Dernière minute ...
Pyongyang menace de riposter aux mences de Trump par un essai d'une bombe H «sans précédent» Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Beurgeois Gentleman
Les dinosaures de Jaurèsik park (8/20)
Jean Jaurès prophétise dans un discours devant la Chambre des députés, le 20 décembre 1911: «Et la guerre !... Quand on parle, quelquefois à la légère, de la possibilité de cette terrible catastrophe, on oublie que ce serait un événement nouveau dans le monde par l’étendue de l’horreur et par la profondeur du désastre.» Cette Grande Guerre, que d'aucuns espèrent, va-t-elle «enfin» éclater suite au fameux «Coup d’Agadir » des Allemands ? Suite à ce futile incident, à Paris, l'opinion se déchaîne aussitôt contre l'Allemagne. Les diplomates et l'état-major se montrent prêts à l'affrontement. À Londres, une bonne partie du gouvernement prend fait et cause pour Paris. Berlin et Paris comprennent malgré tout qu'il est de leur intérêt commun de calmer le jeu. Les deux puissances concluent le 9 février 1909 un accord économique qui prévoit une association dans toutes les entreprises marocaines qui leur tomberaient entre les mains. Là-dessus, Moulay Abdelhafid jugeant son frère Moulay Abdelaziz, sultan en poste, trop faible, décide de le renverser et de prendre sa place ou plutôt son trône avec la complicité du Pacha de Marrakech Thami El Glaoui. Mais les tribus berbères du Moyen Atlas ne sont pas d’accord et décident de voler au secours de Moulay Abdelaziz en assiégeant l'usurpateur Moulay Abdelhafid dans sa capitale Fès. Ce dernier fit alors appel aux Français, qui ne se font pas prier pour courir à son secours. C'est ainsi qu'en avril 1911, une armée occupe les villes de Rabat, Fès et Meknès. L'Allemagne voit à juste titre dans cette intervention une violation des accords signés à Algésiras cinq ans plus tôt. Le 1er juillet 1911, elle dirige la canonnière Panther vers Agadir pour signifier à la France qu'elle n'a pas tous les droits au Maroc. Heureusement, le président du Conseil français Joseph Caillaux est à juste titre convaincu qu'une guerre entraînerait la ruine de l'Europe. Il résiste à toutes les pressions et négocie en secret avec les Allemands. Il s'ensuit un traité franco-allemand le 4 novembre 1911, avec une cession de territoires, en Afrique équatoriale. L'Allemagne concède en contrepartie à la France une entière liberté d'action au Maroc. C'est alors seulement que les bâtiments allemands quittent définitivement la baie d'Agadir, le 28 novembre 1911.Ce traité d'apaisement est ressenti de part et d'autre comme une lâche concession à l'ennemi et Joseph Caillaux doit céder le pouvoir le 11 janvier suivant à Raymond Poincaré. En mars 1912, par le Traité de Fès, la France peut imposer au sultan Moulay Abdelhafidson protectorat sur le Maroc. Dès lors, l'indépendance du Maroc n'est plus qu'une façade. Le général Lyautey devient résident général, c’est-à-dire gouverneur du Maroc. La France contrôle désormais plus de la moitié de la côte nord de l'Afrique.
 
(À suivre)
Beurgeois.Gentleman@gmail.com
 
Le Beurgeois Gentleman

à lire aussi :
Les dinosaures de Jaurèsik park (8/20)
Jean Jaurès prophétise dans un discours devant la Chambre des députés, le 20 décembre 1911: «Et la guerre !... Quand on parle, quelquefois à la...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (7/15)
Mohamed, « iSlamiste » algérien d’origine française, est né dans une cité ouvrière devenue depuis une cité chômeuse. Les voitures se...
Les dinosaures de Jauresik Park (16/20)
Le jeune Jean Jaurès ignore encore ce qui, sous couvert de droits de l’Homme, advient dans les entreprises de colonisation. Son ignorance de ce qui existe hors de France le fait...
Mohamed, prophète l’humour pas la guerre ! (101)
Mohamed James dean fait l’objet d’une expérimentation du CNRS pour le déradicaliser. L’équipe du CNRS qui a réussi à « vendre » ce...