Dernière minute ...
L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) Al Hoceima : Le parquet ordonne l'arrestation de Zafzafi SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte 9e circonscription : La presse algérienne s'indigne du retrait de candidature de Leila Aichi  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Confus de Canard
Pour un plan Marshall pour le rural
Les inondations qui ont frappé de plein fouet nombre de régions du sud du Maroc en provoquant des pertes humaines et des dégâts matériels considérables sont inhabituelles. Douars isolés, personnes emportées, habitants éprouvés et routes ravagées… Ce ne sont pas des crues classiques, les images de ces catastrophes naturelles relayées en boucle par les réseaux sociaux montrent des cours d’eau en furie qui ont largement débordé de leurs lits, provoquant des submersions terribles et ravageuses (terres, routes, ponts, maisons, etc…). A l’échelle de ces zones démunies pour ne pas dire sous-développées où l’infrastructure et les secours dignes de ce nom sont quasiment inexistants, ces crues ont été vécues comme des mini-tsunamis emportant tout sur leur passage. Là encore, on assiste aux conséquences des dérèglements climatiques, ressentis aux quatre coins du globe, qui sont devenus de plus en plus fréquents et le seront davantage à l’avenir. Cette réalité, que les gens des régions les plus exposées commencent à leur tour à vivre de manière violente dans leur chair et leurs biens, doit obliger les pouvoirs publics à imaginer de nouvelles politiques de rupture. Il s’agit désormais d’évaluer et d’analyser les dangers qui pèsent sur les habitants des zones sahariennes (qui sont les plus vulnérables du pays comme l’arrière pays d’Agadir, Guelmim, Tata, Ouarzazate) et leurs moyens de subsistance tirés principalement d’une culture vivrière. Une décision peut d’ores et déjà être prise par le gouvernement, le bannissement des constructions en pisé (qui ne résistent pas aux pluies torrentielles) accompagné d’une aide urgente aux victimes démunies des contrées sinistrées qui ont perdu tout ce qu’ils possèdent, à savoir leurs masures en pisé et quelques têtes de bétail. Objectif : La reconstruction de leur nouvelle maison avec des matériaux plus solides capables de tenir face aux assauts de la nature. Au-delà du toit, il convient de rassurer les populations concernées en leur donnant les moyens de protection en termes de secours et de gestion des catastrophes. Le vrai recensement, celui des fragilités humaines et de leurs besoins, commence par là. Les faiseurs des lois de finance doivent intégrer, à la lumière de cette nouvelle donne climatique, ces grandes préoccupations dans l’élaboration des prochains budgets sans omettre de repenser les politiques publiques et les stratégies sectorielles à commencer par l’agriculture qui fait vivre encore plus de la moitié des populations marocaines. Une foule de questions se posent d’emblée: quelle type d’agriculture et quels moyens à mobiliser sous l’effet du changement en profondeur des régimes de précipitations et la recrudescence des inondations ? Doit-on toujours cultiver la terre selon les méthodes habituelles ? Le Plan Maroc Vert est-il toujours fiable et efficient compte tenu de ces conditions climatiques extrêmes ? Quel dispositif mettre en place pour atténuer l’acuité des conséquences des intempéries sur les gens qui n’ont aucune responsabilité dans le réchauffement climatique ? Doit-on faire comme si de rien n’était devant ces ponts qui s’effondrent comme des châteaux de cartes et ces routes qui se désagrègent sous la puissance des flots? Toutes ces questions et bien d’autres doivent non seulement trouver une réponse convaincante mais être érigées par les gouvernants en priorité loin des politiques de replâtrages et des mesures cosmétiques . Sauf à se résigner en invoquant la fatalité et la volonté divine, les ravages des perturbations climatiques appellent de la réflexion, de l’action et surtout un vrai plan de développement pour mettre à niveau un monde rural marginalisé, oublié dont les populations meurtries n’ont aujourd’hui pour la plupart que les yeux pour pleurer…
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Gazablanca
Les Casablancais ont été choqués par l’ampleur de la catastrophe de Bourgogne dont les images d’une extrême désolation rappellent celles des maisons de...
Faut-il craindre l'effet contagion ?
Nouvelle démonstration de force des manifestants d’El Hoceïma jeudi 18 mai. Plus de 40 000 manifestants selon les organisateurs, moins de 7 000 selon les autorités, cette...
Ayouch la classe !
 Le délire pro-darija a repris de plus de belle à la faveur du dernier discours royal consacré à la décadence de l’école publique....
Le coup de balai qu'il faut
C'est la première fois depuis bien longtemps que les réunions du conseil de la ville de Casablanca se sont déroulés dans un climat empreint de calme, de...