Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Droits de l’homme : Le Maroc accueille le monde
Le Maroc se prépare activement, sous l’égide du CNDH, à accueillir le Forum Mondial des droits de l’Homme (FMDH) qui se déroulera à Marrakech du 27 au 30 novembre. Un évènement de dimension planétaire dont la première édition a eu lieu en décembre 2013 au Brésil. C’est dire l’importance de cet événement qui connaîtra la participation de plusieurs pays venus des quatre coins du monde. L'objectif étant de débattre pendant trois jours de la question complexe des droits humains dans ses différentes déclinaisons : approche genre, développement humain, phénomène migratoire, torture, respect de la différence, diversité culturelle, etc… Pas moins de 150 activités seront organisées dans ce qui se veut un espace d’échange et de dialogue publics où seront confrontées les diverses expériences en matière des droits de l’homme et débattus aussi les principaux défis des droits des êtres humains pour les années à venir. Les nouveaux objectifs pour le développement, après évaluation de ceux du millénaire tracés en 2000, sont appelés à s’inspirer des droits de l’homme. Sur ce point, il y a unanimité de tous les acteurs mondiaux qu’ils soient institutionnels, politiques ou sociaux. Le Maroc, qui a initié depuis 1999, un vaste chantier de réforme tous azimuts en matière des droits de l’homme (justice transitionnelle, INDH, officialisation de l’amazigh, incrimination de la torture, suppression de la Cour spéciale de justice, élargissement des espaces de libertés, nouvelle moudawana, etc…), se devait d’être un acteur international des droits de l’homme tout en étant présent dans les grands enjeux mondiaux liés à cette question. Un acteur agissant, fier de son bilan dans ce domaine et pas seulement un pays timoré, qui subit, installé constamment sur la défensive. Le fait que le Maroc abrite la deuxième édition du FMDH constitue bien au contraire une belle reconnaissance de ses efforts en vue de s’immuniser contre toutes les formes d’atteintes aux droits des personnes et de diffuser dans différentes strates de la société une culture du respect de l’autre. Evidemment, tout n’est pas parfait, des progrès restent à accomplir sur ce chemin difficile et non dénué d’embûches. Mais il est incontestable que le Maroc avance, sûr de ses acquis, fort de la volonté politique et la caution puissante des plus hautes instances du pays pour inscrire les droits de l’homme au cœur de ses stratégies de développement. Bien sûr, les nihilistes, ceux qui ne voient ni le verre à moitié plein ni à moitié vide, soutiendront qu’il est prétentieux de la part d’un pays où les droits des plus vulnérables sont encore malmenés, où les sit in des diplômés chômeurs sont de temps en temps violemment dispersés et où le vendeur ambulant par exemple est à la merci de la colère des agents des forces auxiliaires, d’organiser sur son sol ce forum international. Suivant cette logique, le Maroc devrait avoir honte et attendre qu’il devienne la Cité de Platon pour prétendre jouer dans la cour des grands dans ce domaine! Or, même dans les nations estampillées respectueuses des droits de l’homme, il arrive souvent que ceux-ci soient bafoués pour des impératifs de maintien de l’ordre et de la sécurité. Les Etats-Unis n’ont-ils pas inventé Guantanamo, une immense zone de non droit? Quant au Brésil, qui a accueilli la première édition du FMDH, il enregistre régulièrement des cas de violations des droits humains. Mais ceci ne l’a pas empêché d’abriter cet événement. Protéger les droits de l’homme en préservant la sécurité des biens et des personnes n’est pas toujours chose aisée. Chantier ouvert en permanence, les droits de l’homme dans leur acception la plus large évoluent. Le Maroc, à la fois fort de ses progrès et conscient de ses insuffisances, ne doit pas être à la traîne. Il a même le devoir de s’inscrire dans cette vision dynamique pour mieux préparer l’avenir.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Greffe cultuelle
Après les phosphates très prisés à l’international, le Maroc est en train d’exporter un autre produit que beaucoup lui envient, un produit immatériel...
Terrorisme contre tourisme
Le tourisme est un secteur très sensible et fragile à la fois qui interagit avec son environnement. Quand la sécurité y est, critère déterminant dans le...
Trump, c’est Trump
Un adage bien marocain dit : faire le fou permet de gagner. Et c’est cet adage qui s’applique bien à Donald Trump. Il est certain que le président américain...
Gare au « tous pourris » !
Certains ministères du gouvernement Benkirane ont le chic de créer des problèmes inutiles là où ils n’existent pas, installant du coup dans le pays un climat...