages des perturbations climatiques appellent de la réflexion, de l’action et surtout un vrai plan de développement pour mettre à niveau un monde rural marginalisé, oublié dont les populations meurtries n’ont aujourd’hui pour la plupart que les yeux pour pleurer…
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Gazablanca
Les Casablancais ont été choqués par l’ampleur de la catastrophe de Bourgogne dont les images d’une extrême désolation rappellent celles des maisons de...
La guerre du bac
Pour faire diversion, les responsables de l’éducation nationale dans ce pays ont trouvé la bonne astuce: monter la sauce autour de la triche à quelques jours de la tenue...
Le nouveau numéro de Ramid
Un numéro vert pour dénoncer les actes de corruption. Désormais, le 08.00.00.47.47 se veut un mécanisme pratique et rapide pour inciter les corrupteurs à balancer...
Plus de niveau, bonjour le caniveau
 Juste après l’allocution royale devant le parlement avec ses deux chambres, une rixe a éclaté entre le conseiller du PAM Aziz Lebbar connu pour être une grande...